Tanzanie: Le gouvernement ne publiera pas la liste des noms d’homosexuels se prostituant

hamis-kingwangalaLe gouvernement tanzanien a renoncé lundi à son projet de publier les noms d’homosexuels se prostituant.
Le gouvernement invoque «des raisons techniques» et le souci de préserver les preuves à charge.
«Nous avons annulé la conférence de presse. Nous n’allons pas annoncer les noms de LGBTs  qui vendent publiquement leur corps, pour des raisons techniques», a annoncé sur Twitter le vice-ministre de la Santé, Hamisi Kigwangalla.
«Pour des raisons stratégiques et pour éviter de détruire les éléments de preuve, nous traiterons cette question autrement et nous vous tiendrons informés à chaque étape», a-t-il poursuivi.
Le vice ministre avait annoncé le 18 février son intention de «publier une liste de gays qui vendent leur corps sur internet», quelques jours après la fermeture de centres de santé spécialisés dans la lutte contre le sida, accusés de promouvoir l’homosexualité. Il avait convoqué une conférence de presse lundi à cet effet.
«Vu la liste dont nous disposons, rendre publics les noms des personnes gays reviendrait à libérer un diable enfermé dans une bouteille», a-t-il ajouté.
L’homosexualité est punissable en Tanzanie de très lourdes peines de prison, mais c’est seulement récemment que les autorités ont adopté une rhétorique anti-gay.

Amayé-sur-Orne : l’épicier victime d’homophobie ?

florian-lamyFlorian Lamy, ancien gérant d’un bar-tabac épicerie , a repris l’épicerie d’Amayé-sur-Orne, un village de 900 habitants. « Je change de domaine, mais c’était un choix. J’ai été très bien accueilli par les habitants qui ne souhaitaient pas voir l’établissement fermer. Des fidèles viennent tous les jours au Panier sympa. » confiait il à Ouest-France il y a presque un an .
Florian est gay et certaines personnes lui reprochent : « On m’a reproché mon mode de vie, que des gens comme nous, homosexuels, n’avaient pas leur place ici, qu’on ne s’intégrerait jamais, et qu’heureusement qu’on ne pouvait pas avoir d’enfant. »
Le jeune homme décide alors de déposer plainte et déménage du village tout en conservant son épicerie.
Alors que Florian et son compagnon décident de racheter les murs de son commerce , le Maire s’y oppose et fait jouer son droit de préemption sur la vente du bien.
Florian attaque en justice le Maire de la commune et gagne devant le tribunal administratif. Le Conseil Municipal retire son droit de rachat sur le commerce.
Bizarrement le Maire décide de ne plus passer de commande à l’épicerie de Florian, que ce soit pour l’école ou les services municipaux, alors que la logique voudrait que la municipalité soutienne le petit commerce du village
Du côté de la municipalité, on se défend d’alimenter la polémique.
Il doit faire face à des rumeurs, pour se défendre il affichera sur la façade de son magasin  : « on m’a accusé d’un délit que je n’ai pas commis et traité comme un criminel, j’aurai pu me défendre seul mais le fait de s’en prendre à mon apprenti mineur, je dis ‘stop !’, il est évident que l’on cherche à me faire partir. »
Le mardi 21 février 2017, une trentaine d’habitants ont répondu à l’appel de Florian Lamy, qui a baissé symboliquement le rideau de son épicerie.
Une pétition est mise à disposition des habitants et des clients à l’épicerie : « Agissons pour changer les choses avant que le rideau de fer de votre épicerie ne soit définitivement baissé, signez la pétition. Votre épicier Florian. »

Le comédien Olivier Sauton rattrapé par des tweets antisémites

olivier-sauton

C’est une nouvelle polémique qui a éclaté sur le net après des tweets antisémites d’un comédien qui ont refaits surface.
Après l’affaire Mehdi Meklat , c’est le comédien Olivier Sauton actuellement sur scène dans la pièce « Fabrice Luchini et moi» qui est au coeur de la tourmente.
qui est au coeur de nombreuses critique.
Auprès de l’AFP, il a exprimé «sa honte» et ses «excuses».
«Malheureusement, ces tweets sont bien de moi», a-t-il indiqué.
Et d’ajouter: «Je suis anéanti, j’ai honte. Je n’ai jamais eu une pensée antisémite».
Avant d’expliquer «à l’époque ce qui me plaisait bêtement, c’était d’enfreindre l’interdit et jouer avec des sujets sensibles».
Et d’ajouter qu’il avait à l’époque publier ces messages car il n’avait aucun succès et était «amer, aigri et cherchait une figure».
«La seule personne que je n’excuse pas c’est moi, je m’excuse auprès des gens qui ont été offensés, je les comprends tout à fait», a-t-il confié.
De son coté, le Théâtre La Bruyère où Olivier Sauton se produit, s’est dit «stupéfait de l’existence de ses tweets nauséabonds».
Et a qualifié ces prises de position de «choquantes, incompatibles avec nos valeurs et celles du théâtre que nous défendons».
Avant d’ajouter: «La direction du théâtre se laisse 48 heures avant de faire savoir les suites qu’elle entend donner à cette affaire.»
Ce sont en effet plusieurs tweets à caractères antisémites et haineux qui ont refait surface.
Dans un des tweets, Olivier Sauton écrivait : « Je préviens tous mes amis juifs : en cas de déportation, EVIDEMMENT je vous mettrais en 1re classe. J’ai trop le respect de vos habitudes. » Le comédien explique que les tweets remontent à une période où il n’avait aucun succès, était « amer, aigri et cherchait une figure ». Il est alors ami de l’humoriste Dieudonné. Olivier Sauton a notamment coécrit le film « L’antisémite » (joué par Dieudonné et Alain Soral).

Une brochure d’éducation sexuelle pour les lycéens distribuée dans un lycée privé affirme l’homosexualité est un dérangement

livreUne brochure d’éducation sexuelle distribuée  en décembre aux élèves du lycée privé (sous contrat) Sainte-Croix de Neuilly a déclenché la polémique pour son contenu jugé homophobe et ouvertement opposé à l’avortement. Son auteur, un religieux investi dans ces questions, a aussi publié plusieurs tribunes agressives sur le site ouvertement islamophobe Riposte laïque.
Le document de 80 pages intitulé « Pour réussir ta vie sentimentale et sexuelle » contient en effet des passages jugés particulièrement douteux, notamment sur l’homosexualité. Cette dernière y est décrite par l’auteur, le père Jean-Benoît Casterman, comme « résultant d’une évolution psychique marquée par l’influence excessive ou insuffisante du père ou de la mère dans l’enfance; ou suite à des perversions d’adultes qui ont provoqué une attirance pour le même sexe ou une répulsion pour l’autre sexe ». Le texte ajoute que « personne ne choisit une tendance homosexuelle et on n’en est pas spécialement heureux. C’est pourquoi les personnes homosexuelles méritent toute notre considération », tout en avertissant les jeunes: « Ne te définis pas par cette tendance, qui n’est pas irrémédiable et peut-être surmontée (…) N’active pas à cette tendance en passant à l’acte ».
L’avortement, lui, est considéré comme « l’irréparable », d’où le besoin de se confier en cas de grossesse pour éviter « la solitude ou la panique te pousseront à l’irréparable, que tu regretteras toute ta vie ».
Le père Jean-Benoît Casterman, membre de la communauté Saint-Jean créée en Suisse et particulièrement active en Afrique, est un contributeur ponctuel du site ouvertement islamophobe Riposte Laïque. Les titres de certaines de ses tribunes sont assez évocateurs: « Vous les cathos qui accueillez l’islam, vous serez méprisés et écrasés par lui » ou « La Théorie du Genre va plutôt favoriser notre islamisation! ». L’homme d’Eglise semble cependant inactif sur ce site depuis 2014.
Il a également été 18 ans missionnaire au Cameroun, où il s’occupait déjà de questions relatives à l’éducation sexuelle, encourageant les postures favorisant l’abstinence pour lutter contre le Sida. Selon un témoignage d’un ancien élève d’un collège privé où l’homme a officié, à Boulogne-Billancourt, et rapporté par Libération, le religieux était un défenseur de la position de Benoît XVI qui disait que le préservatif « aggrave le problème » du Sida.
Le directeur de l’établissement a jugé « malencontreuse » la circulation de cette brochure parmi les élèves, assurant, le vendredi 25, que « l’équipe pastorale du lycée et moi-même n’avions pas pris le temps nécessaire pour examiner attentivement ce document dont les contenus ne reflètent en rien la réflexion que nous voulons conduire avec nos enfants »

Salvador: demande d’enquête sur des assassinats dans la communauté LGBTI

el-salvadorRaquel Caballero, la médiatrice des droits au Salvador, a condamné vendredi les trois assassinats qui ont eu lieu dans la communauté LGBTI, et a demandé au parquet et à la police d’enquêter sur ces affaires qui peuvent avoir été motivées par « la haine ».
« La Procureure pour les droits humains exprime son total rejet et condamne vigoureusement les assassinats de trois personnes dans cette communauté », déclare t’elle dans un communiqué .
Trois personnes de la LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexuées) communauté ont été tués la semaine dernière dans différentes parties du sud de El Salvador.
En 2016, 24 personnes LGBT ont été assassiné et 12 meurtres ont déjà été enregistrés depuis le début de cette année.
Les meurtres de ces minorités sexuelles sont donnés dans différentes régions du pays.
Les associations LGBTI au Salvador demandent au gouvernement de sortir du silence et une réunion pour parler des droits humains et plus spécialement les questions des minorités sexuelles.
Le parquet salvadorien a fait part de ces trois assassinats survenus la semaine écoulée en des lieux distincts dans la région de La Paz, dans le sud du pays, suscitant l’émoi des organisations de défense LGBTI.
Raquel Caballero appelle le Procureur général Douglas Meléndez et le directeur de la police Howard Cotto à enquêter « avec diligence et sensibilité » sur ces homicides qui « pourraient avoir été motivés par la haine ».
Raquel Caballero a promis une « surveillance étroite » des enquêtes sur ces homicides.

« Les Engagés », une série originale consacré aux minorités sexuelles

les-engagesAstharté et Compagnie enregistre actuellement une web série de 10 fois 10 minutes intitulée « Les engagés » qui raconte l’engagement de militants de la cause LGBT.
Une grande partie du casting et de l’équipe technique repose sur des personnalités de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Mehdi Meskar interpréte Hicham Alaoui, et Eric Pucheu Thibaut Giaccherini.
L’équipe va investir plusieurs lieux emblématiques de la communauté et notamment le véritable Centre LGBTI de Lyon qui regroupe 28 associations et plus de 500 sympathisants.
Le tournage dans l’agglomération lyonnaise a débuté il y a tout juste une semaine et il se poursuivra jusqu’au 17 mars.
L’histoire : Le jeune Hicham Alaoui, 22 ans, décide brusquement de s’enfuir de sa chambre d’ado attardé. Désertant sa famille qui ne soupçonne rien, il se rend à Lyon, à la rencontre du seul homosexuel qu’il connaisse : Thibaut Giaccherini. Ce dernier a 28 ans, c’est un activiste qui milite pour les droits LGBT.
La quête d’identité intime, politique et sexuelle d’Hicham trouve en Thibaut un référent. Hicham admire ses combats. Il est fasciné par son univers bouillonnant et engagé. Il envie la force et l’affirmation de soi que Thibaut dégage. Mais, à mesure qu’il apprend à mieux le connaître, Hicham en devine de plus en plus les failles et les contradictions. Cette force est un masque. Pour trouver qui il est, Hicham va devoir tracer sa propre route…

« Les Engagés »

Une série créée et écrite par Sullivan Le Postec
Réalisée par Maxime Potherat et Jules Thénier
Produite par Sophie Deloche et Baptiste Rinaldi – Astharté & Compagnie et France Télévisions Nouvelles Écritures
Avec la participation de TV5 Monde
Avec le soutien du Centre National du Cinématographie et de l’Image Animée, du fonds Image de la Diversité (Commissariat à l’égalité des territoires et Centre National de la Cinématographie) et de l’ADAMI.

La série « Les engagés » sera diffusée sur Studio4 ,une plateforme éditée par Francetv Nouvelles écritures. Elle propose des webséries originales françaises ou étrangères qui ont pour particularité d’avoir été conçues pour le web par des auteurs et des réalisateurs investis qui y ont trouvé un véritable territoire d’expression. STUDIO 4 se définit par la liberté de son offre.

Maroc: Deux hommes condamnés à six mois de prison pour homosexualité

marocDeux hommes ont été condamnés vendredi, par le tribunal de première instance de Tanger, à six mois de prison ferme chacun pour homosexualité, rapporte l’agence de presse espagnole EFE.
Selon les médias locaux, il s’agit d’un étudiant universitaire et d’un agent immobilier. Les deux hommes auraient été arrêtés après la publication d’une vidéo de près d’une minute et demi, publiée sur Whatsapp, qui montrerait ces derniers en pleins ébats sexuels.
Outre la peine d’emprisonnement, les deux accusés ont écopé d’une amende de 1.000 dirhams chacun.
L’article 489 du code pénal marocain prévoit des peines de prison et des amendes pour qui se rend coupable « d’actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe ».
Au Maroc, l’homosexualité est passible de 6 mois à 3 ans d’emprisonnement et d’une amende de 120 à 1200 dirhams.

Oscars : «Moonlight» a été sacré meilleur film

«Moonlight» a été sacré meilleur film dimanche, battant le grand favori «La La Land» qui est toutefois reparti avec six statuettes à l’issue d’une soirée marquée par plus de diversité et beaucoup de politique.
Mahershala Ali, interprète d’un trafiquant de drogue qui se prend d’affection pour un petit garçon dans «Moonlight», drame intimiste sur un jeune garçon noir homosexuel qui grandit dans un quartier difficile, a reçu la statuette de meilleur second rôle masculin.
Oscar remis après un qui propos assez incroyable: l’actrice Faye Dunaway, aux côtés de Warren Beatty, a lu le mauvais nom de film sur la scène du Dolby Theatre. Toute l’équipe de «La La Land» est montée sur le podium et les producteurs ont commencé leurs remerciements avant qu’on vienne les prévenir que le gagnant était en réalité «Moonlight».
«Il y a une erreur, ‘Moonlight’, c’est vous qui avez gagné le prix du meilleur film», a expliqué l’une des personnes sur la scène brandissant le carton et son enveloppe rouge.
L’un des producteurs de «La La Land», avec classe, a dit qu’il était honoré de donner la statuette qu’il avait crue sienne à ses «amis de Moonlight».
Le réalisateur de ce dernier film, Barry Jenkins, 37 ans, a aussi été primé pour le scénario, adaptation d’une pièce de Tarell McCraney.

Emmanuel Macron dans TETU

tetuAprès ses propos polémiques sur « l’humiliation » subie selon lui par les opposants au mariage pour tous, le candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, livre un long entretien dans le magazine homosexuel TÊTU, à paraître mardi 28 février. Il y évoque notamment sa position sur la GPA et il revient sur les rumeurs sur sa supposée liaison avec le président de Radio France, Mathieu Gallet.
« Cette polémique était folle et deux choses sont odieuses derrière le sous-entendu: dire qu’il n’est pas possible qu’un homme vivant avec une femme plus âgée soit autre chose qu’homosexuel ou un gigolo caché, c’est misogyne », dénonce M. Macron. « Et c’est aussi de l’homophobie. Si j’avais été homosexuel, je le dirais et je le vivrais », assure-t-il, dans le magazine de référence de la communauté homosexuelle française. Créé en 1995 par des militants anti-sida avec le soutien du mécène Pierre Bergé, TÊTU, revient en kiosque mardi après une éclipse de dix-neuf mois et l’arrivée de nouveaux dirigeants.
Par ailleurs, le candidat à l’élection présidentielle, se dit favorable à la reconnaissance des enfants nés d’une gestation pour autrui (GPA) à l’étranger. »Je ne suis pas favorable à autoriser la GPA en France », explique le fondateur d’En Marche. Selon lui, « ce sujet soulève un débat philosophique sur la capacité à disposer de son corps et à le marchandiser ». « A mes yeux, c’est un débat impossible à trancher », admet l’ancien ministre.
« En revanche, il faut permettre la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger », préconise M. Macron. « On ne peut pas les laisser sans existence juridique ». « Ces enfants participent d’un projet d’amour. Il faut arrêter l’hypocrisie, et je porterai ce projet pour compléter la circulaire Taubira » qui permet à des enfants nés d’une GPA d’avoir la nationalité française, promet M. Macron. Il se redit en outre favorable à la PMA (procréation médicalement assistée) pour les couples de femmes.
Emmmanuel Macron s’est aussi adonné à un exercice d’introspection, confiant que « pour être honnête, je ne m’aime pas beaucoup. C’est peut-être pour cette raison que je fais tout cela ». « J’aime casser les murets qui peuvent se dresser entre deux personnes et qui empêchent la communication », dit-il aussi. « J’ai besoin de toucher, de passer du temps, de regarder en face », explique M. Macron, interrogé par le magazine sur le fait que sa « personnalité séduise » ses interlocuteurs. « Je ne cherche pas à séduire pour obtenir quelque chose, car séduire, ce n’est pas aimer les gens, c’est s’aimer soi-même », estime M. Macron.

TÊTU revient en kiosque, en bimestriel

valentin-neraudeau-top-chef-j-ai-fait-la-couv-de-tetu-pour-le-funDix-neuf mois après son dernier numéro, grâce à l’arrivée de nouveaux dirigeants, le magazine TÊTU revient mardi dans les kiosques, en formule bimestrielle, avec pour ce redémarrage un long entretien avec Emmanuel Macron.
Magazine de référence de la communauté homosexuelle française, créé en 1995 par des militants anti-sida avec le soutien du mécène Pierre Bergé, TÊTU, chroniquement déficitaire, avait été mis en liquidation judiciaire après 20 ans d’existence. Alors mensuel, il avait cessé de paraître en juillet 2015, après son 212e numéro.
tetuDepuis 2010, TÊTU avait vu sa diffusion baisser de 12,5%, à 28.275 exemplaires en raison d’une désaffection de son lectorat gay, parti vers des magazines généralistes.
Pendant de nombreuses années, Pierre Bergé avait épongé des pertes de plusieurs dizaines de millions d’euros, avant de le revendre pour 1 euro symbolique à Jean-Jacques Augier, un proche de François Hollande. En 2014, les pertes avaient encore atteint 1,1 million d’euros pour un chiffre d’affaires de 2,8 millions.
En novembre 2015, les actifs du titre gay ont été repris pour 102.000 euros par la start-up française Idyls, déjà en charge de So Têtu, une application de rencontres et de sorties. Le repreneur a aussitôt relancé le site TÊTU.com dédié à l’information LGBT (Lesbiennes, gays, bi et trans). Selon Idyls, cette relance en ligne est, un an après, un succès avec plus de 500.000 visiteurs chaque mois.
Proposant 140 pages dont 110 rédactionnelles, le 213e numéro de TÊTU, diffusé à 55.000 exemplaires, a été réalisé par les quatre journalistes de TÊTU.com renforcés par 7 pigistes, rédacteurs et photographes.
La « une » du nouveau TÊTU réunit trois inconnus – une jeune homosexuelle, un garçon noir et un garçon trans -, « une diversité incarnant le renouveau » du magazine qui propose en dossier principal une enquête sur les nouveaux réseaux militants gays après le mariage pour tous. Le nouveau TÊTU comprend aussi un reportage sur un rappeur gay de banlieue parisienne.
Premier invité politique, Emmanuel Macron : une façon pour le candidat à la présidentielle de s’adresser à nouveau à la communauté LGBT, inquiète de ses propos polémiques sur « l’humiliation » subie selon lui par les opposants au mariage pour tous. La communauté LGBT « trouvera toujours en moi un défenseur », avait-il déjà déclaré la semaine dernière.