Des Images Aux Mots : le Festival LGBT de Toulouse du 1er fevrier au 07 fevrier

La troisième édition du festival de films LGBT, de Toulouse, organisé par l’association Arc-en-Ciel propose un panorama vaste et éclectique. Avec des films récents et des classiques du cinéma LGBT.
« Cette manifestation est née de notre volonté d’améliorer l’accès du public aux œuvres cinématographiques liées à la question de genre et à l’orientation sexuelle », explique l’équipe du festival.
La nouveauté et la variété de la programmation est un élément important dans la démarche des organisateurs, que ce soit au niveau du format des œuvres, de leur nationalité, de leur genre cinématographique ou des sujets abordés, avec l’objectif de faire se côtoyer un public varié et susciter un intérêt auprès du public.
La période du festival se veut également un moment convivial. Ainsi, en parallèle des projections, des soirées festives sont prévues au cours desquelles intervenants, bénévoles et spectateurs peuvent s’ils le souhaitent prolonger les rencontres et les discussions

Régionales en Languedoc-Roussillon :Hélène Mandroux accepte de mener la liste PS

Hélène Mandroux, sera à la tête d’une liste alternative « de rassemblement de la gauche et des écologistes » en Languedoc-Roussillon, à la suite du nouveau dérapage verbal de Georges Frêche, dans lequel il estime que Laurent Fabius, d’origine juive, « a une tronche pas catholique ».
Hélène Mandroux, maire socialiste de Montpellier, a lancé un appel des maires « pour l’ouverture du mariage aux couples du même sexe » le 12 novembre 2009. Il a été signé par une soixantaine de maires de gauche et plus de 7.000 particuliers.

Exclu du PS en 2007 pour ses dérapages verbaux, M. Frêche a toutefois reçu le soutien massif des militants socialistes de sa région et le PS ne lui avait jusqu’à présent pas opposé de liste alternative, entérinant de fait sa candidature

mandroux.jpg

film gay : » Élève libre » ce soir à 20h45, sur Canal + Cinéma

Jonas, seize ans, vit un nouvel échec scolaire et pense pouvoir tout miser sur le tennis mais il échoue aux portes de la sélection nationale. Il rencontre Pierre, un trentenaire, qui touché par sa situation, va le prendre en charge. Fort de ce lien privilégié, Jonas abandonne l’école publique. Incapable de fixer les limites de cette relation, l’éducation va dépasser le cadre purement scolaire.

Elève libre de Joachim Lafosse avec Jonas Bloquet, Jonathan Zaccaï, Yannick Renier, Claire Bodson

La question qui taraude Elève libre est celle des limites. «C’est sur l’espace intime et la façon dont on peut le préserver aujourd’hui, dans une société où la liberté est assimilée à la transparence, au tout dire, etc. Les adultes du film ont l’idée que la jouissance va les mener vers le bonheur. Ils théorisent pour cacher leur incapacité à être dans le lien et dans l’affection. Ce qu’ils ne transmettent pas à Jonas, c’est l’aptitude à vivre avec le manque, la frustration, et à s’inscrire dans le lien.»Pourtant, Jonas est libre et le «lien pervers», pour reprendre le terme de Lafosse, qui se tisse avec Pierre se joue à deux. Aussi bien, dans son travail de transmission au spectateur, le réalisateur a voulu et su éviter l’écueil dénoncé plus haut de la castration. A chaque plan, dans chaque cadre, Lafosse offre son regard, comme un dialogue, une question. Nous laisse juge à chaque nouvelle proposition qui fait avancer son récit : «Film moral, dit-il, mais pas moraliste», où l’on a tout le temps de se sonder, de se dégoûter, de se pardonner ou de s’éprouver, voire d’un tout petit peu progresser. Un miroir laissé à notre entière discrétion

source : libération.fr

les droits des homos avancent en Argentine et en Amérique Latine

Les droits des homosexuels ont progressé en Amérique latine, la plus grande région catholique au monde.
Deux hommes se sont mariés lundi à Ushuaia, dans le grand sud argentin, au cours du premier mariage gay de l’histoire de l’Amérique latine, autorisé par le gouverneur de la province de Terre de Feu, Mme Fabiana Rios. « C’est un événement historique », a estimé Claudio Morgano, le président de l’Institut argentin contre la discrimination (Inadi). Mais les mariés s’attendent maintenant à une bataille juridique visant à annuler leur union. « La méchanceté contre les gays est historique en Amérique latine », estiment-ils. Alex Freyre (39 ans) et José Maria Di Bello (41 ans) sont habitués aux rebondissements. Ils avaient déjà essayé de se marier le 1er décembre, autorisés par une juge de Buenos Aires, mais une décision judiciaire contraire avait empêché leur union au dernier moment. le Parlement est appelé à examiner en 2010 une réforme du code civil qui légaliserait les unions, jugées « immorales » par l’Église catholique. Il faut reconnaitre que c’est un progrès important, tant l’Église a un pouvoir puissant en Argentine Les députés de l’Assemblée du district fédéral, autrement dit de la capitale du Mexique, ont modifié le 21 décembre l’article du code civil spécifiant que « le mariage est l’union librement consentie entre un homme et une femme », et autorisé l’adoption par les couples homosexuels. Le Collège d’avocats catholiques du Mexique a annoncé qu’il entrait en « résistance pacifique jusqu’à ce que la définition de mariage revienne à son cours naturel ». Il demandera au gouvernement fédéral de se prononcer et fera intervenir les tribunaux.
le Brésil, a lancé en 2009 un plan pour les droits des homosexuels incluant la formation de fonctionnaires et de professeurs, le financement de défilés gays ou la défense d’un projet de loi punissant l’homophobie. Cette année, le record de défilés a été battu : 189 ont été organisés. La Cour suprême a été saisie de deux demandes pour la reconnaissance de l’union stable entre personnes du même sexe.
À Cuba, où les homosexuels étaient envoyés dans des camps de rééducation dans les années 1960-70, le Parlement pourrait examiner un projet de loi légalisant les unions civiles et l’adoption.

 

Du coté de l’Uruguay et de la Colombie on autorise les unions civiles tout comme la ville de Buenos Aires. L’Uruguay est particulièrement en pointe, autorisant l’adoption et la possibilité pour les transsexuels de changer officiellement de prénom.  Et en Bolivie et en Équateur, l’interdiction de la discrimination sexuelle a été inscrite dans la Constitution.
source : www.lorientlejour.com