hes

A moins d’une semaine du premier tour, l »association Homosexualités et Socialisme dénonce un « mariage entre LR, UDI et la Manif pouir tous ».
Comme pour les élections municipales et départementales, de nombreux candidat·e·s aux élections régionales sur les listes LR – UDI sortent tout droit de la Manif pour tous », dénonce l »association Homosexualités et Socialisme à moins d’une semaine du premier tour.
« Pour le cas où le message ne serait pas assez clair, les têtes de liste régionales ne rechignent pas à une visite de courtoisie pour flatter l’organisation anti-mariage pour tous, comme le fait la candidate LR – UDI à Paris le 28 novembre », poursuit l’association.
HES (socialistes lesbiennes, gais, bi et trans) souhaite attirer l’attention des électeurs sur les conséquences de ces « mariages pour eux », en cas de victoire des listes de droite ou d’extrême droite.
Si la région n’a, bien sûr, aucune compétence en matière d’état civil, « LMPT fera passer sa police de la pensée sur les actions sociales régionales : suppression du soutien pour les actions de prévention du VIH Sida et les action éducatives contre l’homophobie, attaques contre la vie associative, menaces contre le planning familial… Sous de faux prétextes d’économie, ces micro-budgets régionaux risquent de disparaître pour flatter la passion rétrograde de LMPT. », pronostique HES.
« Avec ce mariage pour eux, l’égalité et l’émancipation ne seront pas à la noce », lance HES comme un slogan.

De son coté, SOS homophobie s’étonne que des candidats, notamment Laurent Wauquiez (Les Républicains–UDI–Modem) en Auvergne-Rhône-Alpes ou Valérie Pécresse (Les Républicains–UDI–Modem) en Ile-de-France, « s’affichent aux cotés de celles et de ceux dont le principal objectif reste de combattre la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe adoptée en 2013 ».
SOS homophobie rappelle qu’au cours des débats autour de cette loi, l’association avait enregistré un nombre de témoignages d’actes homophobes et transphobes sans précédent. Dans ce contexte, l’association condamne tous les propos qui remettent en cause les droits des personnes LGBT et nourrissent ainsi les LGBTphobies.
De la même manière, SOS homophobie s’inquiète de la multiplication des déclarations affirmant vouloir remettre en cause les soutiens financiers apportés aux associations LGBT par les conseils régionaux.
Le 13 novembre dernier, Marion Maréchal-Le Pen, candidate Front National en Provence-Alpes-Côte d’Azur a ainsi déclaré qu’elle supprimerait en cas d’élection toute subvention aux associations LGBT. « Cette suppression remettrait en cause le travail mené par les militant-e-s pour aider et soutenir celles et ceux qui les sollicitent, en particulier les victimes de LGBTphobies », souligne SOS homophobie.
L’organisation regrette que « des femmes et des hommes politiques préfèrent encore aujourd’hui attiser la haine plutôt qu’œuvrer pour une société de respect et de fraternité ».
L’association rappelle « l’importance que chacune et chacun s’engagent clairement et sans aucune ambiguïté en faveur de la lutte contre l’homophobie et la transphobie et pour la reconnaissance des droits et libertés des personnes LGBT et de leurs familles ». (Source SOS homophobie)

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, mariage homosexuel, politique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.