Bruno Wiel revient de loin

Après 4 jours d’audience, il se dit persuadé de l’homophobie de ceux qui lui font face dans le box des assises du Val-de-Marne. « Je ne vois pas de regrets dans leur regards. Ils sont simplement emmerdés d’être là »,En dehors de leur sphère, leurs amis, leurs familles, le reste, tout ça n’existe pas. IIs peuvent être violents avec tout ce qui leur est extérieur« . Bruno Wiel a pris beaucoup de notes et acquis une conviction: ses quatre tortionnaires présumés, jugés à Créteil pour l’avoir passé à tabac et torturé un soir de 2006 parce qu’il était homosexuel, ne savent pas « où sont le bien et le mal ». La victime de 33 ans se dit persuadée de 01354.jpgl’homophobie de ceux qui lui font face dans le box des assises du Val-de-Marne.
Alors que la cour se penchera lundi sur les faits, cette amnésie le soumet toutefois au bon vouloir des accusés. « Ce sont les seuls à détenir la vérité. Je ne peux pas les contredire« , soupire-t-il. L’envie ne lui en manque pas. D’après les déclarations des accusés, Bruno Wiel aurait, à la sortie d’un bar gay de Paris, accepté de monter dans leur voiture espérant avoir rencontré des amants d’un soir. « C’est totalement impossible que je sois monté volontairement. J’avais peut-être bu mais de là à partir en banlieue avec quatre inconnus alors que je n’avais jamais quitté Paris intra muros… J’ai toujours Après avoir passé quatre journées à écouter la vie des accusés, brisée par les souffrances familiales et les carences affectives, Bruno Wiel rejette toute circonstance atténuante. « Ça n’excuse rien. Ils essayent de se ‘victimiser’ mais ils n’ont pas voulu s’en sortir. Je n’ai pas été élevé avec une cuillère en argent dans la bouche, loin de là, et pourtant je ne suis pas devenu un voyou« , dit-il, choqué du décalage entre les déclarations, très crues, des accusés devant les enquêteurs et celles plus policées à la barre. « Maintenant ils font des belles phrases, ils ont bien appris leurs leçons par coeur », ironise-t-il.Interrogés par la cour sur leur principale qualité, plusieurs d’entre eux ont répondu: « la gentillesse ». « Comment peuvent-ils dire ça alors que je suis dans la salle? », lâche Bruno Wiel. A la barre, les accusés ont également fait assaut de contrition tout en continuant de contester toute forme d’homophobie. 01354.jpg
Bruno Wiel n’y croit pas. « Je ne suis pas la seule victime. Ils ont ciblé et agressé d’autres personnes parce qu’elles étaient homosexuelles« , a-t-il assuré. Trois des ses agresseurs présumés sont également poursuivis à Créteil avec deux accusés pour deux autres agressions commises pendant ce même été 2006 autour de bars gays de Parisété très peureux« , clame-t-il.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.