Chine : la médecine traditionnelle pour soigner le sida

Youngsters hold a rainbow flag, a symbol for the homosexuals, as they march on the street during their anti-discrimination parade in Changsha, central China's Hunan province on May 17, 2013. About one hundred persons gathered to the anti-discrimination parade on the International Day Against Homophobia, appealing for understanding to homosexuals from the mass people. CHINA OUT AFP PHOTOSTR/AFP/Getty Images

La Chine veut doubler le nombre de malades du sida traités grâce à la médecine traditionnelle. Le gouvernement entend développer le recours à ces pratiques ancestrales peu onéreuses et moins invasives selon lui dans le cadre de son nouveau plan quinquennal anti-sida qui a été dévoilé ce dimanche sur internet.
Ancestrale, moins invasive que la médecine moderne et peu onéreuse. La médecine traditionnelle se fait une place de choix dans le nouveau plan anti-sida dévoilé ce dimanche sur internet par les autorités sanitaires chinoises (lire en encadré).
Médicaments (surtout à base de végétaux), massages, acupuncture ou encore qigong (gymnastique traditionnelle) font cependant partie d’un package de multiples méthodes promues par ce plan quinquennal aux côtés de la médecine moderne.
Le dispositif exhorte ainsi les services de médecine traditionnelle à collaborer avec les organismes officiels de santé « pour trouver un schéma thérapeutique combinant la médecine traditionnelle chinoise et la médecine occidentale ». Objectif : Doubler le nombre de personnes vivant avec le sida et traitées avec la médecine traditionnelle chinoise par rapport à 2015.
Cette promotion de la médecine traditionelle contre le sida est en appel en phase avec la campagne globale du gouvernement visant à développer l’usage de la pratique vieille de plusieurs millénaires.
Fin décembre, la Chine, qui compte environ 450 000 praticiens, a effectivement voté sa première loi sur la médecine traditionnelle : les professionnels du pays peuvent désormais obtenir des licences et ouvrir des cliniques plus facilement.
La Chine comptait fin 2014 un total de 501 000 personnes atteintes du sida ou porteuses du virus du VIH, selon un décompte officiel transmis à l’ONU en 2015. Le nouveau plan anti-sida vise par ailleurs à réduire d’au moins 10% les « comportements sexuels homosexuels liés au sida » et à faire baisser à moins de 4% le taux de transmission de la mère à l’enfant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :