Une intelligence artificielle peut repérer l’homosexualité avec 90% de certitude grâce à la reconnaissance faciale

Une étude de chercheurs de l’Université de Stanford, publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology et disponible sur le Web affirme qu’une intelligence artificielle est capable d’identifier l’orientation sexuelle d’hommes et de femmes à partir de photos de leurs visages, bien mieux que des humains, avec un degré d’exactitude allant jusqu’à 91%.
Au-delà du caractère scientifique de ses travaux, l’équipe de recherche voit l’IA qu’elle a mise sur pied comme un moyen de prévenir la communauté des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres des dangers qu’elle coure au quotidien.
Les chercheurs se sont basés sur un corpus de 35.000 photos récoltées sur un site de rencontre américain où les profils sont publics, et où les gens affichent leurs préférences sexuelles, et ils ont fait analyser à l’intelligence artificielle les visages pour tenter d’y déceler des caractéristiques propres aux hétérosexuels et aux homosexuels.
Lorsqu’on lui présentait deux photos, l’une d’une personne homosexuelle, l’autre hétérosexuelle, l’intelligence a donné la bonne orientation sexuelle pour 81% des hommes, et 74% des femmes. Lorsqu’on lui présentait cinq photos de la même personne sous la main, ce taux de réussite grimpait à 91% pour les hommes, et 83% pour les femmes
L’intelligence artificielle développée par les chercheurs ne ferait qu’extraire et analyser des caractéristiques faciales déterminées depuis le fœtus pour tirer son verdict. Le degré d’exposition à différents types d’hormones dont la testostérone en particulier, aurait un impact important sur la structure faciale d’un individu, l’une des conséquences étant qu’un homme gay présente une structure faciale plus féminine qu’un homme hétéro, la tendance inverse étant observée avec le genre féminin. La taille du menton, de la mâchoire, des sourcils, la longueur du nez ou la largeur du front sont autant de traits utilisés ici pour aboutir à ces conclusions. Un « petit » menton, une « petite » mâchoire, des sourcils fins, un long nez et un large front détectés sur la photo d’un homme permettent de le classer comme gay en comparaison à un autre homme hétéro.
« Nos travaux montrent que les visages sont porteurs de beaucoup plus d’informations à propos de l’orientation sexuelle qu’un cerveau humain ne peut percevoir et interpréter », écrivent les chercheurs. Un véritable problème pour la vie privée quand on voit le degré de pénétration du numérique dans le quotidien des individus. Avec des milliards d’images faciales stockées en ligne sur des réseaux sociaux ou dans des bases de données gouvernementales, il n’est pas exclu qu’une telle IA soit reproduite pour détecter l’orientation sexuelle des individus.
Sources : Publication (PDF)commentaire des auteurs 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :