il y a 35 ans, l’homosexualité était dépénalisée en France

Le 27 juillet 1982, sous l’impulsion de François Mitterrand, l’Assemblée nationale abrogeait définitivement un article du Code pénal aggravant les peines en cas d’«attentat aux mœurs sur mineurs» s’ils étaient commis par une personne de même sexe.
L’alinéa 3, de l’article 331, était une loi héritée du régime de Vichy. En 1942, le régime de Vichy introduit pour la première fois différentes majorités sexuelles pour les relations hétérosexuelles et homosexuelles.
Cette loi crée une distinction explicite entre rapports homosexuels et hétérosexuels s’agissant de l’âge à partir duquel un mineur civil peut entretenir une relation sexuelle avec un adulte, sans que cet adulte commette une infraction pénalement réprimée (21 ans pour les rapports homosexuels et 13 ans pour les rapports hétérosexuels puis 15 ans à partir de 1945
Elle condamnait «d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d ‘une amende de 60 francs à 20 000 francs toute personne qui aura commis un acte impudique ou contre nature avec un individu mineur du même sexe.»
Elle restera dans le Code pénal jusqu’au 4 août 1982, date où entre en vigueur la loi Forni, rapportée par Gisèle Halimi et soutenue par Robert Badinter.
En 1974, l’âge de majorité sexuelle pour les rapports homosexuels est abaissé à 18 ans (la loi change l’âge de majorité de 21 ans à 18 ans dans tous les articles du Code civil et du Code pénal). Avec cette modification, l’alinéa 3, devenu alinéa 212, de l’article 331 reste dans le Code pénal jusqu’au 4 août 1982, date où entre en vigueur la loi Forni
L’ancien candidat à la présidentielle, François Fillon (LR) avait dû s’expliquer lors de la campagne sur les raisons de son opposition à la loi. Sur le plateau de « L’Emission politique» du 27 octobre 2016 il avait alors tenté de s’expliquer :
« À l’époque, il y a 155 députés RPR dont Jacques Chaban Delmas, Jacques Chirac, Philippe Seguin… Les 155 députés ont voté contre ce texte, dont moi », avait d’abord tenté de relativiser le député de Paris. « Non, je ne revoterais pas pareil aujourd’hui. Le contexte, le débat sur les mœurs n’était pas le même. Mais surtout, il faut se rendre qu’en compte qu’en 1981 on est dans une guerre sans merci avec la gauche qui vient de nationaliser les banques, qui vient de nous imposer des réformes extrêmement brutales. Donc on vote contre tout », expliquera-t-il encore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :