USA: Dustin Lance Black tacle Sam Smith

dustin

Sam Smith lors de la 88e cérémonie des Oscars qui s’est déroulée ce dimanche soir à Los Angeles a remporté le prix de la meilleure chanson originale avec Writing’s on the wall, du film Spectre. Mais le discours qui a suivi sa victoire n’a pas fait l’unanimité.
Pendant ses remerciements, le Britannique, qui pensait être le premier artiste gay à être oscarisé, a déclaré:
« J’ai lu un article de Sir Ian McKellen qui disait qu’aucun homme ouvertement gay n’avait jamais gagné d’Oscar et si c’est le cas, je voudrais dédier ce prix à la communauté LGBT dans le monde entier. Je suis ici en tant que gay et fier de l’être, et j’espère que nous pourrons tous être égaux un jour. »
En réalité, c’est faux. Sam Smith est loin d’être le premier comme il le prétend, puisque d’autres avant lui ont eu l’honneur d’être primés: Sir John Gielgud a reçu l’Oscar du meilleur second rôle pour Arthur en 1981, Elton John celui de la meilleure chanson originale en 1994 pour Can You Feel the Love Tonight du Roi Lion, Alan Ball celui du meilleur scénario en 2000 pour American Beauty, ainsi que Dustin Lance Black pour le meilleur scénario en 2009 avec Harvey Milk.
Le scénariste américain Dustin Lance Black n’a pas hésité à lui faire remarquer :
«Hey Sam Smith, si tu n’as aucune idée de qui je suis, c’est peut-être le moment d’arrêter d’envoyer des SMS à mon fiancé. Voilà pour commencer», a tweeté acerbement le scénariste avec la vidéo particulièrement émouvante de son discours aux Oscars lorsqu’il a reçu le prix du meilleur scénariste pour Milk de Gus Van Sant en 2009. Le fiancé en question est en outre le plongeur britannique Tom Daley.

USA: les opposants au mariage homosexuel se sentent menacés

premier mariage gay en russieSelon une équipe de UCLA, à Los Angeles, les opposants au mariage homosexuel se sentiraient menacés par la liberté sexuelle qu’ils associent aux couples de même sexe.
Les mœurs des personnes homosexuelles seraient plus légères, et ils se sentiraient menacés dans leur propre mariage.
Dans leur étude, publiée le 28 février dans Psychological Science, les chercheurs ont analysé les réactions de plus de 1000 hommes et femmes, dont 27 % étaient opposés au mariage homosexuel. Dans l’une des expériences, ils devaient notamment visionner des photos de couples homosexuels et appuyer sur un bouton quand elles étaient associées à un mot lié à la promiscuité sexuelle (aventure, coup d’un soir). Le même protocole a ensuite été utilisé avec des mots associés à la monogamie comme « fidélité » ou « amour ».
« Les personnes ayant du mal à dissocier « gay » et « promiscuité » prendront plus de temps pour répondre lorsque « gay » et « monogame » sont appairés », explique Marie Haselton, professeur en psychologie et communication à UCLA, membre de l’équipe de chercheurs.
En identifiant les personnes opposées au mariage homosexuel, les psychologues ont établi une relation claire. « Ce que pensent les personnes sur les liens entre orientation sexuelle et promiscuité se retrouve très nettement dans leur temps de réaction au test », remarque le Pr Haselton.
« L’opposition au mariage des personnes de même sexe est stratégique pour ceux qui cherchent à protéger leur mariage, ou les mariages de leur communauté, explique David Pinsof, étudiant en psychologie et responsable de l’étude. Ils redoutent que ce changement de définition de l’union ne menace leur mode de vie. Jugeant les gays légers sur le plan sexuel, ils pensent que l’idée du mariage des personnes de même sexe sape l’institution. »
Il ajoute également que la désacralisation du sexe est ressentie comme une menace, car elle amènerait de la tentation dans le couple, qui serait alors plus enclin aux infidélités.
De manière générale, les personnes se déclarant opposées à l’union légale pour tous sont mal à l’aise avec l’idée du sexe libre. Ils se marient plus jeunes, ont plus d’enfants et ont une image traditionnelle de la vie de couple : l’homme subvient aux besoins financiers de la famille et la femme reste au foyer. ( source : pourquoidocteur.fr)

« De l’autre côté » : un documentaire qui raconte des histoires de femmes

sylvie-et-sa-compagne

« De l’autre côté », un documentaire bouleversant sur un sujet tabou
Lundi soir 29 février, après Soir 3, France3 Paris Île-de-France vous propose un documentaire rare. « De l’autre côté » raconte le parcours de femmes qui, mariées depuis 20, 30 ans, mères épouses, sont tombées amoureuses d’une autre femme et sont parties. Un film sensible … une découverte
Réjane Varrod raconte l’histoire de femmes, mères, épouses, ou compagnes, classiques, « ordinaires » sans doute, mariées ou en couple « sans histoire » pendant plus de 20 ans, et qui un jour sont tombées amoureuses d’une autre femme. Amoureuses même au point de tout laisser là de leur vie d’avant pour partir avec cette autre femme « de l’autre côté »
Pourquoi sommes nous gênés, au fait ? C’est un peu cela que le documentaire nous oblige à nous demander. Car très vite, ce sentiment s’efface, pour laisser place à ces femmes qui racontent simplement des histoires de vies, d’amour, des histoires d’évidence aussi. Bien sûr ces femmes ont déclenché un séisme dans leur vie d’avant. Mais au fil du documentaire elles redeviennent très vite des femmes comme toutes les femmes avec leurs angoisses, leurs bonheurs, leurs passions et leurs douleurs. Humaines en quelque sorte. Tout comme les hommes, qui même si leur parole a été difficile à aller chercher, comme le raconte la réalisatrice, ne sont pas absents du documentaire. Et eux aussi sont traversés par les mêmes questions, les mêmes angoisses, et les mêmes bonheurs. Humains.
Tout cela est venu autour et après les « manifs pour tous » et ce qui s’y disait explique Réjane Varrod, j’ai vu, autour de moi, des femmes mais aussi des hommes, qui vivaient quelque chose dont ils ne pouvaient pas parler. (…) Parce que l’homosexualité fait peu à peu son chemin dans les yeux de l’époque. Mais cette situation là, et a fortiori quand des femmes remettent toute leur vie en question pour partir avec une femme … C’est la figure de la mère, de l’épouse qui est ébranlée dans l’imaginaire collectif. C’est pour cela qu’il est aussi difficile d’aborder le sujet. »
Le documentaire est touchant, souvent bouleversant. Les hommes n’en sont pas absents même si la réalisatrice explique qu’elle a eu du mal à en convaincre de parler. Mais le témoignage de Gilles dit bien, lui aussi, toute la dimension humaine qu’il y a dans ces parcours.
 « De l’autre côté », ce sont finalement 52 minutes intenses et heureuses, lundi soir, 29 février, vers minuit, après Soir 3, sur France 3 Paris Île-de-France.
 Réalisation : Réjane Varrod. Une Coproduction Les films du Tambour de soie et France Télévisions France 3 Paris Île-de-France

Orléans : l’agression d’un jeune homme filmée à Orléans

Cela se passe près du théatre d’Orléans, un jeune homme s’apprête à traverser la rue quand un autre jeune homme s’approche de lui. Impossible d’entendre ce qu’ils se disent. Le premier fait mine de s’éloigner quand l’autre lui balance un violent coup de pied dans les jambes. Le jeune homme agressé s’effondre sur le trottoir. Visiblement choqué, il se relève et fait face à son agresseur. Une jeune fille lui prend le bras pour l’éloigner. La scène a été filmée et partagée sur les réseaux sociaux.
Pour l’heure l’agresseur n’a pas été identifié, mais la vidéo devrait faciliter le travail des policiers. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’agression pourrait s’avérer à caractère homophobe. En effet, la victime, un jeune homme de 18 ans, n’a jamais caché son homosexualité. C’est ce qui aurait déplu à son agresseur. Les faits se sont déroulés jeudi 25 février. Une plainte a été déposée le lendemain pour violence aggravée. L’auteur des faits risque 3 ans de prison et 45 000 euros d’amendes. L’auteur de la vidéo, lui, est passible de 5 ans de prison et 75 000 euros d’amendes. Des peines qui pourraient être aggravées si la préméditation était avérée.
Depuis 2003, l’homophobie est une circonstance aggravante de certaines infractions, c’est-à-dire qu’elle peut alourdir la peine encourue. L’article 132-77 du Code pénal exige des manifestations extérieures d’homophobie concomitantes à l’infraction. C’est l’intention de l’agresseur qui compte, en l’occurrence son mobile homophobe.
Pour Info :  SOS Homophobie  Ligne d’écoute anonyme  01.48.06.42.41 ( source france3)

lyceenagresse3

Israel : manifestation après le vote défavorable à 5 projets de loi favorables aux droits LGBT

israeli_gay_prideQuelques 200 membres de la communauté LGBT israélienne ont manifesté samedi soir à Tel Aviv, après que la Knesset ait voté contre cinq projets de loi qui auraient amélioré les droits des LGBT en Israël.
Le vote mercredi de la Knesset – 24 heures après que le Parlement ait marqué une journée des droits LGBT pour la première fois – s’est attiré une réponse furieuse de l’opposition.
Les projets de loi menés par l’opposition cherchaient à faire reconnaître les époux de même sexe des soldats tombés de l’armée israélienne, introduire des unions civiles, interdire les thérapies de conversion pour les mineurs, et obliger les professionnels médicaux à étudier le genre et l’orientation sexuelle avant de recevoir leur licence. Les propositions ont toutes été refusées par la coalition.
Le député Likud Amir Ohana, le seul député ouvertement gay de la coalition, était à la Knesset à ce moment, mais n’était pas présent en session plénière pour voter.
Le parti de l’Union sioniste a condamné la coalition pour avoir torpillé les projets de loi au lendemain de la journée des droits LGBT, et a accusé le gouvernement d’hypocrisie.
« Il se trouve que la coalition utilise simplement les membres de la communauté LGBT pour les relations publiques, et au moment de vérité s’oppose à toutes les lois lui bénéficiant, » est-il écrit dans le communiqué.
Le parti a dénoncé la députée Likud Sharren Haskel, présidente du lobby LGBT de la Knesset, pour avoir voté contre les législations, ainsi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la ministre de la Culture Miri Regev pour ne pas avoir été présents pour le vote.
Pendant l’évènement de mardi, les commissions et la session plénière étaient dédiées au sujet des droits des LGBT. Netanyahu avait assisté à la session et demandé la permission de s’adresser à la plénière. »
« J’ai demandé à venir ici, au milieu d’une journée chargée, pour dire une chose aux membres de la communauté LGBT – chaque personne a été créée à l’image de Dieu, a déclaré le Premier ministre. C’est une idée qui a été introduite à l’humanité par notre nation il y a des milliers d’années, et c’est le principe qui doit guider notre vie nationale aujourd’hui. »

Canada : l’armée promeut la diversité en tweetant une photo de deux hommes qui s’embrassent

L’armée canadienne fait sa promo sur son compte Twitter destiné au recrutement, en mettant à l’honneur la photo de deux hommes (dont un marin) s’embrassant.
Le tweet est accompagné d’un lien vers le site du ministère de la défense et les Forces armées Canadiennes où on peut lire :
« Les Forces (…) accueillent des candidats de tous les sexes, de toutes les religions, de toutes les ethnies et de toutes les orientations sexuelles. Tous les militaires travaillent ensemble en équipe et les Forces ne tolèrent aucune forme de discrimination. »
Au Canada, les personnes non-hétéros on le droit de rejoindre l’armée depuis 1992. Les personnes trans ont ce droit depuis 2010.
La tradition veut que le premier marin qui quitte son navire embrasse sa compagne devant tous les autres. Ce privilège s’obtient par tirage au sort ; récemment, c’est le matelot-chef Francis Legaré, qui après huit mois en mer, a eu le privilège d’embrasser son compagnon devant ses collègues . La Marine royale estime que ce baiser public entre ce marin et son compagnon est le premier de l’histoire du Canada.
Ces vingt dernières années, les Forces Canadiennes sont passées d’une organisation homophobe qui chasse activement les membres gay et lesbiens à l’un des leaders du combat pour l’ouverture d’esprit.
En France, les personnes homosexuelles n’ont jamais été légalement bannies de l’armée.

canada force armee

USA: Sam Smith dédie son oscar à la communauté LGBT

sam-smith-et-james-napier-jimmy-napesLe chanteur britannique a remporté l’oscar de la meilleure chanson originale, ce dimanche 28 février à Los Angeles lors de la 88e cérémonie des Oscars, pour « Writings on the Wall », le générique du dernier James Bond, « Spectre ». Sam Smith a dédié sa récompense à la communauté gay.
« J’ai lu un article de Sir Ian McKellen qui disait qu’aucun homme ouvertement gay n’avait jamais gagné d’oscar », a déclaré Sam Smith, « et si c’est le cas, je voudrais dédier ce prix à la communauté LGBT dans le monde entier. » Avant d’ajouter : « Je suis ici en tant que gay et fier de l’être, et j’espère que nous pourrons tous être égaux un jour. »
Anohni, première transgenre nominée aux Oscars, a boycotté la cérémonie
Elle aussi en lice dans cette catégorie mais absente du public. Nommée dans la catégorie meilleure chanson originale, Anohni, connue autrefois sous le nom d’Antony avec son groupe The Johnsons, a vu sa performance sur scène annulée aux Oscars. Profondément blessée, la chanteuse a décidé de boycotter la cérémonie   Anohani a été prévenue par l’Académie que sa performance a été annulée, « en raison d’un manque de temps ». Peu de temps après, les Oscars annonçaient que Dave Grohl, pourtant nommé nulle part, chanterait sur scène.

Justin Bieber nu en une de Clash Magazine

bieberOn sait que Justin Bieber adore être nu en toutes circonstances et il le prouve une nouvelle fois cette semaine en occupant la Une du magazine Clash entièrement nu comme le montre la Une qui a été mise en ligne.
Pour la couverture du centième numéro de Clash Magazine, le chanteur s’est dévoilé entièrement nu sur la plage.
Les yeux dans le vague, ne portant qu’un simple chapeau blanc
Il faut dire que la couverture répond parfaitement bien à l’interview dans les pages intérieures, où Justin Bieber se met là encore à nu. Il explique notamment qu’il a mis ses années de mauvais garçon derrière lui et qu’il veut partager quelque chose de plus positif avec ses fans.
« J’ai juste grandi et j’ai décidé qu’il était temps de prendre le contrôle de ma vie. J’ai réalisé que Dieu m’avait offert un talent et qu’il m’avait donné une plateforme incroyable pour partager cette lumière et c’est ma responsabilité de vivre une vie positive en échange », déclare notamment Justin Bieber en saluant la chance qu’il a eue de rencontrer des gens biens.

 

Suisse : il n’y aura pas une définition discriminatoire du mariage dans la Constitution

suisseAu terme d’une longue après-midi de suspense, le peuple suisse a finalement repoussé l’initiative «Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage». Le résultat est toutefois très serré avec seulement 50,8% de «non». Il revient désormais au gouvernement de trouver une solution pour mettre fin aux inégalités fiscales que subissent encore les couples mariés.
L’initiative sur la fiscalité des couples mariés s’est finalement heurtée au refus du peuple suisse. L’incertitude aura régné jusqu’à la fin de l’après-midi pour finalement aboutir à un rejet du texte par 50,8% des votants.
L’initiative du Parti démocrate-chrétien (PDC), basée sur une vision traditionnelle de la famille, a tout de même obtenu l’aval de la majorité des cantons. Seuls huit d’entre eux ont repoussé le texte, et les rejets les plus nets sont venus des cantons urbains.
Les résultats montrent un net clivage entre régions catholiques et protestantes. L’initiative a surtout fait un tabac dans les cantons catholiques ou conservateurs.
Cette initiative du PDC, lancée en 2011 avait pour mission de corriger l’«injustice fiscale» dont souffrent, selon le parti, les couples mariés par rapport aux concubins. Leur texte inscrivait l’égalité de traitement dans la Constitution, tout en y adjoignant une définition du mariage comme «l’union durable réglementée par la loi d’un homme et d’une femme». Cet aspect a très vite mobilisé les associations LGBT, qui ont dénoncé une tentative d’interdire préventivement l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.
Dans les derniers mois, les sondages donnaient une avance très confortable au «oui». Il faut dire que les opposants à l’initiative se faisaient discrets, mis à part la campagne «Avançons ensemble» mise sur pied par les associations homosexuelles.
La direction de campagne du PDC, où de nombreux élus ont exprimé leur malaise face à cette initiative, se contentait de nier mollement toute visée discriminatoire dans son texte, soulignant que la définition hétérosexuelle du mariage était déjà celle du Code civil suisse. A ses côtés, seule l’UDC populiste soutenait le texte. Ces dernières semaines, la gauche et la droite libérale sont enfin passées à l’attaque sur le coût de l’initiative PDC et sur le fait qu’elle profiterait aux classes les plus aisées.