Le Prix de la Tolérance decerné à la sociologue française Irène Théry

irene theryL’ancien maire ouvertement homosexuel de Berlin, Klaus Wowereit, la sociologue française Irène Théry, la journaliste polonaise Ewa Wanat et le politicien d’Irlande du Nord Máirtín O’Muilleoir, ancien maire de Belfast, vont se voir décerner le Tolerantia Preis, ou Prix de la Tolérance, attribué simultanément dans plusieurs pays européens.
Les prix seront décernés le 12 octobre prochains.
Le Prix de la Tolérance est régulièrement décerné depuis 2006. Il est l’un des symboles européens de la lutte contre l’homophobie et la transphobie. Chaque année, il est remis par trois associations de lutte contre les LGBTphobies allemande, polonaise et française pour rendre hommage aux personnes et aux organisations qui luttent contre l’homophobie et pour l’avancée des droits des personnes LGBT.
Cette année, pour la première fois, le prix était soutenu par le Rainbow Project, un groupe LGBT d’Irlande du Nord.
L’ancien maire socialiste de Berlin se voit récompensé pour son action en faveur des droits des LGBT non seulement dans sa ville et en Allemagne, mais aussi pour ses interventions au niveau international.
La française Irène Théry est distinguée pour ses travaux de sociologue qui ont contribué à l’ouverture de la notion de famille aux familles LGBT.
Spécialisée dans la sociologie du droit, de la famille et de la vie privée, elle travaille sur les transformations contemporaines des liens entre les sexes et les générations. Elle a publié plusieurs ouvrages sur les mutations du droit et de la justice de la famille, sur les familles recomposées et sur le masculin et le féminin.
L’ancien maire de Belfast, Máirtín Ó Muilleoir, est salué quant à lui pour son engagement en faveur d’un traitement égal des gays et des lesbiennes.
Enfin, la journaliste de radio Ewa Wanat reçoit la récompense pour avoir abordé publiquement le débat sur des questions controversées en Pologne telles que l’homophobie et la transphobie ou les partenariats de même sexe.

USA: l’application gay Grindr vaut des millons

Les documents de la compagnie canadienne Avid Life Media, propriétaire du site de rencontres Ashley Madison, qui ont été hacké il y a quelques jours, indiquent que cette entreprise a étudié la possibilité de racheter l’application gay Grindr.
Et ces fuites fournissent également des indications sur les résultats chiffrés de Grindr jusqu’alors tenus secrets.
On y découvre que l’appli gay escompte un minimum de 38 millions de dollars de recettes en 2015.
Selon les mêmes documents, Grindr a eu des revenus résultant à la fois des abonnements et de la publicité de près de 16 millions de dollars en 2012, de 24 millions l’année suivante et la société prévoit une croissance du chiffre d’affaires d’environ 10 millions de dollars par an.
Les projections de l’entreprise révélées jusqu’à 2018 font même état de 77 millions de dollars de chiffre d’affaires.
On apprend encore que Grindr totalise 10,5 millions d’utilisateurs, dont 3,8 qui l’utilisent au moins une fois par mois.
Les clients Grindr sont majoritairement américains avec près de 1,3 millions d’utilisateurs actifs mensuels, suivis du Royaume-Uni, du Brésil et la France.
Les utilisateurs de Grindr passent 54 minutes par jour sur l’application contre 42 minutes pour les utilisateurs de Facebook.

Espagne : un jeune homme séquestré et violé après avoir loué un appartement Air Bnb à Madrid

jacob lopez

Jacob Lopez, un jeune américain de 19 ans part en voyage en Espagne et se loge à l’aide du site Air Bnb .
Le jeune homme arrive à Madrid le 4 juillet, et son hôte, un transgenre homme à la naissance et vivant en tant que femme l’attend au métro avant de le conduire à l’appartement. Une fois sur place, l’hôte ferme la porte à clé et refuse de repartir sans relation sexuelle avec Jacob.
Ce dernier appelle sa maman, Micaela Giles,qui attends de ses nouvelles et qui prend peur alors que son fils lui dit « Maman, je suis enfermé dans l’appartement. J’entends des bruits de couteau dans la cuisine et elle veut me violer. Maman, j’ai besoin d’aide, j’ai besoin d’aide ! »
La maman contacte Air Bnb, mais cette dernière refuse de lui communiquer l’adresse du logement dans laquelle se trouve son fils. Air Bnb transmet tout de même le numéro de téléphone de la police locale qu’elle appelle. Elle tombe sur un répondeur et tente de rappeler la société de prêts de logements entre particuliers.
La femme sera choquée qu’à aucun moment personne ne prenne en compte sa détresse.
Son fils est pendant ce temps agressé sexuellement. Il parvient à persuader son hôte de le libérer et est rentré dans le Massachusetts ou il soigne son traumatisme .
Contactée par The New York Times , la logeuse nie le viol et prétend que l’acte sexuel était consensuel. Elle accuse même Jacob Lopez d’être transphobe et de vouloir lui nuire.
Une enquête a été ouverte en Espagne et la société annonce que « l’entreprise va clarifier ses procédures, pour que les équipes contactent toujours les autorités si elles sont averties d’une urgence.

Danemark : premier mariage religieux pour un couple transsexuel

isabell-storm-y-cecilie-mundtL’Église luthérienne de Ringsted, à l’ouest de Copenhague, a célébré le premier mariage religieux d’un couple transsexuel, celui de d’Isabell Storm et de Cecilie Mundt.
Le parlement danois a approuvé en juin 2012 une loi permettant les « mariages entre personnes de même sexe dans l’Église luthérienne nationale ».
Mais jusqu’à présent, il n’y avait pas eu de mariage entre transsexuels.
« Pour nous, il est important de ne pas nous marier simplement à la mairie. Nous voulons aussi un mariage religieux, et c’est très agréable d’avoir l’acceptation de l’Église » ont déclaré les deux mariées, toutes deux nées hommes.
Le pasteur luthérien, Henrik Fuglsang-Damgaard, s’est dit « enchanté » de célébrer la cérémonie et d’être le premier pasteur à marier deux transsexuels dans ce pays nordique où il n’y a pas de séparation entre l’Église et l’État, parce que la nation est de confession luthérienne.
« Je pense qu’ils ont pris une bonne décision, ils ont suivi ce que ressentent leur cœur et n’ont pas peur de montrer à Dieu et aux hommes qu’ils sont ensemble. Je pense que Dieu se réjouit dans le ciel » a déclaré le pasteur.
L’Église luthérienne est profondément acquise aux revendications LGBT.
Ce courant protestant milite ouvertement, et depuis longtemps, pour la reconnaissance et la banalisation du mariage entre personnes de même sexe.
Un pasteur transsexuel a même été admis au sein de l’Église luthérienne.

Ellen Page va incarner pour la première fois une femme homosexuelle au cinéma

ellen pageAprès un coming-out remarqué en février 2014, Ellen Page va incarner pour la première fois une femme homosexuelle dans « Freeheld » au côté de Julianne Moore.
Après nous avoir fait pleurer en 2015 dans Still Alice, Julianne Moore devrait à nouveau nous faire sortir quelques mouchoirs en 2016 avec son prochain long-métrage, Freeheld. Un film où elle incarnera une femme en phase terminale d’un cancer, soutenue par sa petite-amie, Stacy, incarnée par Ellen Page. L’actrice canadienne s’est confiée dans les pages du Time cette semaine, notamment sur les rôles lesbiens à Hollywood qui sont encore trop rares.
Dans cet entretien, Ellen Page dénonce : « Quand on dit aux acteurs qu’ils sont courageux de jouer des gay, c’est à la fois borderline et offensant. On ne dira jamais de moi que je suis courageuse d’avoir joué des hétéros, et il n’y aurait pas de raison de le dire. » La jeune femme ajoute également qu’elle a pris beaucoup de plaisir sur les tournages : « Ca peut être un peu bizarre de dire ça car le film est profondément tragique, mais je me suis sentie en paix sur le tournage, un sentiment que je n’avais pas ressenti depuis longtemps, potentiellement depuis que j’ai vécu ces premiers moments de grâce dans des films, quand j’étais adolescente. »
L’actrice Canadienne ajoute qu’elle s’imaginerait bien camper des personnages gay jusqu’à la fin de sa carrière : Le fait d’avoir fait mon coming-out, de jouer un personnage gay, de jouer une femme si inspirante pour moi, c’était vraiment une expérience fantastique. Honnêtement, si je ne jouais plus que des personnages gay pour le restant de ma carrière, je serais ravie. J’aimerais que ça soit possible, je suis sérieuse ! »
Freeheld sortira au cinéma le 3 février 2016.

Belgique : un jeune homme agressé

sud presseSébastien, 35 ans, a été tabassé au centre de Liège alors qu’il revenait d’une festivité en Outremeuse, vers 1 heure du matin. Cinq individus, dans une voiture, lui ont lancé plusieurs injures à caractère homophobe avant de le suivre et de le passer à tabac. Cet enseignant liégeois n’en revient pas de cette violence gratuite. « Ils cherchaient juste à frapper quelqu’un… »
Sébastien n’est pas homosexuel. Mais il a été victime d’insultes homophobes avant d’être sérieusement tabassé.
« À tous ceux qui se nourrissent de la haine, islamophobie, antisémitisme, homophobie, délit de sale gueule et j’en passe : je suis encore vivant et je continuerai à faire la fête ! »
C’est le message que Sébastien a posté sur sa page Facebook une fois sorti de l’hôpital. Cet enseignant de 35 ans n’en revient toujours pas.
Il est une heure du matin. Sébastien revient d’une festivité folklorique en Outremeuse. Il doit traverser la ville pour rentrer chez lui, avec une amie. Comme il fait beau – et qu’il a bu un petit verre – notre homme se promène torse nu… « À hauteur de l’opéra, cinq individus, à bord d’une voiture noire, me lancent des insultes du style « espèce de sale pédé » et compagnie… J’ai fait un geste que je regrette à présent : je leur ai répondu au moyen d’un doigt d’honneur ! »
source: la meuse.be

Russie : La militante LGBT Irina Fedotova aurait demandé l’asile politique au Luxembourg

Irina Fedotova-Fet et Irina ChapitkoIrina Fedotova aurait officiellement introduit sa demande auprès du Ministère des Affaires étrangères luxembourgeois, selon le portail Gayrussia.eu. Nouvelle aussitôt partagée sur les réseaux par son avocat, Nicolai Alexeyev, fondateur de la Moscow Gay Pride.
Irina Fedotova s’est fait remarquer en 2009, lorsqu’elle tentait de faire enregistrer en Russie ses relations avec sa compagne Irina Shipitko. Ce qui lui a été refusé. Quelques mois plus tard, le couple s’est marié légitimement au Canada. Elle s’est battue ardemment contre la loi punissant la propagande homosexuelle devant la Cour européenne des droits de l’homme et les instances de l’ONU.
Selon Nikolai Alekseev, «Irina a fait une énorme contribution à la lutte pour les droits des personnes LGBT en Russie au cours des dernières années. Elle était toujours intrépide à la pointe des moments les plus difficiles de la lutte, mais la pression s’est amplifiée ces derniers temps, et donc je comprends son désir de quitter le pays. »
En effet, ce mois-ci, elle a été violemment battue par des inconnus en plein cœur de Moscou.
Irina Fedotova aurait le soutien de l’organisation luxembourgeoise « Rosa Lëtzebuerg », selon la même source.
 source: stophomophobie.com

Suisse : Action de carême accusée de «lobbying LGBT»

action de caremeL’oeuvre d’entraide suisse a octroyé un don à un projet de film sur les homosexuels en Afrique. Un choix critiqué comme «politique». Un «prise de conscience» réplique l’organisme catholique.
Le titre est tapageur: «De l’argent de l’Eglise pour le lobby homo». Alors que le scandale suscité par les propos de Vitus Huonder sur la condamnation biblique des homosexuels n’est pas encore retombé, la «Neue Luzerner Zeitung» relève qu’Action de carême a accordé une aide de 7000 francs à un projet de vidéo documentaire sur les minorités sexuelles en Afrique. L’article est polémique, et reprend un texte paru au début du mois sur un site catholique conservateur américain Catholic News Agency (CNA). Il accuse l’œuvre d’entraide catholique suisse de soutenir le lobbying LGBT à l’approche du Synode sur le couple, la famille et la sexualité convoqué par le pape pour début octobre.
Matthias Dörnenburg, porte-parole alémanique d’Action de carême, souligne que le projet, porté par European Forum of Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Christian Groups, une organisation chrétienne LGBT basée aux Pays-Bas, a été choisi conformément aux statuts d’Action de Carême. L’organisme a déjà aidé «des projets de lutte contre la discrimination fondée sur la couleur, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle. Or en Afrique la situation des personnes homosexuelles ou bisexuelles est effrayante. Cela nous a incités à soutenir ce projet, car il s’agit d’une prise de conscience et en aucun cas de propagande politique.»
Interrogée par le quotidien lucernois, la Conférence des évêques suisses a maintenu un silence prudent et confirmé que le choix de ce bénéficiaire relevait «de la compétence de la direction d’Action de Carême». Le comité, présidé par l’évêque de Bâle Felix Gmür, n’est consulté que pour les dons les plus importants.
A noter que le documentaire n’a finalement pas été réalisé. Son auteur aurait été pris d’une subite «peur de voyager en avion», selon CNA. Les témoignages recueillis auraient toutefois été publiés sous forme écrite. source 360.ch

Grande Bretagne :Le rugbyman Sam Stanley fait son coming out

SamStanleySam Stanley (23 ans) est devenu dimanche le premier joueur professionnel anglais international en rugby à 7,  à effectuer son coming out, dimanche. Ancien joueur des Saracens, Sam Stanley révèle dans les colonnes du Sunday Times qu’il a pensé au suicide, craignant l’impact de sa révélation sur sa carrière.
En décembre 2009, c’est le Gallois Gareth Thomas qui avait dévoilé son homosexualité. «Cela sera toujours un problème jusqu’à ce que plus de gens et d’athlètes fassent leur coming out, regrette Stanley. Cela pourrait prendre des années, mais j’espère que beaucoup de gens vont trouver le courage.»
Keegan Hirst pilier au sein du club Batley, a fait lui aussi son coming out il y a 15 jours . Il est le premier joueur anglais pro en activité à être ouvertement gay
Sam Stanley est le neveu de Joe Stanley, champion du monde avec la Nouvelle-Zélande en 1987, et son frère Mike a été retenu dans la sélection samoane pour la prochaine Coupe du monde. Ses cousins Winston et Benson évoluent respectivement aux Harlequins et à Clermont.

Sénégal : Human Rights Watch réclame la libération de 7 jeunes Homosexuels

hrwHuman Rights Watch réclame l’annulation de la condamnation des 7 jeunes de Guédiawaye (nord de la région de Dakar) inculpés pour « actes contre-nature ».
Pour l’organisation, cette « affaire met une nouvelle fois en lumière les persécutions dont sont victimes les personnes Lgbt  ». « Le gouvernement sénégalais devrait disculper et libérer sept hommes inculpés de relations sexuelles entre adultes consentants du même sexe par un tribunal de Dakar le 21 août 2015, en violation de leurs droits fondamentaux. Les 7 hommes ont été inculpés en application de l’article 319 (3) du Code pénal du Sénégal qui interdit les ‘actes contre-nature’ entre personnes de même sexe. Cet article viole les droits à la vie privée et à la non-discrimination protégés au niveau international et devrait être aboli immédiatement », dénonce Hrw dans les colonnes du journal « le Populaires ».
L’inculpation de sept hommes sur des accusations d’homosexualité constitue, selon l’organisation internationale, un affront envers une société qui aspire à la tolérance et vis-à-vis des engagements du Sénégal en matière de droit international », a déclaré Neela Ghoshal, chercheuse senior sur les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) à Human Rights Watch. « Cette inculpation adresse également à la population sénégalaise un message de mauvais augure selon lequel posséder des préservatifs chez soi peut être utilisé comme preuve que l’on a commis un crime ». Neela Ghoshal ajoute que « la condamnation absurde de ces sept hommes pour des actes qui ne devraient jamais constituer un délit n’est malheureusement pas une exception, mais elle reflète plutôt la discrimination générale du gouvernement sénégalais à l’encontre de la communauté Lgbt. Si cette condamnation n’est pas rapidement annulée, elle ternira la position internationale du Sénégal pour longtemps ».
Trente-six pays africains disposent de lois dans leur arsenal juridique pénalisant les rapports sexuels entre personnes de même sexe, mais le Sénégal est l’un des rares pays où des personnes font réellement l’objet de poursuites judiciaires et sont parfois condamnées sur de telles accusations, souligne Hrw.
Human Rights Watch appelle donc à améliorer la situation des homosexuels en matière de droits humains, à démanteler les obstacles juridiques qui compliquent leur accès aux traitements, et à garantir que le droit sénégalais est en accord avec les obligations du pays au regard des traités internationaux. Hrw ajoute que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a statué que les arrestations pour relations sexuelles entre adultes consentants du même sexe sont, par définition, arbitraires.