Sortie cinéma : Les Initiés

Les Initiés sort en France le 19 avri.
Pour son premier long-métrage, le réalisateur sud-africain John Trengove explore un rituel d’initiation de l’ethnie xhosa. Et lance un débat salutaire sur l’homosexualité et la définition traditionnelle de la masculinité.
Synopsis : Afrique du sud, montagnes du Cap Oriental. Comme tous les ans, Xolani, ouvrier solitaire, participe avec d’autres hommes de sa communauté aux cérémonies rituelles d’initiation d’une dizaine d’adolescents. L’un deux, venu de Johannesburg, découvre un secret précieusement gardé… Toute l’existence de Xolani menace alors de basculer.

Les Initiés lève un double tabou. Non seulement il expose sur grand écran le très secret ulwaluko, un rituel d’initiation particulier aux Xhosas, le deuxième groupe ethnique du pays. Mais surtout il lance la question du rapport entre tradition et homosexualité dans une société où les attaques homophobes restent légion.
L’ulwaluko est aujourd’hui loin de faire l’unanimité parmi les Xhosas eux-mêmes, notamment pour des raisons sanitaires. Mais qu’un réalisateur, blanc qui plus est, s’attaque à ce sujet sensible n’a pas manqué de faire des remous. Et qu’un Xhosa gay lui prête main-forte n’a pas été pour arranger les choses. Dans le film, c’est en effet Nakhane Touré qui prête sa grâce fragile au personnage de Xolani. Chanteur à succès et homosexuel revendiqué, le jeune homme de 29 ans a reçu des lettres de menace pour son rôle, il a été insulté sur les réseaux sociaux. Certains l’ont accusé de jeter sa culture aux orties.

« Les Initiés est né de mon envie de m’attaquer aux stéréotypes trop souvent associés à la masculinité noire au cinéma, en Afrique comme ailleurs. En tant que blanc, représenter la vie d’hommes noirs marginalisés, mettre en scène un monde qui m’est étranger, ne coulait pas de source. C’était même extrêmement délicat. Il m’importait que l’histoire elle-même reflète cette problématique. J’ai donc développé le personnage de Kwanda, qui est étranger à ce monde de traditions et exprime un point de vue proche du mien sur les droits de l’homme et la liberté individuelle.
Un tel film ne prétend pas apporter de solutions à l’enfer que traversent des millions d’homosexuels sur le continent africain et dans le monde, mais j’espère qu’il aura le mérite de représenter cette crise pour ce qu’elle est : un gouffre profond, qui ne cesse de s’agrandir.
Contre toute attente, durant l’écriture des Initiés, je me suis inspiré de Robert Mugabe. Ses déclarations, comme celles proférées par d’autres chefs d’État africains depuis le début des années 90, laissent entendre que l’homosexualité est un symptôme de la décadence occidentale qui menace la culture « traditionnelle ». Nous nous sommes donc dit, « Très bien, mettons cette idée en pratique, imaginons l’homosexualité comme une sorte de virus qui pénètre un organisme patriarcal et le met en péril, et voyons comment l’organisme répond à cette menace. » explique le metteur en scène JOHN TRENGOVE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :