Archives mensuelles : juillet 2017

USA : Caitlyn Jeener critique l’interdiction des personnes transgenres dans l’armée américaine

Donald Trump a interdit, mercredi 26 juillet, aux personnes transgenres de servir dans l’armée américaine. Une mesure décidée en 2016 sous la présidence de Barack Obama.
Une décision qui a immédiatement provoqué de nombreuses réactions indignées, notamment du côté des responsables politiques du pays. Beaucoup d’élus pointent le fait que des militaires transgenres sont déjà présents dans les rangs de l’armée américaine et que leur présence plus nombreuse représenterait un « coût minime » pour l’État. Contrairement aux justifications de Donald Trump.
Caitlyn Jenner, Républicaine assumée, avait déclaré en juin 2016 que le milliardaire new-yorkais semblait « très favorable aux femmes » ainsi qu’aux droits des personnes LGBT, et avait participé à son investiture le 20 janvier .
Mais depuis la mise en application de la politique de Donald Trump, ouvertement hostile aux personnes transgenres, Caitlyn Jenner s’est ravisée et est devenue une opposante au président
Ce mercredi 26 juillet, elle a ainsi critiqué la décision de Donald Trump, rappelant, elle aussi, que de nombreux militaires transgenres servent actuellement dans l’armée américaine.
« 15.000 patriotiques américains transgenres se battent pour nous tous dans l’armée américaine, qu’est-il advenu de votre promesse de les défendre? », s’indigne Caitlyn Jenner en citant un tweet du président américain dans lequel il remercie la communauté LGBT et leur promet de les défendre.
Les réponses à ce tweet ne sont pas tendres pour Caitlyn Jenner. Les internautes lui reprochent notamment de l’avoir soutenu pendant la campagne, et ne veulent pas d’elle comme porte-parole.
Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a rapidement réagi à la dernière décision polémique de Donald Trump, mercredi 26 juillet. Le président américain a annoncé que les personnes transgenres ne pourraient pas servir dans l’armée, considérant notamment que celle-ci ne pouvait pas « supporter le fardeau des coûts médicaux énormes » que leur présence entraînerait selon lui.
Mark Zuckerberg, s’est exprimé lui aussi pour s’opposer à cette décision.
« Je suis reconnaissant envers les membres transgenres de l’armée pour leur engagement », a par exemple tweeté Sundar Pichai, le PDG de Google. Celui de Twitter, Jack Dorsey, a quant à lui souligné que « toute forme de discrimination nous fait du mal à tous », tandis que le patron d’Apple, Tim Cook, affirmait que « nous avons une dette envers tous les soldats ».
Les dirigeants d’autres grandes entreprises du secteur comme Microsoft, Intel ou encore Uber ont fait part d’opinions similaires.
La Silicon Valley a défendu à plusieurs reprises les droits des personnes transgenres ces dernières années, notamment dans la « bataille des toilettes », quand le Texas, la Caroline du Nord ou encore les départements américains de la justice et de l’éducation ont voulu revenir sur une disposition de l’administration Obama autorisant les étudiants transgenres à choisir leurs toilettes.

Poster un commentaire

Classé dans info

Des dizaines de pays condamnent encore les relations homosexuelles.

Des dizaines de pays condamnent encore les relations homosexuelles.
Selon le dernier rapport de l’Association internationale LGBTI (Ilga) il reste 72 où un rapport homosexuel est un crime. Dans 8 pays, il est même passible de la peine de mort.
En Iran, au Soudan, en Arabie saoudite et au Yémen, l’homosexualité est passible de la peine de mort en application de la charia. La même peine touche certaines régions de la Somalie et du Nord du Nigeria. Dans deux autres pays, la Syrie et l’Irak, ce sont des acteurs non gouvernementaux comme Daech qui opèrent les exécutions.
Mais ce recensement ne prend pas en compte les exécutions ayant eu lieu cette année même en Tchétchénie, où le président Kadyrov a récemment confirmé ses velléités de « purification ». Ni l’Égypte, où les relations homosexuelles sont théoriquement autorisées mais où des centaines de personnes seraient emprisonnées pour des raisons « morales ».
Le rapport de l’Ilga précise que, même des tribunaux suivant les règles de la charia présentent un potentiel de répression au Pakistan, en Afghanistan, aux Émirats arabes unis, au Qatar et en Mauritanie, il n’y a pas de preuve que ces menaces aient été menées à exécution récemment.
Longtemps, les lois les plus sévères étaient situées dans le Commonwealth, où des lois héritées du colon britannique, bien qu’abolies au Royaume-Uni, continuent d’être appliquées.
Mais ces dernières années, des pays d’Afrique de l’Ouest anciennement annexés par la France (Maroc, Sénégal, Cameroun…) ont vu des appels à la « moralisation » publique pris très au sérieux, avec arrestations ou lynchages publics.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

Cameroun: Pour la securité, le centre CAMFAIDS fermé

Au Cameroun, l’association CAMFAIDS, ses membres, ses bénéficiaires et son centre sont victimes d’injures, moqueries, discriminations, menaces d’expulsion et de mort. Pour la securité, le centre CAMFAIDS a été fermé pour une période indéterminée depuis la date du 17 juillet 2017.
Aujourd’hui CAMFAIDS (la Cameroonian Foundation for AIDS) publie ce communiqué:
Nous, Cameroonian Foundation for AIDS (CAMFAIDS) venons par la présente vous informer de la situation dramatique dans laquelle nous vivons depuis plusieurs semaines déjà au sein de notre siège situé à Titi Garage, Yaoundé, Cameroun.
En effet, suite aux différentes activités de terrain par nous menées à l’instar des causeries éducatives, foire aux droits et bien d’autres encore en direction des personnes LGBTI, nous enregistrons une présence considérable de cette cible en général, et en particulier les personnes transgenres pour lesquels nous avons mis un focus à nos activités au sein de notre siège.
Cette situation crée alors de nombreuses remues dans ce quartier d’où les violences physiques et verbales et plusieurs autres comportements déplacés et choquants enregistrés :
Lors de l’organisation de la journée IDAHO TB (17 Mai 2017), deux personnels de la CAMFAIDS, toutes les transgenres ont été agressées physiquement par les individus du quartier, bastonnées et humiliées, elles ont été taxées de sales pédés et enfants du diables.
Au cours de la même période, pendant les entraînements du concours Miss et Master IDAHOT 2017 au siège de la CAMFAIDS, les individus du quartier sont venus balancer travers la clôture des pierres, bouteilles et eau sur les bénéficiaires et membres de CAMFAIDS en pleine répétition ceci après avoir endommagé la caméra de surveillance externe et le portillon du centre.
Peu de temps après, un bénéficiaire de la CAMFAIDS et membre d’une autre organisation LGBT de la ville de Yaoundé a été violemment agressé deux fois en deux jours de façon consécutive par une bande de cinq individus du quartier. Apres cet acte infâme, tous les individus du quartier se sont rassemblés et décidés de barrer la voie non seulement à tous les bénéficiaires de la CAMFAIDS mais aussi aux personnels sur le prétexte que nous faisons l’apologie de l’homosexualité et détruisons leur quartier.
À nos jours, nous sommes victimes d’injures, moqueries, discriminations, menaces d’expulsion et de mort, lettres de menace anonymes adressées aux dirigeants de la CAMFAIDS.
Tout ceci nous conduit à une véritable angoisse, une panique générale et une phobie totale, ce qui freine les activités de la CAMFAIDS et enfonce tout son personnel dans une profonde insécurité ce qui nous a amené a fermer le centre CAMFAIDS pour une période indéterminée depuis la date du 17 Juillet 2017.
Comme action entreprise, CAMFAIDS a déposé une plainte auprès de la Division Régionale de la Police Judiciaire contre l’un de ses bourreaux et ses complices avec l’appui de Maître Michel Togué. Nous restons toujours dans l’attente et en appelons à la réaction de ces autorités et autres interventions et soutiens pouvant nous permettre de remédier à cette situation grave d’insécurité permanente au sein de notre association afin de nous permettre de continuer de mener à bien nos activités en lien avec le droit égalitaire à la santé, le respect des droits et libertés individuelles pour tous et la lutte pour la tolérance et l’acceptation en faveur des personnes LGBTI au Cameroun.
source : 76crimesfr.com/

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

Israel : un député homosexuel suspendu d’une commission favorable au boycott de l’adoption gay

Amir Ohana, député et activiste pour les droits des homosexuels, a été temporairement suspendu du Comité des Affaires étrangères et de la Défense après avoir ignoré les votes cruciaux d’un comité de la Knesset, et selon le souhait du chef de la coalition David Bitan, membre du parti Likud.
Le premier législateur ouvertement gay du Likoud a été suspendu, voulait protester ainsi contre l’opposition déclarée du gouvernement un peu plus tôt cette semaine au souhait de couples homosexuels d’adopter des enfants en Israël, en privilégiant les personnes hétérosexuelles.
Ohana avait annoncé il y a une semaine qu’il ne voterait pas avec la coalition gouvernementale, jusqu’à ce que la recommandation s’opposant à l’adoption par les couples homosexuels soit modifiée.
« Je déclare que tant que la décision ne sera pas modifiée fondamentalement, et tant que la question de l’adoption ne sera pas pesée au cas par cas et de manière égalitaire, afin de ne pas discriminer catégoriquement les parents LGBT, je ne voterai pas avec la coalition », a-t-il écrit sur Facebook.
Ohana et son partenaire, Alon Hadad ont un fils et une fille ensemble, nés d’une mère porteuse en 2015.
La politique qui s’oppose à l’adoption par les couples homosexuels a été révélée lors d’une réponse formelle de l’État faite le 16 juillet à une pétition déposée auprès de la Haute Cour de justice par l’Association des Pères Gay et le Mouvement réformiste israélien, contre le ministère des Affaires sociales et le procureur général.
La Haute Cour de justice a donné au gouvernement deux mois pour reconsidérer sa position, après que le ministre des Affaires sociales, Haim Katz, a déclaré que la réponse de l’État était mal formulée. Il a demandé à la Cour de prolonger le réexamen de la question, en affirmant vouloir recueillir plus d’opinions professionnelles.
Environ 100 enfants sont adoptés chaque année en Israël. Plus de la moitié des enfants viennent de l’étranger.
Depuis 2008, les célibataires et les couples dit d’union libre sont légalement en mesure d’adopter dans le pays. 550 couples ont présenté des pétitions pour pouvoir adopter, a rapporté Haaretz. Alors que seulement trois couples de même sexe ont réussi, plus de 1 000 couples hétérosexuels auraient adopté durant la même période.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, info, internationnal, mariage homosexuel

Mylan annonce lance un générique du traitement préventif contre le sida

Le laboratoire américain Mylan annonce avoir lancé mercredi en France un générique du traitement préventif contre le sida Truvada, après avoir obtenu l’autorisation de mise sur le marché de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA).
Le médicament Emtricitabine/Tenofovir disoproxil Mylan, en boîtes de 30 comprimés est « indiqué en association avec d’autres antirétroviraux pour le traitement des adultes infectés par le VIH-1 », précise un communiqué.
Il est également « indiqué en prévention, pour réduire le risque d’infection par le VIH-1 par voie sexuelle chez les adultes à haut risque de contamination ».
Trois autres laboratoires ont obtenu, auprès de l’agence du médicament ANSM, l’autorisation de commercialisation d’un générique du Truvada: il s’agit de Biogaran (Servier), EG Pharma et Zentiva (Sanofi).
Selon Mylan, « le Truvada, Emtricitabine/Tenofovir disoproxil Mylan est un médicament contre le VIH utilisé en association avec au moins un autre médicament contre le VIH dans le traitement des adultes infectés par le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), virus qui provoque le syndrome d’immunodéficience
acquise (SIDA).
Emtricitabine/Tenofovir disoproxil Mylan est également utilisé pour contribuer à prévenir l’infection par le VIH-1 par voie sexuelle chez les adultes présentant un risque d’infection élevé («prophylaxie de pré-exposition»). Son utilisation devrait être accompagnée de pratiques plus sûres en cas de rapports sexuels, telles que l’utilisation de préservatifs. »
Il est autorisé comme traitement préventif depuis 2012 aux États-Unis et depuis 2015 en France. Pris en charge à 100% en France depuis janvier 2016, ce dispositif qui bénéficiait à plus de 3.000 personnes début 2017, est coûteux: plus de 400 euros le flacon de 30 comprimés.

Poster un commentaire

Classé dans info

Canada : les transgenres bien venus dans l’armée

Quelques heures après que le Président américain Donald Trump ai déclaré sur Twitter que « le gouvernement des Etats-Unis n’acceptera pas ou ne permettra pas aux personnes transgenres de servir dans aucune capacité dans l’armée américaine », le gouvernement canadien a fait la promotion mercredi du recrutement des soldats de toutes identités ou orientations sexuelles
« Peu importe votre identité/orientation sexuelle, enrôlez-vous » dans les forces armées canadiennes, a publié sur son compte Twitter, le ministère de la Défense, suivi du mot-clé « la diversité fait la force ».
.Avec son message, le ministère canadien a publié une photographie de marins canadiens jouant de la musique lors de la Gay Pride de Toronto en 2016, ainsi qu’un lien hypertexte vers la page de recrutement de l’armée. En 1992, l’armée canadienne avait annulé une ordonnance datant de 1967 qui lui permettait d’exclure de ses rangs toute personne soupçonnée de « déviance sexuelle ».
Depuis cette abrogation, les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) peuvent « servir fièrement dans les forces armées canadiennes, et ce, à l’abri de harcèlement et de discrimination », a récemment noté le ministère de la Défense.
L’armée ne donne aucune donnée sur le nombre de personnes transgenres dans ses rangs mais, selon les médias locaux, elles seraient de quelques centaines. L’armée aurait également financé quelques dizaines d’opérations de changement de sexe.

Poster un commentaire

Classé dans info

ent à mettre fin à la discrimination contre les couples de même sexe souhaitant adopter un enfant

Près de 200 dirigeants et institutions nord-américaines ont exhorté le gouvernement israélien à mettre fin à la discrimination contre les couples homosexuels qui désirent avoir recours à l’adoption.
Cet appel a pris la forme d’une lettre adressée au gouvernement de la part de A Wider Bridge, une organisation basée à San Francico, qui se concentre sur les relations entre les États-Unis et les communautés LGBTQ en Israël. Parmi les signataires figurent Hillel International, les dirigeants de la Central Conference of American Rabbis, l’Union of Reform Judaism, d’éminents dirigeants juif LGBT et plus de 60 rabbins américains.
La semaine dernière le gouvernement israélien a indiqué à la Cour suprême de Justice qu’il maintiendra sa pratique discriminatoire contre les couples homosexuels, parce qu’il « ajoute un bagage » sur les enfants. Les couples homosexuels sont légalement en droit d’adopter, mais doivent attendre plus longtemps et ne peuvent être éligible que si aucun couple hétérosexuel n’est disponible.
Le gouvernement avait réaffirmé sa position dans une réponse adressée à l’Association of Israeli Gay Fathers, qui avait appelé à l’égalité dans le processus d’adoption.
La lettre souligne que bien qu’Israël a accordé à la communauté LGBTQ des avantages publics et la possibilité de servir dans les bases de l’armée, la question de « l’adoption par les familles homosexuelles est une exception criante » à sa réputation de pays ouvert à l’homosexualité.
Le directeur exécutif de A Wider Bridge, Arthur Slepian a ajouté qu’il « pense que la lettre reflète l’ampleur qu’a pris la question de l’égalité pour la communauté LGBT pour de nombreuses communautés juives [non-orthodoxes] en Amérique ».

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, info, internationnal

USA : Donald Trump ne veut pas de personnes transgenres dans l’armée

Donald Trump a annoncé ce mercredi sur Twitter que les personnes transgenres ne pourraient désormais plus intégrer l’armée américaine.
« Après consultation avec mes généraux et experts militaires, sachez que le gouvernement américain n’acceptera et n’autorisera plus d’individus transgenres à servir à quelque poste que ce soit dans l’armée américaine. Nos forces armées doivent être concentrées sur la victoire décisive et écrasante, et ne peuvent pas être accablées par le poids des gigantesques coûts médicaux et de la perturbation que la présence de personnes transgenres entraînerait. Merci »
Aux États-Unis, l’armée s’était en effet engagée depuis septembre 2016 à prendre à sa charge les frais médicaux des personnes transgenres. Chelsea Manning, ancienne militaire emprisonnée pour avoir fait fuiter des documents confidentiels de l’armée, en avait bénéficié, poussant le gouvernement à ensuite généraliser la prise en charge – qui comprend le suivi psychologique, le traitement hormonal et éventuellement l’opération chirurgicale de changement de sexe.
Cette prise en charge n’est toutefois pas automatique : elle concerne les personnes transgenres atteintes de dysphorie de genre (trouble de l’identité de genre), un mal-être qui peut conduire à des dépressions ou autres troubles mentaux. De plus, le Pentagone avait demandé un rapport sur le coût de cette réforme au groupe indépendant Rand Corp. avait estimé que les coûts pour l’armée s’élèveraient à 3 à 4 millions de dollars, un montant négligeable comparé aux 6 milliards de dollars dépensés chaque année pour la santé des membres des forces armées américaines.
Le 1er juillet, le secrétaire américain à la défense James Mattis avait déjà prolongé de 6 mois le délais que l’administration Obama s’était fixé pour approuver ou non le recrutement de personnes transgenres dans l’armée.
Quant à la « perturbation » engendrée, le Williams Institute rappelle que 15 500 personnes transgenres sont déjà engagées dans l’armée américaine
D’après Rand Corp. en 2016, cette prise en charge n’aurait « aucun effet sur la motivation des troupes à partir au combat ». Entre temps, personne ne s’est plaint de la réforme.

Poster un commentaire

Classé dans info

Syrie : Une unité armée LGBTQ+ qui combat l’État islamique

Un groupe armé proche des forces kurdes a annoncé la formation de TQILA, un groupe de combat LGBT dans la région de Raqqa en Syrie.
Ses membres veulent non seulement combattre le «fascisme» de Daesh, mais aussi le patriarcat et le sexisme.
C’est sur Twitter le 24 juillet 2017 que le groupe a annoncé la création de la toute première unité de combat LGBT, la Queer Insurrection and Liberation Army, «Insurrection queer et armée de libération» en français. Ce qui donne, en abrégé, TQILA.
«Nous, les Forces révolutionnaires internationales de guérilla [IRPGF, émanation des Unités de protection du peuple, les YPG kurdes] annonçons la formation de la TQILA […] qui comprend des camarades LGBT*QI+ et d’autres, tous ayant pour but de détruire le genre binaire et promouvoir la révolution des femmes, une conception du genre plus large et la révolution sexuelle», explique le communiqué, relayé notamment par Newsweek.
« Les membres de la ‘Queer Insurrection and Liberation Army’ ont observé avec horreur les forces extrémistes et fascistes attaquer la communauté queer et en tuer d’innombrables membres, arguant que ceux-ci étaient ‘malades’, ‘néfastes’ et ‘contre-nature’. Les images d’hommes gays jetés de toits d’immeubles et lapidés par Daesh, étaient des choses devant lesquelles nous ne pouvions pas rester les bras croisés. »
« […] Nous voulons mettre l’accent sur le fait que la queerophobie, l’homophobie et la transphobie ne sont pas inhérentes à l’Islam ou à une autre religion. Nous connaissons beaucoup de Musulmans, de Juifs, de Chrétiens, d’Hindous, de Bouddhistes, etc. qui acceptent et accueillent les personnes uniques et non conformistes […]. Nous leur sommes solidaires contre le fascisme, la tyrannie et l’oppression. »
rappellent les auteurs de la proclamation, faisant référence aux exactions commises notamment en 2014 par Daesh, alors en pleine expansion en Irak et en Syrie.
Selon le porte-parole de TQILA, contacté par Newsweek, les combattants arc-en-ciel, dont le nombre n’a pas été communiqué, seraient en opération à Raqqa, dernier bastion de Daesh dans le nord de la Syrie. Le groupe gay s’est en outre donné pour emblème un kalachnikov sur fond rose et le slogan : «Ripostez ! Ces pédés tuent des fascistes !»

Poster un commentaire

Classé dans info

Hanouna : le CSA inflige à C8 une amende de 3 millions d’euros

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a condamné la chaîne C8 du groupe Canal+ à une amende de 3 millions d’euros, pour la diffusion d’un canular homophobe dans l’émission « Touche Pas à Mon Poste » de Cyril Hanouna.

« L’animateur a, tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Le CSA a estimé qu’en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations », a justifié le régulateur dans un communiqué qui souligne avoir reçu 47 000 plaintes concernant cette séquence.

Le CSA rappelle avoir prononcé trois mises en garde et deux mises en demeure contre l’émission. Il estime ainsi avoir « privilégié le dialogue et multiplié les avertissements, sans manifestement être entendu, comme l’atteste la troisième sanction prononcée ce jour ».
Immédiatement après cette annonce, C8 a annoncé son intention d’intenter un recours contre cette sanction qui évite pourtant à la chaîne la suspension de l’émission envisagée par le CSA et redoutée par les responsables du groupe Canal+.
Dans un communiqué, la chaîne parle de traitement « inéquitable et discriminatoire » dont ferait l’objet son talk show « Touche pas à mon poste ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, TELE