Mort d’Henri Caillavet, parlementaire engagé en faveur des droits LGBT

L’homme politique Henri Caillavet, qui fut une grande figure du radicalisme, ancien ministre, franc-maçon, longtemps député puis sénateur du Lot-et-Garonne, ancien eurodéputé, est mort dans la nuit de mardi à mercredi à 99 ans. Ce parlementaire s’était engagé en pionnier en faveur des droits LGBT dans les années 80.
Ce libre-penseur, né le 13 février 1914 à Agen (Lot-et-Garonne), fut membre du réseau de résistance Combat.
D’un famille de négociants, il avait été député de 1946 à 1958, puis sénateur de 1967 à 1983 de son département natal.
Avocat de formation, membre du Grand Orient depuis 1935, il fut, sous la IVème République, secrétaire d’Etat à la France d’Outre-mer (1953) dans le gouvernement de René Mayer, puis aux Affaires économiques et au Plan dans le cabinet de Pierre Mendès France (1954-55).
Henri Caillavet a eu, comme parlementaire, une intense activité de législateur, préparant nombre de textes sur les dons d’organes, l’insémination artificielle, l’euthanasie, l’avortement, le divorce par consentement mutuel, l’internement psychiatrique…
Il a aussi fait des propositions de loi sur la dépénalisation de l’homosexualité et le transsexualisme à l’époque où ces questions étaient encore marginales dans la sphère politique.Mort d'Henri Caillavet, parlementaire engagé en faveur des droits LGBT dans infos 01152 A la fin des années 1970 et au début des années 1980 – sous les septennats de Valéry Giscard d’Estaing et de François Mitterrand – il a notamment défendu une proposition de loi instituant la lutte contre la discrimination fondée pour le sexe, en l’étendant à la discrimination fondée sur l’homosexualité masculine et féminine et à la transsexualité.
Il a été le premier parlementaire à defendre ces dossiers, ouvrant la voie au long chemin législatif qui allait d’abord dépénaliser l’homosexualité, puis accorder progressivement l’égalité aux personnes LGBT.
Son activisme législatif qui lui avait valu le surnom de « recordman de la législation ».
Henri Caillavet aura aussi beaucoup bataillé pour la transparence et l’indépendance de la presse.
Le responsable radical a été aussi membre de la Commission nationale des l’informatique et des libertés (Cnil).
Il a présidé à deux reprises de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) animée par Jean-Luc Roméro. « Nous savons tous ce que notre association lui doit, il a porté très haut nos revendications, dans les médias et au Parlement, durant trois décennies », a écrit l’ADMD dans un communiqué, annonçant un prochain hommage à Henri Caillavet. ( source: E-llico.com)

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.