Archives Mensuelles: janvier 2011

Tim Cook : «Le gai le plus puissant de la Silicon Valley»

Tim Cook, responsable exécutif d’Apple, reprend les rênes de l’entreprise pendant ce qu’on espère être le retrait temporaire de Steve Jobs. Et Tim Cook, 48 ans, même s’il est un personnage clef de Cupertino reste relativement méconnu. Il a rejoint Apple en 1998, recruté par Steve Jobs lui-même pour ses talents organisationnels. Sa mission, alors, était d’améliorer la chaîne d’approvisionnement d’Apple, souvent décriée jusqu’à son arrivée.
Le Wall Street Journal lui consacrait, en 2006, un portrait plutôt laudateur : « Cook est l’homme discret qui s’assure que les affaires de l’entreprises se déroulent sans anicroches depuis l’arrière scène »«Le gai le plus puissant de la Silicon Valley». C’est ainsi que le blogue Gawker titre son portrait de Tim Cook , le site  fait remarquer qu’il aurait été informé par “deux sources bien placées” que Cook serait gay, et que son orientation sexuelle aurait fait l’objet d’au moins un débat au sein de l’entreprise. L’une ces sources aurait obtenu une information selon laquelle un dirigeant du secteur trouverait que Cook devrait reconnaître publiquement son orientation sexuelle.

Ce dernier estimerait que cela pourrait renforcer la position de leadership de l’homme fort d’Apple. Néanmoins des préoccupations demeuraient au sein d’Apple si cette information était révélée publiquement (à travers une photo de couple, par exemple) et quel serait l’impact sur la perception de la marque.

mec nu

220113-mec-nu1

Hélène Mandroux célèbrera le mariage symbolique de Tito et Florent le 5 février 2011

Tito Livio Santos Mota et Florent Robin, le couple franco-portugais privé du mariage par le consulat du Portugal de 01471.jpgMarseille voici dix jours, vont se marier symboliquement lors d’une cérémonie le 5 février.Le mariage sera célébré par le maire de Montpellier , Hélène Mandroux, fervente militante du droit des homosexuels à se marier ,  mais de façon symbolique, sans actes signés Ce sera le dénouement   d’une histoire ou, peut-être, le début d’une nouvelle aventure. Tito Livio Santos Mota et Florent Robin, le couple franco-portugais qui avait défrayé la chronique par l’annulation de leur mariage au consulat du Portugal voici dix jours, vont se marier. Mais de façon symbolique. En mairie, mais en civil. Avec la présence de leur famille et de leurs amis, mais sans qu’aucun acte ne soit signé. Pas franchement pour de vrai, donc : «   C’est un faux mariage, convient Tito.  C’est notre façon d’apporter notre soutien au maire de Montpellier qui défend cette cause. »

Ce mariage est pour le maire l’occasion de confirmer son vœu de voir la loi offrir   « la reconnaissance et l’égalité des droits aux personnes homosexuelles ». Mais le premier magistrat ne franchit pas le Rubicon, décidant de ne rien faire d’illégal en rappelant des chiffres :   « Plus de la moitié des Français (58 %) se disent favorables au mariage entre homosexuels. Il est temps que la France rejoigne les huit autres pays européens qui ont déjà inscrit le mariage homosexuel dans leur Constitution. » Dont le Portugal, en début d’année, mais qui a cédé sur le terrain diplomatique en refusant que le consulat de Marseille autorise le mariage gay sur le sol français

Martine Aubry: sur l’adoption par les couples homos «j’ai évolué»

La patronne du PS, Martine Aubry, a admis dimanche sur France 5 avoir « évolué » sur la question de la légalisation de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, qu’elle approuve désormais, comme le PS. « J’ai hésité sur ces questions-là  J’ai évolué, je le dis. Au départ, je me disais un enfant a sans doute besoin d’un homme et d’une femme pour se construire », a déclaré la maire de Lille. « J’ai beaucoup écouté des médecins, des psychologues, des psychiatres et puis je me suis dit +quand je vois tout ce qui se passe, l’enfant, il a d’abord besoin d’être aimé+ », a-t-elle ajouté. Un enfant, « être aimé par un couple homosexuel, être aimé par une mère qui est isolée ou par un couple hétérosexuel, il faut qu’il se construise, qu’il soit aimé, qu’il soit reconnu. C’est la raison pour laquelle maintenant, véritablement, nous sommes pour l’adoption » par des couples homosexuels, a souligné Mme Aubry.

Le Pentagone prévoit peu de grands changements après l’aborgation de « Don’t Ask, Don’t Tell »

La mise en oeuvre de la loi permettant aux homosexuels de servir ouvertement dans l’armée américaine ne devrait pas entraîner de profonds changements mais nécessite des « clarifications », ont estimé vendredi des responsables du Pentagone.
« Nous ne nous attendons pas à de nombreux changements mais il y a sans aucun doute besoin de clarifications », a affirmé le sous-secrétaire à la Défense Clifford Stanley lors d’une conférence de presse. La loi abrogeant DADT devrait entrer en vigueur d’ici la fin de l’année, selon le secrétaire à la Défense Robert Gates mais l’armée américaine doit auparavant s’y préparer, en élaborant notamment des nouvelles directives aux commandants d’unité. La formation des hommes doit commencer en février.
« Il est préférable d’avancer rapidement que de s’éterniser », a de son côté jugé le numéro deux de l’armée américaine, le général James Cartwright. »Quand vous mettez en oeuvre une nouvelle politique pour 2,5 millions de personnes, il est probable que vous fassiez quelques découvertes en cours de route », a toutefois prévenu le vice chef d’état-major interarmées. Dans un mémorandum envoyé vendredi aux responsables civils des différents corps de l’armée américaine et rendu public, Clifford Stanley précise quelles seront les règles applicables une fois la nouvelle loi en vigueur.
Les homosexuels chassés de l’armée pourront la réintégrer, mais les conjoints de soldats homosexuels ne pourront vivre sur les bases militaires ou bénéficier de la couverture maladie pour les familles de militaires car l’Etat fédéral ne reconnaît pas le mariage homosexuel, précise encore le mémorandum

L’homosexualité est une inclination qui doit être combattue

Abdallah Adhami , un des responsable du projet  de centre islamique «dédié à la tolérance», près du site des attentats du 11 Septembre, est revenu  sur l’origine de l’homosexualité ,créant la polémique .Abdallah Adhami, un imam américain d’origine syrienne, estime que l’homosexualité est une «épreuve douloureuse» causée par un traumatisme. Sur le site web de son organisation, il explique qu’«un pourcentage écrasant des gens qui sont aux prises avec un sentiment homosexuel le sont à cause de quelque sorte de abus émotionnel ou sexuel subi à un moment donné de leur vie. Un tout petit pourcentage sont nés avec une inclination naturelle qu’ils ne peuvent expliquer.» Pour Adhami, cette inclination doit être, dans tous les cas, combattue.

Le pouvoir hongrois hostile aux gays

Tandis que le premier ministre populiste Viktor Orban a entrepris de remettre en cause les libertés d’expression fondamentales et de démanteler les contre-pouvoirs à l’Etat, le maire de Budapest István Tarlós a donné un signe inquiétant à la communauté LGBT. Il a fait savoir qu’il était personnellement opposé à la tenue des Euro Games dans sa ville. Il l’a écrit dans une lettre ouverte à son homologue berlinois, Klaus Wowereit: «Je tiens à me dissocier de ce style de vie et de cet événement. Ce n’est pas à moi d’y apporter un soutien.» Dans les médias hongrois, il avait déjà laissé entendre sur un ton méprisant que l’événement, soutenu du bout des lèvres par son prédécesseur, était «discriminatoire» car réservé aux gays et lesbiennes – ce qui est faux. Les Euro Games est prévus en juin prochain; 4000 athlètes sont attendus.
Début décembre, les groupes de défense des homosexuels hongrois ont fait appel au Parlement européen et au Conseil de l’Europe afin de protester contre le nouveau projet de loi du gouvernement de défense de la famille qui rendrait, entre autre, le mariage gay impossible.
Ce projet de loi avait déjà fait des remous au début du mois de novembre par son intention de remettre au goût du jour certaines lois désuètes –en matière d’éducation et de famille – sous l’appellation de « lois moralement prioritaires ». Ce projet a avant tout un caractère symbolique et des amendes, difficiles à mettre en place, ne sont pas prévues pour l’instant. Néanmoins, le texte stipule également que le couple hétérosexuel –marié ou en « union de fait » – constituerait la base de la famille.
Cela faisait déjà plusieurs mois que les groupes de défense des droits des homosexuels craignaient un amendement à la Constitution rendant impossible toute future possibilité de mariage entre personnes du même sexe, notamment par l’établissement d’une stricte définition du mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme ; ce que finalement propose cette loi par l’expression « couple hétérosexuel ».
Selon Tamás Dombos, le porte-parole officiel de l’association Háttér Társaság a Melegekért (Backround Society for Homosexuals), cette loi placerait des centaines de couples dans une position d’incertitude juridique.
Le texte reste encore à l’état d’ébauche et le président du groupe Chrétien démocrate Tamás Lukács a précisé ce lundi au journal Magyar Hirlap que selon le Comité des Droits de l’Homme du Parlement la loi était “prête à être débattue”.

58% des Français favorables au mariage homosexuel

58% es Français se disent favorables au mariage entre homosexuels, contre 35% qui y sont opposés, d’après un sondage TNS Sofres réalisé pour Canal+, rendu public alors que le Conseil constitutionnel s prononce ce vendredi sur cette questionCette proportion d’opinions favorables est en hausse au cours des dernières années: elle n’était que de 45% en 2006, puis de 46% en 2007, précise la TNS Sofres.   Parmi les soutiens les plus forts du mariage entrehomosexuels, les femmes (63% d’opinions favorables), les moins de 35 ans (74%) et les sympathisants de gauche (72%), détaille l’institut de sondage.

Les opposants les plus farouches au mariage homosexuel se trouvent parmi les plus de 65 ans (62% sont opposés) et les sympathisants du Front national (56%).Concernant l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, le soutien de l’opinion est moins important mais progresse également: près de la moitié des Français (49%) s’y disent favorables, alors qu’ils n’étaient que 30% en 2001.   47% des sondés y sont opposés, contre 68% en 2001.

Toutefois, note l’institut, « il reste sur cette question un noyau dur de fermes opposants à l’adoption », avec 23% des sondés qui se déclarent « tout à fait opposés ».

Cette enquête a été réalisée par TNS Sofres par téléphone le 26 janvier 2011 auprès d’un échantillon représentatif de 950 personnes, selon la méthode des quotas.

 

Mariage gay : le PS inscrira une proposition de loi « avant l’été »

Le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault, a annoncé vendredi 28 janvier que son groupe inscrirait « avant l’été » à l’Assemblée nationale sa proposition de loi reconnaissant le mariage homosexuel.

Sauf à inventer le gouvernement des juges, le Conseil constitutionnel ne pouvait pas prendre une autre décision. Il dit le droit, ce n’est pas lui qui fait la loi », a commenté Jean-Marc Ayrault dans un communiqué. « Le mariage homosexuel est un choix politique qui doit se faire au grand jour au Parlement, devant les Français », a ajouté le député-maire de Nantes. « A ma demande », le groupe PS, qui a déposé une proposition de loi reconnaissant le mariage homosexuel, « l’inscrira à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale avant l’été, dans le cadre de notre droit d’initiative parlementaire », a-t-il annoncé. « A quelques mois de la présidentielle, les Français doivent pouvoir être associés à ce grand choix de société », estime Jean-Marc Ayrault« Jusqu’à présent, la majorité s’est toujours refusée à prendre la moindre initiative en ce sens. Mais la société évolue plus vite que l’UMP », a ajouté Jean-Marc Ayrault. « Comme le Pacs il y a 10 ans, les préventions ou les hostilités s’estompent. Le droit au mariage pour des parents de même sexe est de mieux en mieux admis et de nombreux pays en Europe et dans le monde l’ont reconnu dans leur loi », a-t-il souligné.

16 à 20 ans de réclusion pour les quatre tortionnaires de Bruno Wiel

Les quatre tortionnaires de Bruno Wiel ont été condamnés vendredi par la Cour d’assises du Val-de-Marne à des peines de 16 à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir lynché et torturé ce jeune homme un soir de 2006 à Vitry-sur-Seine parce qu’il était homosexuel.
Fustigeant « un cas d’école de la barbarie » et de la violence homophobe, l’avocat général Benoist Hurel avait requis jeudi de 15 à 20 ans de réclusion, réservant les peines les plus lourdes aux trois accusés qui ont, au cours de ce même été 2006, agressé deux autres personnes dont « l’homosexualité était réelle ou supposée ». Plongé dans le coma quinze jours, hospitalisé sept mois, Bruno Wiel, aujourd’hui âgé de 33 ans, avait dû réapprendre à parler et avait perdu tout souvenir de son agression. « C’est un soulagement c’est fini J’attendais que ce soit bien jugé comme un acte homophobe et ça a été reconnu pour tous », a-t-il déclaré à la sortie de l’audience, tout en regrettant « de ne toujours pas savoir comment son agression s’est déroulée ». « Ce qui est important c’est que la tentative d’homicide et l’acte homophobe soient reconnues », a complété son avocate, Me Sophie Maltet.