Bac : un lycéen a préféré écrire une dissertation sur la répression des homosexuels en Tchétchénie

Le vendredi 16 juin dernier, lieu de composer sur un sujet qu’il ne connaissait pas en épreuve d’histoire géographie, ou de rendre copie blanche, un lycéen a préféré écrire une dissertation sur la répression des homosexuels en Tchétchénie.
En terminale L au lycée du douannier-Rousseau à Laval (Mayenne), Faustin, agé de 16 ans, peu inspirer par le «Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à nos jours» ou «La Chine et le monde depuis 1949» a préféré écrire deux pages militantes et engagées, sur la situation des homosexuels en Tchétchénie.
Le jeune homme, homosexuel lui-même et particulièrement attaché à la cause des communautés LGBT, a jugé indispensable d’en parler. «C’est inhumain, raconte-t-il. Ca me touche énormément que les grands médias en parlent si peu.»
«Ne pouvant pas disserter sur les sujets proposés, je me perdais dans mes pensées après avoir fait mon croquis de géographie. Et mes pensées étaient en Tchétchénie» précise-t-il encore. Durant deux pages et demi, il ressasse l’histoire politico-médiatique de la tragédie tchétchène avant de conclure par «Aujourd’hui, des gens comme vous et moi meurent en Tchétchénie pour avoir choisi d’être ce qu’ils sont. Réagissons. #Urgencetchetchenie.»
«Je n’ai jamais fait ça pour le buzz, précise-t-il encore à ceux qui en douteraient. C’est une vraie alerte, et si cela peut permettre de sensibiliser les Français sur cette horreur, alors j’aurais tout gagné. Même mes parents ont plutôt bien réagi!
C’est mieux qu’une page blanche, non?» De toute façon, Faustin le sait: «J’aurai 0/12 en histoire mais au moins, j’aurai fait passer mon message.»
Ce lundi soir, plus d’une vingtaine d’artistes sont réunis au théâtre Le Palace, à Paris, pour un concert de solidarité au profit du mouvement Urgence Tchétchénie, qui collecte des fonds pour lutter contre les persécutions présumées contre les homosexuels tchétchènes, révélées par le journal d’opposition russe Novaïa Gazeta, qui évoquait en avril dernier des “prisons secrètes”.
Depuis les révélations début avril, les ONG investies dans la lutte contre l’homophobie , qui dénoncent “une volonté d’extermination des homosexuels”, ont examiné les recours légaux envisageables pour stopper ces persécutions – dont plusieurs témoignages semblent corroborer l’existence.
Les fonds collectés par la vente des places (entre 30€ et 50€) doivent servir à organiser des rapatriements. L’association Urgence Tchétchénie à l’initiative de ce spectacle a déjà réussi à mettre à l’abri en France deux homosexuels tchétchènes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :