Australie : des stars du tennis veulent boycotter le court Margaret Court

L’ancienne championne de tennis Margaret Court, 74 ans, a dérapé ce mercredi à la radio. Invitée de 20TwentyVision, Court a créé la polémique en expliquant que « le tennis était pratiqué par beaucoup de lesbiennes », rapporte News.com.
La vainqueur de 24 titres du Grand Chelem devenue pasteur, a estimé que les enfants transgenres étaient « l’oeuvre du diable ». « Quand je jouais, il n’y avait que quelques joueuses lesbiennes. Mais elles entraînaient les jeunes dans des soirées.  On est là pour les aider à surmonter ça. Nous ne sommes pas contre ces personnes ».
La semaine dernière, Margaret Court avait déjà fait parler d’elle. Dans une lettre publiée dans le journal The West Australian, elle affirmait qu’elle allait boycotter la compagnie aérienne australienne Qantas à cause de son soutien apporté au mariage gay. « Le mariage, c’est l’union entre un homme et une femme, comme écrit dans la Bible. Le communiqué de Qantas ne me laisse aucune autre option que d’utiliser une autre compagnie aérienne », expliquait-elle.
Les réactions des stars du tennis n’ont pas tardé. En réponse à ces propos, sa compatriote, l’Australienne Samantha Stosur a confié que des joueuses pourraient essayer de boycotter le Margaret Court Arena à l’Open d’Australie 2018.
Andy Murray, n°1 mondial, a appelé à prendre une décision rapide, espérant que ce problème puisse être résolu avant le début du Grand Chelem australien. « Lorsque l’on est dans un Grand Chelem et que certains joueurs menacent de boycotter un court, c’est problématique, a-t-il déclaré en conférence de presse, en marge de sa victoire au premier tour de Roland-Garros. Si quelque chose devait se passer et que le nom du court devait être changé, cela devrait se passer avant l’évènement, avant qu’il ne commence ».
L’Australienne Casey Dellacqua, 71e mondiale en double, et qui a eu une petite fille et un petit garçon avec sa compagne Amanda Judd, a réagi dans la foulée en publiant sur Twitter une lettre que Margaret Court lui avait écrit en 2013. Dans cette lettre, Court prévenait d’une « génération sans père » si la société continuait à « mettre à mal l’unité familiale traditionnelle ». « Trop c’est trop Margaret », commentait Dellacqua sous la photo de la lettre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :