Le pouvoir hongrois hostile aux gays

Tandis que le premier ministre populiste Viktor Orban a entrepris de remettre en cause les libertés d’expression fondamentales et de démanteler les contre-pouvoirs à l’Etat, le maire de Budapest István Tarlós a donné un signe inquiétant à la communauté LGBT. Il a fait savoir qu’il était personnellement opposé à la tenue des Euro Games dans sa ville. Il l’a écrit dans une lettre ouverte à son homologue berlinois, Klaus Wowereit: «Je tiens à me dissocier de ce style de vie et de cet événement. Ce n’est pas à moi d’y apporter un soutien.» Dans les médias hongrois, il avait déjà laissé entendre sur un ton méprisant que l’événement, soutenu du bout des lèvres par son prédécesseur, était «discriminatoire» car réservé aux gays et lesbiennes – ce qui est faux. Les Euro Games est prévus en juin prochain; 4000 athlètes sont attendus. Début décembre, les groupes de défense des homosexuels hongrois ont fait appel au Parlement européen et au Conseil de l’Europe afin de protester contre le nouveau projet de loi du gouvernement de défense de la famille qui rendrait, entre autre, le mariage gay impossible. Ce projet de loi avait déjà fait des remous au début du mois de novembre par son intention de remettre au goût du jour certaines lois désuètes –en matière d’éducation et de famille – sous l’appellation de « lois moralement prioritaires ». Ce projet a avant tout un caractère symbolique et des amendes, difficiles à mettre en place, ne sont pas prévues pour l’instant. Néanmoins, le texte stipule également que le couple hétérosexuel –marié ou en « union de fait » – constituerait la base de la famille. Cela faisait déjà plusieurs mois que les groupes de défense des droits des homosexuels craignaient un amendement à la Constitution rendant impossible toute future possibilité de mariage entre personnes du même sexe, notamment par l’établissement d’une stricte définition du mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme ; ce que finalement propose cette loi par l’expression « couple hétérosexuel ». Selon Tamás Dombos, le porte-parole officiel de l’association Háttér Társaság a Melegekért (Backround Society for Homosexuals), cette loi placerait des centaines de couples dans une position d’incertitude juridique. Le texte reste encore à l’état d’ébauche et le président du groupe Chrétien démocrate Tamás Lukács a précisé ce lundi au journal Magyar Hirlap que selon le Comité des Droits de l’Homme du Parlement la loi était “prête à être débattue”.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.