L’Afrique du Sud accueillera la conférence sur le sida en 2016

Durban-straende

L’Afrique du Sud va accueillir en juin 2016 la 21e conférence internationale contre le sida (IAS) dans la ville de Durban sur la côte est du pays. Cette conférence réunira des milliers de personnes vivant avec le VIH, militants et activistes de la lutte contre le sida, scientifiques, personnalités politiques, dirigeants internationaux, etc. pour discuter des succès et des défis rencontrés dans le monde entier.
« En plus d’accueillir cette conférence, nous pensons que l’Afrique du Sud apportera une contribution immense au savoir mondial sur le VIH, le sida et la tuberculose », a déclaré le vice-président Cyril Ramaphosa, cité par l’agence de presse chinoise Xinhua (16 novembre). « Nous espérons pouvoir utiliser la Journée internationale contre le sida (1er décembre 2015) pour attirer l’attention sur les nombreux projets locaux, programmes et initiatives qui font une vraie différence dans cette lutte », a-t-il déclaré. L’Afrique du Sud met actuellement en œuvre le plus grand programme de traitement antirétroviral au monde.
« Pourtant nous peinons à réduire les taux de transmission, en particulier chez les jeunes femmes. L’incidence du VIH chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans est plus de quatre fois supérieure à celle des hommes de cette classe d’âge (2,5 % contre 0,6 %), d’après une enquête de 2014. Il faut reconnaître que l’Afrique du Sud n’a pas encore réussi à trouver des mécanismes appropriés pour assurer des ressources et des capacités suffisantes aux organisations de la société civile pour faire le travail essentiel qui est attendu d’elles. Cette session plénière produira un rapport sur le développement d’une stratégie d’implication du secteur privé, pour veiller à ce que le secteur privé soit plus largement impliqué dans la réponse nationale contre le sida », a encore déclaré Cyril Ramaphosa.
« Par le passé, l’implication du secteur privé dans la lutte contre le sida a été fragmentée, avec pour résultat un impact peu optimal. Une recommandation essentielle de cette stratégie est que le Sanac doit renforcer sa relation avec les dirigeants du secteur privé et commencer à reprendre le dialogue avec les hommes d’affaires à tous les niveaux », a-t-il expliqué.
Cette réunion discutera également du programme national sud-africain sur le VIH chez les travailleurs du sexe, qui vise à faire face aux taux de prévalence élevés en particulier chez les femmes travailleuses du sexe. On estime le nombre de Sud-Africains vivant avec le VIH ou le sida à quelque 6,4 millions de personnes, sur une population totale de 53 millions d’habitants, soit le taux de prévalence le plus élevé au monde.

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.