USA : PornHub fête ses 10 ans et détaille comment les habitudes de ses visiteurs ont changé

Jeudi 25 mai, le site pornographique Porhub a dévoilé plusieurs graphiques détaillant les habitudes de visionnage de ses visiteurs, et leur évolution depuis 2007.
On apprend qu’en 2008, seulement 1% des utilisateurs regardaient des vidéos du site via smartphone, contre 99% sur ordinateur. Aujourd’hui, les trois quarts des visiteurs de PornHub le font par mobile.
En 2007, un utilisateur moyen visitait PornHub durant 13 minutes 46. Aujourd’hui, il n’y reste plus que 9 minutes 46.
On apprend qu’après six mois d’existence, le 26 novembre 2007, PornHub a atteint le million de visites quotidiennes. En juillet 2008, ce chiffre s’élevait à cinq millions. Aujourd’hui, il accumule plus de soixante-quinze millions de visites par jour.
Les vidéos les plus souvent mises en ligne sur PornHub entrent dans la catégorie «Amateur», suivie de «Gay», puis «Fellation». Cela ne veut pas dire qu’il s’agit des catégories les plus visitées de tous les temps : sur le podium, on trouve «Lesbian», «MILF» et, cette fois-ci encore, «Amateur». Cependant, chacune de ces catégories a eu le temps de briller une année ou une autre, à la première place.
Le graphique nous apprend également que le nombre total d’heures des 10,059,213 vidéos mises bout à bout équivaut à 173 ans : il faudrait donc presque deux siècles pour toutes les regarder dans leur intégralité. De plus, le nombre d’heures téléchargées sur le site a augmenté de manière impressionnante : en 2007, ce chiffre on comptait 134 heures, et en 2016, 476,291.
Le site a également recensé les plus grands moments de ses dix dernières années : l’arrivée du site mobile, le jour de la publication de la sex tape de Kim Kardashian, ou encore les dates de sortie des différentes publicités pour le site.

Combats homosexuels : Philippe Faucon tourne la mini-série Fiertés pour ARTE

Le cinéaste Philippe Faucon, réalisateur de « Fatima », César du meilleur film en 2016, tourne actuellement pour Arte, une mini-série sur les combats homosexuels, de l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir en 1981 à l’adoption de la loi Taubira sur le mariage pour tous en 2013.
Trois épisodes de 52 minutes, tournés du 2 mai au 16 juin.
Avec notamment Chiara Mastroianni, Emmanuelle Bercot, Jérémie Elkaïm, Frédéric Pierrot et Stanislas Nordey.
Ecrit par José Caltagirone, Niels Rahou en collaboration avec Philippe Faucon.
« Chaque épisode a pour contexte une période de crispation dans la société française autour de questions relatives à l’homosexualité », explique le cinéaste, âgé de 59 ans, marié à la productrice Yasmina-Nini Faucon.
Le premier épisode commence en 1981, à l’époque de l’élection de François Mitterrand à la présidence. « La gauche arrive au pouvoir et abroge aussitôt les lois qui pénalisent l’homosexualité », raconte Philippe Faucon, à Montreuil, sur les lieux du tournage.
Le deuxième épisode se déroule en 1999, « au moment du vote sur le Pacs », où les adolescents du début sont devenus adultes. Les protagonistes, deux hommes en couple, interprétés par Samuel Theis et Stanislas Nordey, ont un projet d’adoption mais à cette époque, relève Philippe Faucon, « ce n’est pas autorisé et cela passe par des stratégies de dissimulation ».
Le troisième épisode se situe en 2013, à l’heure du « mariage pour tous ». Là, l’enfant adopté, qui a atteint ses 17 ans, « doit assumer le fait d’avoir deux pères », ajoute-t-il.
Les personnages de la série traversent « ces périodes de revendications et de luttes importantes pour les droits fondamentaux à la visibilité, à une vie de couple qui ne passe pas par la dissimulation, le droit au mariage, à l’adoption », souligne le cinéaste.
Faisant un parallèle avec le droit à l’avortement, il s’étonne qu’il y ait, encore aujourd’hui, « des gens qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie que de s’opposer aux droits fondamentaux des autres ».
Dans la série, il s’agit d’une histoire d’amour, avant tout, entre deux êtres de même sexe: dans sa façon de filmer l’histoire, le cinéaste précise « tenir compte » qu’il s’agit d’une « fiction, grand public pour la télévision ». « Au cinéma je tournerais autrement », indique-t-il. « Nous avons tourné des choses belles et naturelles, de mon point de vue », confie-t-il, ne voyant pas « en quoi la série pourrait déranger ».
Même si, de son point de vue, « la nudité masculine, c’est bizarrement plus perturbant que la nudité féminine ». « Ayant été a priori fermé » à la série jusqu’ici, Philippe Faucon trouve finalement « l’exercice intéressant », bien que difficile: « je le fais parce que je ressens la nécessité de le faire. »

Australie : des stars du tennis veulent boycotter le court Margaret Court

L’ancienne championne de tennis Margaret Court, 74 ans, a dérapé ce mercredi à la radio. Invitée de 20TwentyVision, Court a créé la polémique en expliquant que « le tennis était pratiqué par beaucoup de lesbiennes », rapporte News.com.
La vainqueur de 24 titres du Grand Chelem devenue pasteur, a estimé que les enfants transgenres étaient « l’oeuvre du diable ». « Quand je jouais, il n’y avait que quelques joueuses lesbiennes. Mais elles entraînaient les jeunes dans des soirées.  On est là pour les aider à surmonter ça. Nous ne sommes pas contre ces personnes ».
La semaine dernière, Margaret Court avait déjà fait parler d’elle. Dans une lettre publiée dans le journal The West Australian, elle affirmait qu’elle allait boycotter la compagnie aérienne australienne Qantas à cause de son soutien apporté au mariage gay. « Le mariage, c’est l’union entre un homme et une femme, comme écrit dans la Bible. Le communiqué de Qantas ne me laisse aucune autre option que d’utiliser une autre compagnie aérienne », expliquait-elle.
Les réactions des stars du tennis n’ont pas tardé. En réponse à ces propos, sa compatriote, l’Australienne Samantha Stosur a confié que des joueuses pourraient essayer de boycotter le Margaret Court Arena à l’Open d’Australie 2018.
Andy Murray, n°1 mondial, a appelé à prendre une décision rapide, espérant que ce problème puisse être résolu avant le début du Grand Chelem australien. « Lorsque l’on est dans un Grand Chelem et que certains joueurs menacent de boycotter un court, c’est problématique, a-t-il déclaré en conférence de presse, en marge de sa victoire au premier tour de Roland-Garros. Si quelque chose devait se passer et que le nom du court devait être changé, cela devrait se passer avant l’évènement, avant qu’il ne commence ».
L’Australienne Casey Dellacqua, 71e mondiale en double, et qui a eu une petite fille et un petit garçon avec sa compagne Amanda Judd, a réagi dans la foulée en publiant sur Twitter une lettre que Margaret Court lui avait écrit en 2013. Dans cette lettre, Court prévenait d’une « génération sans père » si la société continuait à « mettre à mal l’unité familiale traditionnelle ». « Trop c’est trop Margaret », commentait Dellacqua sous la photo de la lettre.

Kadyrov invite Merkel et Macron à «rechercher la vérité» en Tchétchénie

Après qu’Emmanuel Macron s’est dit préoccupé par la question de la violation présumée des droits des homosexuels en Tchétchénie,
Le chef de la république de Tchétchénie Ramzan Kadyrov a invité le Président français, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel, afin d’apprécier la situation des homosexuels sur le terrain.
Il l’a fait dans un message sur son compte Telegram qui est largement diffusé dans les médias russes.
« Il ne faut pas accuser les médias russes de calomnie, et dans le même temps se laisser guider par de fausses informations. Le Président français Macron, en compagnie d’Angela Merkel, peuvent se rendre dans la république de Tchétchénie pour rechercher la vérité. Les portes sont ouvertes », a-t-il écrit .
Lundi, alors qu’il recevait Vladimir Poutine à Versaille, Emmanuel Macron a affirmé qu’il serait « constamment vigilant » sur le respect des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie, affirmant avoir reçu la promesse de son homologue russe de faire la « vérité complète » sur la répression des homosexuels en Tchétchénie.
Le porte-parole du chef de la république de Tchétchénie Alvi Kerimov a qualifié les informations du journal russe Novaïa Gazeta, qui a affirmé en avril dernier que plus d’une centaine d’homosexuels avaient été arrêtés ou enlevés en Tchétchénie et que certains d’entre eux avaient été tués, de mensongères.
Selon la déléguée russe aux droits de l’homme Tatiana Moskalkova, le ministre tchétchène de l’Intérieur « n’a reçu aucune plainte pour enlèvement entre le 1er janvier et le 1er avril ». La déléguée russe aux droits de l’homme compte en outre contacter le dirigeant d’une ONG citée par le journal Novaïa Gazeta pour vérifier ses sources d’informations et obtenir les noms des victimes présumées.

Irlande : Leo Varadkar, fils gay d’un immigrant indien, est susceptible d’être le prochain Premier Ministre

Agé de 38 ans, Leo Varadkar est pressenti comme le prochain Premier ministre du pays après la démission d’Enda Kenny de la tête du parti de centre droit au pouvoir, le Fine Gael. Il est le grand favori du vote prévu ce vendredi. Varadkar serait le plus jeune Taoiseach (chef du gouvernement)
Il est le fils d’un médecin indien et d’une Irlandaise.
Le père de Leo Varadkar, Ashok, est né à Mumbai. Médecin de métier, il a rencontré la mère de Varadkar, Miriam, une infirmière, travaillant en Angleterre dans les années 1970. Le couple s’est marié en Angleterre, et a déménagé à Dublin en Irlande, où Varadkar est né.
Leo Varadkar est ministre de la Santé depuis juillet 2014 au sein du gouvernement du 31e Dáil, après y avoir détenu le portefeuille des Transports, du Tourisme et des Sports à partir de mars 2011. Dans le gouvernement du 32e Dáil (2016-), il est ministre de la Protection sociale.
Il a révélé publiquement son homosexualité en janvier 2015, devenant le premier ministre en fonction du pays à avoir fait son coming out
C’est en 2015, en plein débat sur l’ouverture du mariage civil à tous les couples, que l’ambitieux élu, médecin de formation, avait décidé d’assumer publiquement son homosexualité. «C’est une part de moi, cela ne me définit pas, cela fait partie de ma personnalité, je suppose», avait-il déclaré à la radio. La déclaration avait été saluée comme une belle preuve de courage. Peu après, les Irlandais – autrefois connus pour leur farouche conservatisme catholique – glissaient dans les urnes un «oui» massif au mariage égalitaire.

Hanouna porte plainte contre Le Refuge

La société de production de Cyril Hanouna H2O a déposé deux plaintes contre X pour « dénonciation calomnieuse » et « diffusion de fausses nouvelles » et une plainte en diffamation contre le président de l’association Le Refuge.
Les trois plaintes ont été déposées mardi, l’une à Montpellier (dénonciation calomnieuse) et les autres à Paris, pour diffusion de fausses nouvelles et pour diffamation avec constitution de partie civile, contre Nicolas Noguier, le président du Refuge, a indiqué maître Stéphane Hasbanian, confirmant une information du Parisien.
Trois jours après l’émission, Le Refuge avait affirmé avoir reçu l’appel d’un jeune gay qui aurait été chassé de chez lui par ses parents après avoir répondu à la fausse annonce d’Hanouna après avoir été reconnu par ses parents de par sa voix diffusée en direct à l’antenne.
H2O, la société de production d’Hanouna, se base sur des contradictions dans les déclarations de l’association sur cet appel, pour contester sa réalité même.
« Nous avons déposé ces trois plaintes car cela fait une douzaine de jours que nous sommes sans nouvelles d’une victime imaginaire du canular, qui aurait été prétendument accueillie par Le Refuge », explique l’avocat de H2O.
« Nicolas Noguier, président de l’association du Refuge, va à la suite de ces plaintes devoir s’expliquer sur ses déclarations contradictoires, que je considère comme sidérantes voire même fantaisistes », poursuit-il.
L’avocat affirme dans sa plainte que « le jeune homme prétendument rejeté par ses parents n’a jamais existé » et soutient que que « la fausse nouvelle a provoqué un afflux de plaintes auprès du CSA, un boycott de la part des annonceurs et la publication d’articles contradictoires divisant l’opinion publique, avec des conséquences sur le programme et les salariés qui y contribuent ».
La société de Cyril Hanouna saisit également la justice pour un tweet posté dimanche par Nicolas Noguier, le président du Refuge, retiré deux heures plus tard, rendant publique une déclaration à la police du directeur général de l’association affirmant que le jeune homme victime du canular avait subi des pressions de la part de H2O qui lui aurait demandé « de ne pas déposer plainte mais de venir sur l’émission ».
Une allégation considérée comme « une diffamation publique à son endroit lui causant un préjudice » par H2O.
« Il n’y a aucune plainte dirigée contre l’association Le Refuge dont l’utilité n’est absolument pas remise en cause par la société de production H20 et Cyril Hanouna, et dont on continuera à soutenir le combat », se défend l’avocat. « Nous avons légitimement demandé à la justice, par le truchement de ces plaintes, de rechercher la vérité, d’identifier les responsables au sein de cette association et de sanctionner ce qui est pour nous une manipulation », ajoute Me Hasbanian.
Depuis la diffusion d’un canular téléphonique homophobe dans son émission, les difficultés se sont accumulées pour l’animateur de C8, lâché par une partie des annonceurs, épinglé par le CSA qui a ouvert une procédure, pointé du doigt par de nombreuses associations et personnalités.

Xavier Jugelé et son compagnon se sont mariés à titre posthume

Xavier Jugelé et son compagnon se sont mariés à titre posthume en présence de Hollande et Anne Hidalgo mardi soir .
Le mariage s’est déroulé mardi soir dans la mairie du XIVe arrondissement de Paris, selon Le Parisien. Les deux hommes étaient déjà pacsés.
Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a également assisté à la célébration de ce mariage.
Le mariage à titre posthume est autorisé en cas de « motifs graves » – les attentats entrent dans cette catégorie, précise le site du gouvernement – et d’une « volonté matrimoniale non équivoque » de la personne décédée. C’est le président de la République qui autorise, par décret, la célébration du mariage.
Le 25 avril, Étienne Cardiles, invité à l’Elysée lors de l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron, avait témoigné lors de l’hommage national de sa « douleur extrême » suite au décès de Xavier Jugelé, déclarant souffrir « sans haine ».
La cérémonie s’était déroulée dans la cour de la préfecture de police, déjà en présence de François Hollande et d’Anne Hidalgo. « C’est parce qu’il était policier qu’il a été frappé, et c’est en policier qu’il est tombé », avait déclaré François Hollande dans son discours.
Xavier Jugelé, 37 ans, a été abattu le 20 avril sur les Champs-Élysées dans un attentat jihadiste. Son assassin a tiré sur le car de police garé le long de l’avenue. Le policier était au volant, il a pris deux balles dans la tête. C’était un fonctionnaire engagé, notamment pour les droits des homosexuels.
Son compagnon avait été invité à l’Élysée lors de l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron.

L’association National Gay Pilots Association ouvre une antenne en Europe

L’association National Gay Pilots Association (NGPA) des pilotes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, active aux USA depuis 25 ans, veut s’implanter en Europe. Elle était présente pour la première fois sur un stand au salon Ebace de l’aviation d’affaires (Genève 22-24 mai 2017).
Comme son nom l’indique, à l’origine, au tout début des années 90, elle a été créée par des pilotes homosexuels. Aujourd’hui elle regroupe également des lesbiennes, des bisexuels et des transgenres, qu’ils soient pilotes professionnels ou privés.
Sa vocation est d’aider ses membres à faire une carrière, en octroyant des aides financières, aussi bien à ceux qui préparent des brevets professionnels que privés. Son budget annuel est de 100.000 $. Elle milite surtout pour l’égalité des chances, pour l’accès pour tous aux cockpits et, depuis peu, elle soutient aussi ceux qui veulent faire carrière dans l’industrie aéronautique.
Elle a mis en place des partenariats avec les trois principales écoles de pilotage américaines (UDN, UWM et Embry Riddle).
Elle réunit désormais les industriels de l’aéronautique à l’occasion de sa convention annuelle de Palm Springs.
Jusque-là, NGPA était centrée sur les Etats-Unis. Elle ouvre sa première antenne européenne cette année en Grande-Bretagne. Ce sera à l’occasion de la Gay Pride de Londres en juillet. D’où sa présence à Ebace 2017.
En juin, la branche canadienne sera créée.

Maroc : La PrEP bientôt distribuée

Alors que près de 24.000 Marocains vivent avec le VIH, et que plus de la moitié d’entre eux l’ignorent, le Maroc s’apprête à lancer un nouveau traitement préventif, afin de réduire les risques de propagation du sida, notamment chez les populations à risque, comme les prostitué(e)s ou les homosexuels,
La PrEP sera distribué auprès de personnes ciblées à Agadir, Marrakech et Casablanca, villes qui regroupent 51% des cas de VIH toutes populations confondues.
La PrEP, qui consiste en la prise quotidienne d’un traitement antirétroviral (à base de tenofovir disoproxil fumarate) est considéré comme aussi utile que le préservatif, pour prévenir l’infection.
Selon une enquête réalisée en 2013 auprès de Marocains de 15 à 24 ans, la moitié des personnes interrogées disaient ne pas avoir utilisé de préservatif lors de leur dernier rapport sexuel .
Intégrée au plan stratégique national de lutte contre le VIH/sida, pour la période 2017-2021, la PrEP sera disponible « prochainement » sur le territoire marocain. Elle sera distribuée, dans un premier temps, aux homosexuels et aux professionnel(le)s du sexe, où la prévalence du VIH est respectivement de 5% et de 2% contre 0,1% seulement dans la population générale.
Concernant le coût du traitement, la PrEP sera accessible en version générique au Maroc. Une boîte, valable pour un mois, coûtera l’équivalent de 5 dollars par patient, soit 60 dollars (un peu moins de 600 dirhams) par an. « En France, le même traitement coûte 500 dollars la boîte, soit 100 fois plus cher.

Des militants de l’association Aides manifestent devant les locaux de Canal+ suite aux débordements homophobes de Cyril Hanouna

Ce mardi matin, une vingtaine de militants de l’association Aides ont manifesté devant les locaux de Canal+ à Issy-les-Moulineaux suite au « énième débordement homophobe de Cyril Hanouna ».
Ils ont placardé des affiches où l’on pouvait notamment lire : « TV Bolloré n’aime pas les LGBT ».
Ils ont dénoncé le canular homophobe du jeudi 18 mai dans l’émission « Touche pas à mon poste »
Dans la séquence il se fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce, avant de répondre de façon caricaturale et en direct aux hommes qui le contactent, suscitant l’hilarité du public et de ses chroniqueurs.
Pour Cédric Daniel, président du secteur Paris de l’association Aides, c’est « le canular de trop ». Il n’a rien trouvé de mieux que de faire un canular où il piège des hommes homosexuels, s’agace-t-il. Ce sont des méthodes utilisées par les homophobes qui veulent ‘casser du PD' ».