Bordeaux : un adjoint au maire dénonce l’agression homophobe de son compagnon

Adjoint au maire de Bordeaux, en charge de l’égalité et de la citoyenneté, Marik Fetouh a posté un message sur son compte Facebook dans lequel il dénonce une agression homophobe dont a été victime son compagnon, dans la nuit du 29 au 30 avril, à Bordeaux.
Sollicité par « Sud Ouest », l’élu ne souhaite plus s’exprimer sur le sujet, précisant toutefois que son compagnon « va bien » et qu’une plainte doit être déposée par son avocat, dans les prochains jours, auprès du procureur de la République.
« Mon compagnon a été agressé par un individu qui a eu des propos homophobes pour justifier son acte », indique Marik Fetouh dans le message qu’il a posté sur Facebook dimanche 30 avril. Une photo accompagne les quelques lignes: on y voit le dos d’une personne portant des traces de coups. « Je crois qu’on voit clairement des traces de chaussures sur son dos. Soyez rassurés, rien de grave si ce n’est 3 jours d’ITT », ajoute l’élu dans son message.
Dans un entretien accordé à BuzzFeed, Marik Fetouh raconte la nuit de l’agression: « C’était lors de ma soirée d’anniversaire surprise, organisée par mon compagnon. Nous avons fini la soirée en discothèque. Vers 5heures du matin, un de nos amis a voulu sortir de l’établissement car il ne se sentait pas très bien. Pour éviter qu’il ne se trouve tout seul, mon compagnon l’a accompagné. »
« Non seulement, il a reconnu l’agression, mais en plus il la justifiait parce que c’était « un pédé »
Les deux hommes se sont alors assis non loin d’un vendeur de sandwiches installé dans la rue. « Ce dernier leur a demandé de partir. Mon compagnon n’a pas compris pourquoi on lui demandait ça, puisqu’ils ne gênaient pas la vente. Et là, il a été tabassé », poursuit-il.
Averti par téléphone par son compagnon, Marik Fetouh explique être sorti aussitôt et être allé voir l’agresseur. « Il m’a dit, « Oui, c’est normal, je l’ai tabassé, c’était un gros pédé ». Il répétait ça en boucle. Il n’avait pas compris que j’étais son compagnon et que j’étais moi-même homo. Non seulement, il a reconnu l’agression, mais en plus il la justifiait parce que c’était « un pédé ». Les bras m’en sont tombés », ajoute l’élu bordelais. Il indique avoir alerté la police mais qu’à son arrivée, « l’agresseur avait disparu ».
Une plainte en préparation
Contacté par « Sud Ouest », Me Daniel Picotin, l’avocat de Marik Fetouh, confirme qu’il prépare une plainte pour « violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure à huit jours, avec la circonstance aggravante qu’elles ont été commises en raison de l’orientation sexuelle de la victime ». Un délit passible de trois ans d’emprisonnement et 45000 euros d’amende.
 » L’homophobie est malheureusement encore présente. Les discours de haine et de rejet légitiment les passages à l’acte comme celui-ci. Il est plus qu’urgent de se mobiliser pour éradiquer ce fléau », insiste Marik Fetouh, sur Facebook, où son message avait été partagé plus de 900 fois, ce samedi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :