Cote d’Ivoire : la police refuse de dire pourquoi ils ont arrêté deux homosexuels

Des homosexuels agressés pour avoir exprimé leurs condoléances à la suite de la tuerie d’Orlando

Les autorités de Côte-d’Ivoire ont refusé d’expliquer pourquoi deux hommes homosexuels ont été arrêté et emprisonné dans un pays qui ne criminalise pas les actes homosexuels, et est souvent considéré comme un modèle de tolérance pour les minorités sexuelles.
Yann, 31 ans, et Abdoul, 19 ans, sont ouvertement gay, mais nient toute relation amoureuse. Ils ont été arrêtés en Octobre dans un village du sud-ouest de la Côte-d’Ivoire, pour « indécence publique ».
Bien que les procureurs aient refusé de confirmer l’accusation portée contre ces deux hommes, pour les militants ,  si la loi sur l’ indécence a été utilisé , ce serait le premier exemple connu de la disposition étant utilisée pour emprisonner les homosexuels dans le pays.
Graeme Reid, directeur du programme sur les droits des LGBT à Human Rights Watch, a déclaré: «Une loi imprécise, des arrestations arbitraires et une condamnation inexpliquée: C’est tout à fait contraire à la règle de droit. Le gouvernement doit donner une explication à ces deux jeunes hommes qui ont passé trois mois en prison sans raison apparente.»
Cette affaire met en évidence la portée géographique limitée de nombreux groupes de défense des droits des homosexuels dans la région. En Côte-d’Ivoire et dans les pays voisins, la plupart de l’activisme a lieu dans les grandes villes et il y a souvent peu de contacts avec les régions plus éloignées.
Il n’y a pas de protection juridique pour les minorités sexuelles, et les actes de discrimination, y compris des agressions physiques sont fréquents, disent les militants.
L’ an dernier, plusieurs hommes homosexuels ont été attaqué et contraints de quitter leur domicile après que l’ambassade américaine à Abidjan ait affiché une photo des personnes qui avait signé un livre de condoléances pour les victimes de la fusillade de boîte de nuit à Orlando, en Floride.
ils ont été libérés il y a 3 semaines, et les deux amis ont migré à Abidjan pour tenter de reconstruire leur vie. Même si la ville est souvent considérée par les homosexuels Africains de l’Ouest comme un havre relatif, avec un réseau impressionnant de bars gays et spectacles de travestis, leur sécurité n’est pas assurée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :