Archives Mensuelles: avril 2017

le champion canadien Shawn Barber fait son Coming out

Le Canadien Shawn Barber a fait son coming out sur sa page Facebook.
Le Champion du monde 2015 de la perche, l’un des rares à avoir franchi les 6 m, se dit «fier d’être homosexuel».
Dans un milieu (le sport en général) relativement fermé à la «différence», Barber «devient d’un seul coup un des athlètes les plus renommés au monde à affirmer son homosexualité», écrit ainsi le site.
«Merci à mes parents de m’avoir autant soutenu», relève le champion canadien de 22 ans. «Je continue à grandir en tant que personne et je compte de nombreux appuis. Mes parents sont mes plus grands supporters et m’ont beaucoup aidé ces derniers temps. Mes amis, vous êtes toujours mes amis et je vous aime!», écrit-il encore.

Tours: rassemblement contre les repressions visant la communauté homosexuelle en Tchétchénie

Hier, en fin d’après-midi, une cinquantaine de personnes s’est réunie place Plumereau, à Tours, pour dénoncer les répresssions depuis des années mais renforcées depuis le mois de mars contre la communauté homosexuelle en Tchétchénie, république de la Fédération de Russie.
A l’appel du Centre LGBT de Touraine, en partenariat avec le Planning familial, l’association David et Jonathan, Aides, Amnesty international, Sos Homphobie et Osez le féminisme 37, des banderoles ont été déployées pour appeler à une prise de conscience, inciter la classe politique française à faire pression sur les autorités russes et à diligenter une commission d’enquête internationale.
Depuis des semaines, plus d’une centaine de personnes – des hommes âgés de 16 à 50 ans – ont ainsi été dénoncées, arrêtées, torturées. Une purge barbare. « La seule chose qu’on nous autorisait à faire, c’était prier. Et, quand on priait, on avait le droit d’avoir de l’eau », explique l’un de ces hommes qui est parvenu à s’échapper des geôles tchetchènes et dont le témoignage a été lu par des membres du Centre LGBT de Touraine.
« Tout cela rappelle les heures les plus sombres de notre histoire », a insisté Georges Ratineau, de SOS Homophobie.
source : lanouvellerepublique.fr

Audrey Pulvar suspendue pour une pétition anti-Le Pen

Mercredi, la chaîne d’info CNews (groupe Canal+) a décidé de suspendre d’antenne sa présentatrice star Audrey Pulvar pour avoir signé un pétition féministe contre Marine Le Pen et appelant à voter Emmanuel Macron, a annoncé une porte-parole de la chaîne, confirmant une information du Parisien.
La présentatrice, qui anime le dimanche sur CNews Le Grand Rendez-vous et l’émission politique Le grand journal de la présidentielle, sera suspendue d’antenne jusqu’à la fin de la campagne, a en effet précisé la porte-parole.
Cette décision a été prise au nom de la « déontologie » et de « la nécessité d’un devoir de réserve » des journalistes qui ne doivent « pas préciser pour qui ils votent », a fait valoir CNews. Le vice-président du Front National s’est félicité de cette suspension sur Twitter.
Sur son compte Twitter, la journaliste Audrey Pulvar avait introduit sa signature à cet appel par ces mots : « Pour défendre les valeurs de notre République, pour que les droits des femmes ne soient pas encore plus bafoués ». Avant de dénoncer, après que sa suspension a été annoncée, que « tous les jours, des journalistes-éditorialistes d’extrême droite déroulent le programme du FN dans des médias généralistes »
Lancée par Laurence Rossignol, ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes, cette pétition, intitulée « Féministes, nous ne voulons pas du Front National. Nous votons Emmanuel Macron », affirme que « l’élection de Marine Le Pen à la présidentielle serait une défaite pour les femmes ».
Dans le texte, il est notamment reproché à Marine Le Pen « l’avortement qualifié de confort, la stigmatisation des femmes étrangères » ou « l’instrumentalisation raciste du combat contre l’oppression religieuse ».
Il a été signé par un cinquantaine de personnalités, dont Zabou Breitman, Julie Gayet, Pascale Breugnot, Bruno Solo, le rabbin Delphine Horvilleur ou encore Agnès Jaoui.

Lagarde (UDI) demande à LR d’exclure Boutin et Sens commun

Le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde a souhaité jeudi l’exclusion des Républicains (LR) de Christine Boutin, qui prône un vote en faveur de Marine Le Pen, mais aussi de Sens Commun, qui refuse de choisir entre la candidate du FN et Emmanuel Macron.
« Autant Gérard Larcher, Bernard Accoyer, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon ont clairement dit les choses: évidemment qu’il y a des désaccords avec Emmanuel Macron, mais il n’y a que des divergences avec Marine Le Pen, donc il faut voter Emmanuel Macron », a déclaré M. Lagarde sur Sud Radio et Public Sénat.
« Ce qui me pose problème: à l’intérieur des Républicains, un mouvement, Sens commun, explique qu’il s’en lave les mains, voire laisse entendre que M. Macron est le principal adversaire. Je pense qu’on ne peut pas être républicain et dire ce genre de choses », a poursuivi le président de l’UDI.
« Deuxième exemple: Mme Boutin qui est la présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate et qui appelle à voter pour Marine Le Pen, ça veut dire qu’elle est exclue des Républicains ? En tout cas je le souhaite. Et M. Poisson qui est le président de ce parti doit se positionner clairement », a ajouté M. Lagarde.
Sens commun, mouvement lié à la Manif pour tous qui avait apporté son soutien à François Fillon dans la primaire de la droite, n’a pas donné de consigne de vote pour le deuxième tour.
Christine Boutin, présidente d’honneur du Parti Chrétien Démocrate, formation associée aux Républicains, prône le « vote révolutionnaire » en faveur de Marine Le Pen.

Montpellier : appel au rassemblement place de la Comédie

Vincent Boileau-Autin, président de l’association LGBT Fierté Montpellier Tignes Pride, appelle au rassemblement, ce jeudi soir 19h place de la Comédie à Montpellier. « Nous voulons rassembler un maximum de monde pour montrer notre solidarité aux LGBT actuellement en souffrance en Tchétchénie, et plus généralement pour rappeler la nécessité de lutter contre les discriminations », explique-t-il.
Pour rappel, depuis début avril, les informations se multiplient concernant des homosexuels (réels ou supposés) en Tchétchénie : ils auraient été victimes d’arrestations, de détentions arbitraires, de torture et, pour certains, d’assassinats.
Fierté Montpellier Pride, à l’image des rassemblements lancés dans d’autres villes par Amnesty International, l’Inter-LGBT, Russie-Libertés et SOS homophobie, rejoint à son tour l’appel pour le respect des droits humains en Tchétchénie:
« Nous appelons les autorités russes à se saisir immédiatement du sujet afin qu’elles fassent cesser ces exactions, poursuivent en justice les auteurs de ces crimes en assurant la rigueur des enquêtes policières et l’indépendance de la justice et viennent en aide, dans la mesure de leurs moyens, aux personnes LGBTI qui sont ou ont été victimes de ces agissements atroces », indiquent les membres de Fierté Montpellier.
Nous demandons à la France, à l’Union Européenne, au Conseil de l’Europe et à l’Organisation des Nations Unies d’exiger de la Russie qu’elle fasse cesser ces exactions sur-le-champ.
Pour rendre visibles les revendications, un appel au rassemblement est lancé ce jeudi 27 avril à 19h – place de la Comédie Montpellier -devant la statue des Trois Grâces- pour manifester notre soutien aux victimes de ces crimes et aux associations LGBTI locales.
Quelques jours avant le second tour de la présidentielle… « Le premier tour de l’élection présidentielle fait craindre une victoire du Front National. Ce parti politique aux idées réactionnaires et sectaires, doit être combattu. Ce qui se passe actuellement en Tchétchénie est la démonstration des conséquences d’une politique extrémiste qui stigmatise et discrimine les minorités. Aussi ce rassemblement a également vocation à sensibiliser l’opinion publique sur les dangers que représentent le Front National », avertit Vincent Boileau-Autin.
Selon les informations dont nous disposons, cette répression aurait commencé suite aux actions de l’ONG « Gay Russia » qui a mené depuis plusieurs mois une campagne de documentation des violations de la liberté en Russie. Cela, afin de préparer un dossier devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), rappelant que les demandes auprès des autorités locales pour organiser une Marche des Fiertés, ont toutes refusées.
Dans le Nord du Caucase – dans les villes de Naltchik, Tcherkessk, Stavropol et Maïkop – ces refus se sont doublés de campagnes médiatiques mises en œuvre par les autorités appelant au durcissement de la répression contre les homosexuel-le-s. Des manifestations ont également été organisées en Tchétchénie contre les associations de défense des personnes LGBTI. D’après les contacts de l’Inter-LGBT en Russie, le système de répression s’organiserait autour de « camps de détention secrète » créés à cet effet, dont le principal se situerait dans une ancienne caserne d’Argoun – ville de la banlieue de Grozny, la capitale tchétchène.
Les victimes y seraient détenues dans d’atroces conditions, de 30 à 40 par cellule, subissant de régulières séances de torture, parfois jusqu’à la mort (l’identité de 3 victimes serait connue), pour obtenir les noms d’autres homosexuels. La police tchétchène utiliserait les réseaux sociaux pour « débusquer » de nouvelles victimes.
Les familles des homosexuels séquestrés auraient été contraintes de payer plusieurs milliers de roubles afin que ceux-ci puissent être nourris ou parfois libérés.
En réponse à ces accusations, Alvi Karimov, porte-parole du président Ramsan Kadirov a prétendu qu’une telle répression de masse n’existait pas dans la mesure où il n’y avait pas d’homosexuels sur le territoire et où, s’il devait y en avoir, « les agences d’état n’auraient pas à se préoccuper d’eux car leurs familles elles-mêmes les enverraient quelque part d’où ils ne pourraient jamais revenir ».

L’Eglise catholique de France ne se mouille pas

A l’issue du résultat du premier tour des élections présidentielles, la Conférence des évêques de France a appelé à « construire une société plus juste, plus fraternelle dans ses diversités et plus respectueuse de chacun ».
L’Eglise de France « n’appelle elle pas à voter pour l’un ou l’autre candidat », elle souhaite « donner à chacun des éléments pour son discernement propre ».
Dans un communiqué, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques, appelle à « un véritable pacte éducatif ». Il écrit que c’est « en soutenant la famille, tissu nourricier de la société, en respectant les liens de filiation, que l’on fera progresser la cohésion sociale ».
En outre, il indique que l’Eglise de France « replace ce scrutin présidentiel dans un processus démocratique qui ne s’y limite pas mais qui se prolongera dans les législatives et les sénatoriales  ; qui se traduit aussi dans d’autres formes de participation à la démocratie (démocratie participative locale, fonctionnement associatif) ; et qui s’accompagne enfin de l’engagement des citoyens dans la vie sociale ». « Dépositaire du message de l’Evangile qui inspire l’Enseignement Social », l’Eglise de France rappelle donc « certains principes fondateurs comme la recherche du bien commun, la destination universelle des biens, la mise en œuvre de la fraternité, l’attention aux plus fragiles, la dignité de la personne humaine et la subsidiarité ».
Le collectif Antioche qui réunit des prêtres et des religieux, à différents niveaux de la hiérarchie ecclésiastique, ont souhaité prendre leurs distances de la Conférence épiscopale:
«Force est donc de constater que les propos de la CEF se trompent de cible avec une régularité d’horloge depuis 30 ans. Ils ne sauraient donc plus ni mobiliser ni intimider quiconque, en tout cas pas nous. Nous ne regardons plus la télévision depuis longtemps, nous ne lisons plus vos déclarations, Messeigneurs… Nous étions à la Manif pour Tous et à la Marche pour la Vie et vous n’y étiez pas… La situation s’aggrave chaque jour…
Voilà pourquoi, sans « appeler » à voter, ni « canoniser » personne ni aucun programme, sans donner de leçons de morale à quiconque, sans jouer sur la peur, soucieux du bien commun politique dans le « moindre mal », nous disons paisiblement que nous voterons pour Mme Le Pen dans deux semaines.»
Un sondage Harris publié le 25 avril par « La Croix », révèle que 44% des catholiques pratiquants dits réguliers ont donné leur voix à François Fillon. Passé la désillusion de ne pas voir leur favori au second tour, beaucoup peinent encore à savoir quel bulletin glisseront-ils dans l’urne, le 7 mai prochain.

des youtubeurs recueillent des témoignages homophobes choquants

Le 23 avril dernier, c’était l’anniversaire de l’adoption du texte autorisant le mariage, il y a 4 ans à l’Assemblée Nationale.
Pour fêter ça, Carlito, un vidéaste de Golden Moustache est allé dans les rues, micro à la main, demander aux passants ce qu’ils pensent du mariage gay. Quand il pose la question à un homme, cheveux grisonnants, à la sortie du PMU, ils ne s’attendait pas à avoir cette réponse : « Il faut assassiner tout ça ». Quand il demande à une femme assez jeune, quel effet ça lui fait quand deux hommes s’embrassent, elle répond : « ça m’énerve, tout simplement ». L’homme, lui, s’insurge : « Ça me dégoûte ». Là intervient McFly, un autre youtubeur, qui fait semblant d’être le compagnon de Carlito.
Lorsque Mcfly demande à l’homme « de quoi ils parlaient », il répond : « De cul « . Des propos abjectes, qui n’en finissent pas : « Les mecs comme ça, faut les assassiner (…) les tuer (…) on m’a dit que c’était des gênes malades ». Vient ensuite la question : « Avec mon ami Jérôme, on est ensemble depuis trois ans et on voudrait adopter. Qu’est-ce que vous en pensez ?  » réponse :  » Je suis à 2000% contre ».
C’est là où McFly sort son téléphone et s’extasie « C’est ok pour l’adoption du petit Djibril ! », quand ils lui demandent des félicitations, l’homme reste sur ses positions : « Je ne dirais rien du tout ». Ce à quoi McFly répond « Merci monsieur, bonne journée. Merci mon dieu ! « .

La fédération Inter-LGBT appelle à faire « battre les idées du FN »

L’Inter-LGBT, fédération d’associations lesbiennes, gay, bi, trans et intersexes, a appelé mercredi les électeurs à se « mobiliser massivement » pour faire « battre les idées du Front national » au second tour de la présidentielle le 7 mai.
« En 2002, la présence du Front national au second tour fut un choc. Cette fois-ci, bien que pressenti, son score en hausse le rapproche de l’Élysée. La progression et la banalisation de l’extrême droite sont très inquiétantes », estime l’Inter-LGBT dans un communiqué.
« C’est pourquoi l’Inter-LGBT appelle à se mobiliser massivement dès maintenant pour battre les idées du Front national et protéger nos valeurs d’égalité et de justice ainsi que toutes les minorités », ajoute-t-elle, en soulignant que « pas une seule voix ne doit aller à Madame Le Pen ».
Créée en 1999, l’Inter-LGBT regroupe des associations françaises lesbiennes, gay, bi et trans, et lutte contre les discriminations fondées sur les moeurs, l’orientation ou l’identité de genre. Elle organise notamment chaque année la « Marche des fiertés ».

Canada : un pasteur invite les français à voté Le Pen pour contrer le pro LGBT Macron

Joël Spinks, pasteur-fondateur de l’Église de la Victoire du Québec, a invité les Français «à ne pas faire la même erreur que l’Église canadienne lors des élections »
Lors des dernières élections qui se sont déroulées au Canada, Justin Trudeau, un pro-LGBT qui accorde en outre beaucoup d’importance à la communauté musulmane a été élu .
«je vous encourage FORTEMENT : VOTEZ AU NOM DE JÉSUS ! Lors de nos dernières élections, la majorité canadienne a élu un Premier ministre sans tenir compte de ses valeurs. Depuis, le Canada a perdu son statut de pays de proéminence, ayant autrefois le plus haut standard de vie au monde. SVP, soyez plus sages que l’Église au Canada », déclare le pasteur sur sa page Facebook.
Joël Spinks soulève en outre le problème de l’abstention ou du vote blanc qui peut favoriser le candidat qui serait le moins à même de défendre les valeurs chrétiennes, voire être une source de persécution dans une société qui ne veut pas avoir à faire avec Dieu.
« Sous prétexte qu’aucun candidat ‘ne me convient vraiment’, trop de chrétiens restent à la maison et laissent les non-chrétiens choisir nos dirigeants », déplore-t-il ; et d’ajouter : « Je sais que certains chrétiens justifieront leur refus d’aller voter pour mille et une raisons. Mes amis, je le sais très bien que nous devons parfois voter pour le candidat qui est le ‘moins pire’ ! C’est notre réalité, alors n’adoptez pas la mentalité du fataliste ».
Dans son exhortation, il décrit ce qu’il considère comme l’importance du vote du chrétien.
« VOTRE vote est VOTRE semence dans VOTRE nation », déclare-t-il.
« Si la Bible nous exhorte à la prière pour nos leaders (1 Timothée 2:1-4), Dieu s’attend certainement à ce que nous faisions notre part ! En d’autres mots, Dieu n’ira certainement pas voter à notre place ! Jésus a déclaré que ‘vous êtes la lumière du monde’ (Matthieu 5:14) alors, ne vous supprimez pas du processus électoral : BRILLEZ AU NOM DE JÉSUS ! », ajoute-t-il pour expliquer son intervention dans la campagne.

Emmanuel Macron et la question LGBT

Emmanuel Macron s’était attiré les foudres des associations lorsqu’il a déclaré, le 15 février dernier, que le gouvernement de François Hollande avait «humilié la France de la Manif pour Tous».
Emmanuel Macron a publié depuis une lettre ouverte sur le site d’En Marche, où il affirme vouloir être «le Président de la République qui donnera à toutes les citoyennes et à tous les citoyens les mêmes possibilités de déployer leur liberté et de vivre la vie qu’ils souhaitent». Il a également précisé qu’il mènera «une lutte intraitable contre la haine envers les LGBTI».
Si Emmanuel Macron est élu, il ne reviendra pas sur la légalisation du mariage pour tous, qui est selon lui «un acquis fondamental», et un «enrichissement de ce qu’est la famille en France».  «Cette loi n’enlève rien aux couples de sexe différent : elle reconnait aussi les couples de même sexe» précise t’il sur son site.
Marine LePen ne cache pas sa volonté d’abroger la loi Taubira. En 2013, Marine Le Pen affirmait déjà : «Moi au pouvoir, j’abolirai le mariage pour tous».
Le candidat d’En Marche a affirmé être en faveur d’une loi permettant aux femmes lesbiennes ou célibataires d’accéder à la procréation médicalement assistée. Une promesse de François Hollande qui n’avait pas vu le jour durant son quinquennat. Cependant, rien de concret n’a été formulé quant à la mise en place d’une telle loi. Emmanuel Macron préférant attendre «que le Comité consultatif national d’éthique ait rendu son avis, prévu pour la fin du printemps 2017, pour pouvoir construire un consensus le plus large possible».
Emmanuel Macron s’est engagé à ce que l’état-civil français reconnaisse les enfants issus de la GPA à l’étranger.
Le candidat souhaite s’assurer que la circulaire du 25 janvier 2013, qui permet de reconnaître ces enfants, soit appliquée sur l’ensemble du territoire français, ce qui n’est pour l’instant pas le cas, affirme-t-il. Pour se faire, Emmanuel Macron veut compléter cette circulaire «selon la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme».
Il veut également lancer «une initiative internationale» pour lutter contre le trafic d’enfants et de femmes, et la GPA «très peu payée» dans certaines parties du monde.
Emmanuel Macron veut que les agents de la fonction publique, comme la police et la gendarmerie, soient «mieux formés à ces questions». Il a également évoqué la question du harcèlement en ligne, affirmant sa volonté de «punir» ceux qui, «sous couvert d’anonymat, répandent des insultes sur les réseaux sociaux».