USA: La condamnation d’un imprimeur chrétien qui refusait de travailler pour une association LGBT pourrait être annulée

teeshirt gayLa Commission locale des Droits de l’homme vient de faire appel de la condamnation prononcée l’année dernière contre Blaine Adamson, un propriétaire chrétien pratiquant d’un atelier d’impression de tee-shirts qui avait a été reconnu coupable de discrimination  par la « Lexington-Fayette Urban County Human Rights  Commission » et condamné, outre le fait de répondre à toutes les prochaines commandes des militants LGBT, à suivre une « formation sur la diversité ».
En 2012, Blaine Adamson patron de Hands on Originals (HOO), une société chrétienne située à Lexington,dans le Kentucky, avait été sollicité pour imprimer des tee-shirts par la Gay and Lesbian Services Organization (GLSO) la gay pride de Lexington .Lorsque la société a refusé cette demande, l’GLSO a déposé une plainte auprès de la Lexington-Fayette Urban County Human Rights Commission.
Peu de temps après sa condamnation, l’Alliance de défense de la liberté ( the Alliance Defending Freedom), un groupe d’avocats qui défend le droit d’expression des chrétiens, est venu demander de l’aide à la Commission locale des Droits de l’Homme pour faire appel de la décision. Arguant auprès de cette commission que personne ne peut forcer une personne à violer ses croyances religieuses, l’Alliance de défense de la liberté a finalement obtenu gain de cause puisque la condamnation fait l’objet d’un appel qui a été déposé à la Cour d’appel du Kentuky.
Si la Commission locale des Droits de l’homme a fait appel de la condamnation de Blaine Adamson pour discrimination, selon un communiqué publié par le Fond Becket pour la liberté religieuse, certains chercheurs et entreprises, comme par exemple BMP T-shirts, une entreprise lesbienne ont également exprimé leur soutien au propriétaire chrétien de l’atelier.
Diane DiGeloromo, la propriétaire de BMT T-shirts a déclaré :« Personne ne devrait être obligé de faire quelque chose contre ce qu’il croit. Si nous étions approchés par un organisme tel que la [controversée] Westboro Baptist Church, je doute fortement que nous ferions des affaires avec elle, et que nous serions très en colère si nous étions obligés d’imprimer des T-shirts anti-gay. Ce n’est pas un problème d’être gay ou non. C’est une question humaine. »
Selon Douglas Laycock, professeur de droit à l’Université de Virginie, la solution américaine au conflit entre les couples de même sexe et les croyants attachés à la conception traditionnelle de la sexualité est de protéger la liberté des deux côtés, pas de punir le côté qui est en désaccord : « Tout comme une imprimerie « pro-choix » a le droit de refuser d’imprimer un message religieux qui attaque Planned Parenthood, et un photographe homosexuel a le droit de refuser de photographier un rassemblement anti-gay religieux, une imprimerie chrétienne a le droit de refuser d’imprimer les messages qui violent ses croyances. Le droit à la liberté d’expression protège tout le monde, et cela signifie que le gouvernement ne peut pas forcer quiconque à dire des choses qui contredisent des croyances profondément ancrées. »

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.