sortie DVD : Beautiful Something

5479086_orig 1540-1

Titre original Beautiful Something
Titre français Beautiful Something
beautifulsomething_dvd_2d-1 Date de sortie initiale : 26 avril 2015 (Miami Gay and Lesbian Film Festival), 6 mai 2016 (USA),
Réalisateur : Joseph Graham
Scénario : Joseph Graham
Productrice : Leilani Goode
Montage : Sharon Franklin
Acteurs : Brian Sheppard , Zack Ryan , Colman Domingo
Pays Etats-Unis
Musique Inu, Luke O’Malley, Windows to Sky
Sortie vidéo : 26 octobre 2016 chez Optimale 
Brian, un charmant poète en quête d’amour et de rencontres nocturnes traîne dans les rues sombres de Philadelphie… De son côté, Jim, jeune homme vulnérable délaissé par son amant, s’échappe dans la pénombre à la recherche d’un peu de compagnie. Chaque âme en peine erre jusqu’à ce que la connexion opère.

Pub gay : Il n’y a aucune mauvaise façon d’être une femme

La société P&G ( Gillette, head ans shoulder, secret…)  a frappé fort avec sa nouvelle publicité pour le déodorant secret
Le clip montre la lutte interne d’une personne trans dans un WC public, et l’angoisse qu’elle doit vivre tout les jours .
Cette publicité ramène à la loi  HB2 et à l’augmentation de la violence envers les personnes transgenres.
On retrouve Karis Wilde qui joue Dana, une personne trans .
Aucun dialogue, mais les producteurs ont intelligemment dépeint la lutte interne de Dana.
Finalement, Dana prend une profonde inspiration, elle trouvent le courage de quitter la sécurité de la stalle et braver les toilettes occupés. Elle montre qu’il n’y a pas de mauvaise façon d’être une femme.
« Cette annonce a été inspirée par les femmes transgenres et à un moment de la vie réelle qui est stressant et difficile. Ceci est l’une des nombreuses histoires sur le stress des femmes, que nous sommes fiers de partager, » explique Janine Miletic, directrice de la marque d’Amérique du Nord de Déodorants chez P & G

bisou gay : Antonin & Hubert (j’ai tué ma mère)

see the pyramids around the Nile
watch the sunrise from a tropic isle
just remember darling all the while –
you belong to me
see the marketplace in old Angier
send me photographs and souvenirs
just remember when a dream appears –
you belong to me
and I’ll be so alone without you
maybe you’ll be lonesome too
fly the ocean in a silver plane
see the jungle when it’s wet with rain
just remember till you’re home again –
you belong to me

You Belong to Me – Jason Wade

Russie : une ville pourrait autorisée une gay pride

russie gayUne ville russe pourrait permettre une gay pride et ainsi se démarquer des villes opposée aux manifestations LGBT
Perm, une ville de Russie et la capitale administrative du kraï de Perm, doit se prononcer pour savoir si la loi contre la «propagande homosexuelle» est en contradiction avec les lois protégeant la liberté d’expression et la liberté de réunion.
Les militants des droits des homosexuels ont déposé une demande pour manifester auprès des autorités de Perm et, contrairement à d’autres villes, n’ont pas pas dit non au nom de l’interdiction nationale de promotion des «relations non traditionnelles» aux enfants.
La semaine dernière, les villes et les régions de Yekaterinberg, Ufa, Sverdlovsk, de Tcheliabinsk et Kurgan ont toutes refusées des défilés LGBT en se basant sur la loi relative à « propagande homosexuelle »
Cependant Yuri Outkine, le maire de Perm, affirme que «Le droit des citoyens à la liberté de réunion pacifique est en conflit avec la nécessité de protéger les enfants des informations qui pourraient nuire à leur santé, à leur développement moral et spirituel »

Brésil : Un maire évangélique homophobe maire de Rio

senador-marcelo-crivellaLe sénateur Marcelo Crivella, 59 ans, est devenu dimanche le premier maire évangélique de l’histoire Rio de Janeiro .
Pendant sa campagne, il a réussi à faire oublié son passé de prédicateur intégriste diabolisant catholiques et homosexuels.
Pendant sa campagne, ce sénateur du Parti républicain brésilien (PRB, droite), émanation de la puissante Eglise universelle du royaume de Dieu (EURD, néo-pentecôtiste) a lissé son image.
Il s’est présenté en pasteur tolérant et modéré, ouvert même au mariage gay, même si il a déclaré par le passé que l’homosexualité était un « mal terrible ».
Il a qualifié ses positions extrémistesde « lamentables erreurs de jeunesse d’un jeune missionnaire au zèle immature » .
Son succès électoral symbolise l’expansion du culte évangélique au Brésil, notamment dans les milieux les plus défavorisés comme les favelas.
« Crivella a bénéficié du vide politique laissé par la rupture de l’alliance entre le PT (gauche) de l’ex-président Lula et le PMDB de centre droit du maire sortant Eduardo Paes », a-t-il souligné.
« Nous avons quatre ans pour construire le Rio de Janeiro de nos rêves », a clamé M.Crivella à l’issue de sa victoire à Bangu dans la zone nord et pauvre de Rio.
Il a « remercié l’Eglise catholique qui nous a appuyés » et toutes les autres religions, critiquant la campagne diffamatoire de certains médias « contre » sa candidature.
« Nous ne tomberons pas dans le piège de la vengeance . Je pense à Dieu, a-t-il ajouté. Je représente l’espoir de ceux qui luttent et la foi de ceux qui ne renoncent jamais ».

USA : L’Eglise mormone lance un site web censé aider les homosexuels

Pour la première fois des Mormons rejoignent la gay pride de San Francisco en 2012L’Église de Jésus Christ des saints des derniers jours a franchi une étape officielle vers la reconnaissance de l’ homosexualité comme étant une réalité parmi ses membres avec le lancement du site Web « Mormons gay. » En début d’année, le chef Mormon David A Bednar avait insisté affirmant que son Eglise n’avait pas de membres homosexuels. « Nous ne nous définissons pas par l’attraction sexuelle ni par le comportement sexuel. Il n’y pas de membres homosexuels au sein de notre Eglise » avait-il lancé.
Cependant, accepter l’ homosexualité dans leurs rangs ne signifie nullement accepter les relations homosexuelles.
Si le site apparaît tout d’abord gay-friendly on évoque rapidement une « cure gay ». « L’attirance elle-même n’est pas un péché mais elle agit sur chacun. Même si les individus ne choisissent pas de telles attirances, ils choisissent la manière d’y arriver » peut on notamment lire
Suivent plusieurs témoignages d’ex-gays, femmes et hommes, qui se sont « sortis » de l’homosexualité.
Les histoires qui sont destinés à guider les autres Mormons gays qui cherchent des moyens à suivre leur foi, même si ils sont gay. Elles reflètent les croyances actuelles de Mormons sur l’ homosexualité, présentant l’homosexualité comme une maladie qui peut être guérie.
Par conséquent, d’après le site, les homosexuels peuvent vivre leur vie comme les couples hétérosexuels avec le soutien et l’ aide spirituelle de la communauté mormone.
L’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours a déclaré simplement accepter les homosexuels comme des enfants de Dieu, mais maintient ses enseignements traditionnels qui mettent en garde que l’attraction pour les membres du même sexe est un péché.
Il ne fait aucun doute que cette façon d’accepter l’ homosexualité implique un conflit personnel douloureux pour les individus qui cherchent à combiner leur foi avec l’acceptation de leur orientation sexuelle. Parce que si elle peut être un signe d’espoir pour les Mormons qui sont secrètement homosexuel, vous pouvez également augmenter la pression morale vécue en les incitants à croire que leur comportement n’est pas naturel. Le site crée un environnement sûr pour les Mormons gays qui peuvent faire leur coming out sans crainte, car ils seront protégés, mais ce soutien ne sera fourni que si personnes restent célibataires , ou acceptent d’épouser une personne du sexe opposé.

Aucune différence comportementale entre des parents LGBT et hétérosexuels

homos-et-parentsUne recherche démontre qu’il n’y a aucune différence comportementale chez les enfants avec des parents LGBT et hétérosexuels. Cela détruit des mythes populaires sur des structures familiales « traditionnelles » par rapport à d’autres structures.
Parmi les controverses entre les parents issus de la communauté LGBT et hétérosexuels, on cite souvent l’argument douteux que les parents hétérosexuels proposent une structure familiale plus conventionnelle et que cela influence le développement comportemental de l’enfant. Mais une recherche menée par Rachel H. Farr, professeure adjointe au département de psychologie de l’université du Kentucky démontre qu’il n’y a aucune différence comportementale majeure.
Elle a mené une étude longitudinale (une étude mesurant des effets à différents intervalles) sur 100 familles adoptives qui avait des parents hétéros, gay ou lesbienne à différentes périodes. La première observation a été menée pendant la période préscolaire et la seconde a été menée 5 ans plus tard. Les observations se basaient sur les problèmes rapportés par des parents ou les enseignants. Les parents rapportaient eux-mêmes leurs problèmes via des critères de stress parental.
Les résultats indiquent qu’il n’y a aucune différence comportementale chez les enfants avec des parents hétéros ou LGBT. Et s’il y avait des petits problèmes, alors on pouvait les trouver chez tous les types de parents. Le développement des enfants a suivi une courbe optimale indépendamment du type de parent. Cependant, les chercheurs ont noté que les problèmes, qui sont apparus 5 ans plus tard, sont liés à ceux qui étaient déjà présents pendant la période préscolaire, notamment via le stress parental. Et si les enfants avaient peu de problèmes pendant les périodes préscolaires, alors ils avaient également moins de problèmes pendant la période tardive de l’enfance. Cela suggère que le développement n’est pas lié à une structure familiale précise, mais bien au fonctionnement de la famille. En termes clairs, un enfant pourrait avoir des problèmes si le fonctionnement familial est plombé par des facteurs qui sont communs à tous les types de parents tels que des problèmes de communication, de chômage ou d’autres aléas externes et sans aucun lien avec l’orientation sexuelle des parents.
Cette recherche renforce la littérature scientifique sur l’absence de problèmes spécifiquement liés à des parents LGBT. En plus de détruire le mythe de la famille « traditionnelle », ce type de recherche doit inciter à résoudre le problème des adoptions. Aux États-Unis, il y a des milliers d’enfants qui attendent d’être intégré dans des familles et de l’autre coté, on a des parents LGBT qui veulent adopter, mais qui sont souvent bloqué par des démarches administratives qui se basent uniquement sur cette vision de la famille traditionnelle et au fait que les parents LGBT ne seraient pas de bons parents.
Source : Developmental Psychology

BD : la raison pour laquelle les gays vont en enfer

comic-1Une nouvelle bande dessinée revient sur le «péché» d’être gay
La BD nous raconte l’histoire d’un jeune homme qui se retrouve en enfer, face à face avec Satan lui-même.
Le diable l’interroge sur ce qu’il a fait pour se retrouver dans les flammes
Meurtre ? demande t’il à l’homme, Viol ? adultère? vol?
Mais non – le jeune homme a commis aucun de ces actes « horribles ».
En fait, la seule raison pour laquelle il est en enfer c’est parce qu’il est gay.
cliquez sur l’image de droite

comic-0_640x345_acf_cropped

Bresil : une personne trans blessée demande de l’aide à l’hôpital qui la méprise

Nátyla Mota, un travesti de 21 ans, a été attaqué à coups de poing et  coups de pied le 2 octobre dernier, pendant une manifestation politique, dans la ville de Maiquinique, dans le centre du sud de Bahia. Elle a été transporté à l’Hôpital Cristo Redentor, dans la ville d’Itapetinga, dans le Sud-ouest de Bahia.
Une vidéo qui la montre allongée  au sol et très fortement blessée a été posté sur le net. Dans ce document, la jeune trans est humiliée et demande de l’aide. Aucun employé de l’hôpital Cristo Redentor  s’arrête pour l’aider.

Royaume uni : fermeture d’une école islamique privée pour fille où l’on appelait à tuer les gays

gay islamLe département britannique de l’Éducation a fermé l’école islamique privée pour filles Jamia al-Hudaa, à Nottingham, où l’on appelait à tuer les gays a annoncé le Sunday Times.
Cette décision survient suite aux révélations d’une ancienne étudiante du collège Jamia al-Hudaa, Aliyah Saleem, exclue pour avoir possédé un appareil photo.
Selon elle, au moins quatre élèves ont été exclues du collège après avoir été soupçonnées d’être lesbiennes. « Les enseignants et les étudiantes en discutaient ouvertement. Je me souviens avoir vu deux filles faire leurs valises après qu’une personne a déclaré les avoir vues s’embrasser », a déclaré Aliyah Saleem citée par le journal britannique.
Le système de l’enseignement du collège reposait plutôt sur les normes de la charia que sur les traditions européennes, d’après l’élève. Les professeurs disaient aux élèves que les homosexuels méritaient la peine de mort, que les Juifs et les chrétiens s’attiraient la colère de Dieu et qu’il était permis aux maris de battre leurs épouses.
Le département britannique de l’Éducation a mené une enquête dans cette école avant de découvrir des tracts indiquant que la musique, le chant et les danses contemporains étaient « des créatures du diable ».
La bibliothèque de l’école contenait des ouvrages controversés, notamment rédigés par des auteurs considérés comme radicaux ou même interdits d’entrée au Royaume-Uni. Les dirigeants de l’école n’ont pas pu expliquer de quelle manière ces livres étaient liés avec le cursus de l’établissement. Par ailleurs, les étagères de la bibliothèque ne contenaient aucun livre d’histoire sauf ceux de l’histoire islamique. Les élèves ne pouvaient pas écouter la radio, avaient un accès limité à Internet et à la télévision. Les téléphones portables et les instruments de musique étaient interdits, tout comme les journaux, les magazines ou les jeans. Les enquêteurs ont en outre établi que les étudiantes passaient près de la moitié de leurs temps à étudier les normes de l’islam et avaient des idées très vagues concernant les autres disciplines scolaires.
Le département a décidé de fermer l’internat de l’école, mais comme 85 % des élèves y étaient hébergées, cela signifiait la fermeture du collège.
Les responsables du collège ont rejeté les accusations de radicalisme, en affirmant notamment qu’ils n’avaient jamais appelé les élèves à tuer les gays. La direction de l’établissement a expliqué l’exclusion d’Aliyah Saleem par sa « conduite destructrice » et a considéré la décision des autorités comme faisant partie de la campagne contre les écoles islamiques.
Source :sputniknews.com