USA : l’Armée américaine recule sur l’intégration des transgenres

Vendredi soir, à la veille du week-end de fête nationale aux États-Unis, le secrétaire à la Défense Jim Mattis a annoncé qu’il retardait de 6 mois, au 1er janvier 2018, l’ouverture du recrutement militaire américain aux personnes transgenres.L’administration Trump a décidé de retarder l’ouverture de l’armée aux recrues transgenres qu’avait décidée celle de Barack Obama, nouvel épisode dans la controverse sur une intégration qui divise l’Amérique.
«Nous allons utiliser ce délai pour mieux évaluer l’impact» d’un recrutement de ces personnes sur l’efficacité de la machine militaire américaine, a-t-il expliqué dans le mémo.
La décision de M. Mattis s’inscrit dans un contexte de pression d’une partie du camp républicain pour remettre en cause les mesures prises sous l’administration Obama en faveur des personnes transgenres, un sujet symbolique qui reste très polémique aux États-Unis, malgré le très petit nombre de personnes concernées.
Sous la pression notamment de la partie chrétienne conservatrice de son électorat, le gouvernement de Donald Trump a en février mis fin à un dispositif de protection des droits des transgenres dans le système public de l’éducation.
Au Pentagone, le report du recrutement des transgenres était demandé par certains chefs militaires, qui ont «demandé du temps» avant de le mettre en oeuvre, selon la porte-parole du Pentagone Dana White.
Selon la presse américaine, l’US Air Force (armée de l’air) et l’US Army (armée de terre) notamment ont demandé un délai de deux ans.
Mais le département de la Défense est resté très prudent sur ce dossier politiquement ultra-sensible.
«Il y a des transgenres qui servent dans l’armée, et il n’y a aucune réflexion en cours qui pourrait affecter leur capacité à servir», soulignait récemment le chef d’état major inter-armées, le général Joe Dunford.
De fait, le report décidé par M. Mattis laisse intactes d’autres mesures prises en faveur des personnes transgenres il y a un an par son prédécesseur Ashton Carter.
Ainsi, les militaires qui dévoilent leur orientation alors qu’ils sont déjà sous l’uniforme ne risquent plus d’être expulsés de l’armée.
Et le système de santé militaire reste tenu de fournir leur les soins médicaux nécessaires pour un changement de sexe, conformément à ce qu’avait décidé la précédente administration.
Les réactions des principales associations de défense des personnes LGBT après la décision de vendredi sont d’ailleurs restées mesurées.
Selon le ministère de la Défense, il y aurait déjà de 2500 à 7000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires d’active américains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :