Le chef des Marines contre la levée du tabou homosexuel dans l’armée

Après les chefs d’état major des armées de Terre et de l’Air américaine, c’est au tour du chef des Marines, corps0134.jpg d’élite de l’armée américaine de s’opposer à l’abrogation de la loi interdisant l’accès de l’armée aux homosexuels déclarés voulue par Barack Obama

Le général James Conway, qui s’exprimait devant la commission de la Défense du Sénat, est le premier haut gradé à donner ouvertement un avis contraire à celui du président américain sur la question.

« Le meilleur avis que je puisse donner en tant que militaire à cette commission, au secrétaire (à la Défense) et au président est de conserver la loi en l’état », a dit le général Conway.

La loi actuelle, datant de 1993 et baptisée « Don’t askdon’t tell » (« Ne rien demander, ne rien dire »), impose aux militaires homosexuels de ne pas dévoiler leur orientation sexuelle, sous peine d’être exclus de l’armée.« Est-ce que nous améliorons les capacités militaires du corps américain des Marines en autorisant les homosexuels à servir ouvertement dans l’armée  ? », a demandé sous forme purement rhétorique le général Conway, soulignant que la politique actuelle fonctionnait.Sa position, qui devrait alimenter le débat sur la question au Congrès et reflète l’appréhension d’autres militaires de haut rang, est en totale opposition avec celle du chef d’état major interarmées, l’amiral Michael Mullen. Ce dernier a estimé récemment que lever l’interdiction faite aux militaires homosexuels d’évoquer leur orientation sexuelle serait « la bonne chose à faire ».

Le patineur Johnny Weir cherche à comprendre

Muet depuis les propos homophobes dont il a été l’objet, jeudi 18 février, lors du programme libre de patinage artistique messieurs, de la part de deux commentateurs canadiens de la chaîne de télévision RDS, le patineur 42952815 dans infosJohnny Weir a entamé hier une petite tournée médiatique pour rompre le silence.

Dans une actualité médiatique olympique redevenue très calme, à l’exception de la qualification des hockeyeurs canadiens pour les demi-finales, ses déclarations tournaient en boucle sur les chaînes nord-américaines : «Je veux simplement qu’ils pensent avant de parler, a expliqué l’Américain.

Je veux qu’ils ne pensent pas uniquement à la personne dont ils parlent mais aussi aux autres. Je ne veux pas que, dans 50ans, d’autres garçons et filles doivent affronter cela. En dehors de toute méchanceté, le point le plus importante dans la vie reste de rendre les  choses belles.

Weir a, par ailleurs, refusé de répondre à des questions sur son orientation sexuelle.

Il a aussi souhaité qu’aucune sanction ne soit appliquée aux deux commentateurs incriminés.
Enfin, l’association gay et lesbienne du Québec maintient, de son côté, une pression juridique sur la chaîne RDS.

Les deux commentateurs, Claude Mailhot and Alain Goldberg, ont effectué des excuses publiques sur l’antenne de  leur employeur.

Sport et homosexualité

La décision du joueur de rugby Gareth Thomas de parrainer le «Mois de l’histoire des LGBT» provoque la colère d’ une association chrétienne , qui trouve cela carrément «pervers».
Que Gareth Thomas soit le parrain cette année , a vraiment du mal à passer auprès du porte-parole du groupe chrétien Christian Voice . «Gareth Thomas exhorte ces enfants à s’identifier comme homosexuels et à inhiber leur développement normal vers l’hétérosexualité, affirme ainsi Stephen Green. C’est un comportement pervers à l’égard de personnes jeunes et impressionnables. Le Seigneur Jésus Christ a parlé des boulets que devraient traîner ceux qui détournaient les enfants du droit chemin.»

gloups!!!!!! On dirait du Christine Boutin

Une Association gay interdite en Russie

Le ministre de la Justice russe refuse d’enregistrer Marriage Equality Russia, une association LGBT nationale destinée à promouvoir le droit au mariage des couples de même sexe.0131.jpg
“Votre organisation ne peut pas être enregistrée, ses objectifs sont contraire à la loi relative aux ONG ainsi qu’aux dispositions du code de la famille qui définissent le mariage comme l’union entre un homme et une femme”, indique la lettre du ministre que les responsables de cette association ont reçue.
« Nous pourrions sans doute réussir à nous faire enregistrer en restant discret sur notre objectif, mais cela n’a aucun sens de rester dans le placard. Seule la lutte pour la visibilité est payante vis-à-vis des médias et peut permettre, avec le temps, de rendre l’opinion publique plus ouverte », a déclaré Nikolai Alekseev, porte-parole de Marriage Equality Russie. “Nous demandons aujourd’hui à la justice russe de revenir sur cette décision illégale, et nous irons jusqu’à la Cour européenne des droits de l’Homme s’il le faut”, affirme-t-il fermement.

Un prêtre espagnol qui se prostituait sur Internet révoqué

«Pour femmes et couples, bien monté: 15 cm , je suis ouvert à tout sauf au sado, vous ne le regretterez pas, je vous 0133.jpgferai jouir de bonheur comme jamais», promettait Samuel Martin dans son annonce.

« Hétéro, espagnol, au service de ton bonheur »: c’est en ces termes que Samuel Martin, 27 ans, curé des petites paroisses de Noez et Totanes, près de Tolède(centre), louait ses services sexuels sur internet. Il vient d’être révoqué par l’archidiocèse de Tolède, ont rapporté mercredi les médias espagnols.

Selon l’édition en ligne du journal El Mundo, ce jeune curé a dépensé jusqu’à 17.000 euros dans des lignes de téléphones érotiques et pour diffuser des petites annonces sur internet, en puisant notamment dans les deniers du culte de ses deux paroisses.« Pour femmes et couples, bien doté (15 cm), je suis ouvert à tout sauf au sado, vous ne le regretterez pas, je vous ferai jouir de bonheur comme jamais »,poursuit l’annonce reprise par El Mundo, qui diffuse une photo du jeune curébarbu, en slip, ventre rentré. Ses tarifs oscillaient de 50 euros pour quinze minutes à 120 euros pour une heure, selon le journal.

La justice argentine autorise un deuxième mariage homosexuel

La justice argentine a autorisé l’organisation d’un deuxième mariage homosexuel, après la célébration en décembre du premier mariage gay d’Amérique latine à Ushuaïa.

Une juge du tribunal du contentieux administratif de Buenos Aires, Elena Liberatori, a ordonné de fixer avec une « priorité absolue » une date pour le mariage de deux hommes qui avaient déposé une demande en ce sens.
Les deux hommes, dont les noms dont n’ont pas été divulgués, ont « des droits reconnus dans des textes constitutionnels (…) qui ne peuvent être exercés en raison de normes en vigueur contraires au temps » présent, a dit la juge.
Fin 2009, Alejandro Freyre et José Maria Di Bello avaient dû se rendre à Ushuaïa, à 3.000 km au sud de Buenos Aires, pour se marier, après l’annulation d’un jugement leur permettant de s’unir dans la capitale argentine.

un prêtre catholique a célébré une union homosexuelle à Liège

Le prêtre Germain Dufour, ancien parlementaire Ecolo, a marié le 13 février dernier un couple homosexuel en 0127.jpgl’église Saint-Servais de Liège. Le scandale que cela provoque ne vient pas de la population mais bien de l’église catholique de Belgique qui « déplore » l’événement .

Le 13 février dernier, la vénérable église Saint-Servais à Liège a accueilli un mariage hors du commun. Diego (45 ans) avait choisi cette veille de St Valentin pour s’unir devant Dieu avec son compagnon, connu dans la communauté homo sous le surnom de Carbut (43 ans).

“ Je voulais absolument avoir un mariage à l’Église. Diego a fait tout ce qu’il était possible pour l’obtenir ”, explique Carbut. Chrétien pratiquant, il communie à l’église à chaque fête religieuse. Dans sa jeunesse, il ne manquait aucun office le dimanche. Son père, un ancien sacristain, ne croyait pas qu’il parviendrait jamais à réaliser son rêve. “ Le jour de la cérémonie, nous ne lui avons rien dit lorsqu’il est monté dans la limousine. Mon père a commencé à pleurer lorsque nous nous sommes garés devant l’église Saint-Servais ”, poursuit le jeune marié.

Tout aussi croyant, Diego est moins fervent dans sa pratique: “ Je vais à la messe quand j’ai le temps. Mais gay ou hétéro, nous avons tous notre place devant le Seigneur ”. Prenant son courage à deux mains, il a demandé à un curé de consacrer son amour avec Carbut. “ Il a accepté, mais n’était pas disponible le jour que nous avions fixé. Il m’a orienté vers un autre prêtre qui a toute de suite été d’accord ”. Ce religieux, c’est Germain Dufour, personnalité très connue à Liège, prêtre-ouvrier et ancien sénateur Ecolo. Contacté par nos soins, il n’a pas souhaité s’exprimer sur cette célébration.« Il a béni nos mains avec les alliances. Nous avons eu une belle cérémonie », témoignaient Diego et « Carbut », les jeunes mariés, à la sortie de d’église Saint-Servais de Liège. « C’était la même chose que pour un mariage hétéro, sauf qu’il n’y a pas eu de sacrement ni de communion ».Le porte-parole des évêques de Belgique, Eric De Beukelaere, déplore l’événement et ne qualifie en aucun cas ce mariage de « religieux »… « Une cérémonie qui entraîne la confusion, en faisant penser qu’il y aurait une forme de mariage religieux alors que tel n’est pas le cas, est à éviter », indique-t-il.
Rappelant que les « personnes homosexuelles sont les bienvenues dans nos églises », il insiste sur le fait que le sacrement du mariage est « une démarche réservée au couple formé par un homme et une femme désireux de s’engager pour toujours ». Jeunes mariés, « Carbut » et Diego ne sont pas de cet avis. « Gay ou hétéro, nous avons tous notre place devant le Seigneur », estiment-ils.

Réputé traditionaliste, le nouvel archevêque, Monseigneur Léonard rappelle régulièrement, dans ses communications, les dogmes de l’Eglise sur le plan éthique. « C’est un homophobe qui encourage l’homophobie », tranche Diego dans SudPresse.

Plainte contre un curé néerlandais qui a refusé la communion à des militants homosexuels

Robert Cooijmans, catholique pratiquant de la paroisse de Cuijk dans le Brabant, a porté plainte cet après-midi contre le curé de la paroisse de Reusel qui avait refusé de distribuer la communion, dimanche dernier, en raison de laprésence à sa messe d’un groupe de militants gays. Le jeune homme accuse le P. Luc Buyens de « discrimination », affirmant que son propre curé ne lui a jamais refusé la sainte Hostie.Cette affaire avait été déclenchée par l’annonce faite discrètement par le curé de Reusel au « Prince Carnaval » de sa ville qu’il ne lui donnerait pas la communion lors de la messe des participants à la fête en raison de son style de vie homosexuel revendiqué. La mobilisation des homosexuels avait conduit le curé à consulter avec son évêque, Mgr Hurkmans de ‘s Hertogenbosch  et à décider ne pas distribuer la communion pour éviter péchés et sacrilèges.

La police de Cuijk a confirmé le dépôt de plainte. Une autre action en justice est attendue de la part d’un deuxième activiste gay qui avait fait le voyage de Reusel et qui avait été expulsé de l’église paroissiale après avoir tenté de s’emparer du micro : Christian Ouwens, 31 ans, est catholique et étudiant en théologie. Il soutient que le refus de la communion dans son cas ne repose sur aucune loi de l’Eglise, surtout pas le canon 915 qui prévoit celui-ci  pour ceux qui s’obstinent dans un grave péché public. Dans le doute, affirme-t-il, la communion doit être donnée, le « salut de l’âme de la personne constituant la plus haute loi de l’Eglise ».

les militants LGBT ont prévu une autre action : l’assistance massive à l’une des messes qui seront célébrées dimanche en la cathédrale Saint-Jean de Den Bosch  . Plusieurs organisations homosexuelles participent à la campagne pour contrer une attitude qu’ils jugent « digne de l’an zéro »

USA: Levée du tabou homosexuel: des militaires de haut rang inquiets

Les chefs d’état major de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air américaine ont exprimé des inquiétudes mardi au sujet de la levée du tabou homosexuel dans l’armée. Une initiative que préconise le président Barack Obama.
Le général Casey, chef d’état-major de l’armée de Terre, a indiqué qu’il était favorable à un examen d’un an de la loi baptisée « Don’t ask, don’t tell » (« Ne rien demander, ne rien dire »), qui impose aux militaires homosexuels de ne pas dévoiler leur orientation sexuelle. Mais il a laissé entendre qu’il ne serait pas vraiment favorable à son abrogation.
« J’ai effectivement de sérieuses inquiétudes concernant l’impact d’une abrogation de la loi sur une armée qui est pleinement engagée dans deux guerres et est en guerre depuis huit ans et demi », a-t-il dit à la Commission des Forces armées du Sénat.
Le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général Norton Schwartz a indiqué de son côté devant une commission de la chambre des représentants qu’il avait la « ferme conviction » que « le moment était mal venu de perturber l’armée, tiraillée entre des demandes en Irak et en Afghanistan et ailleurs, sans une réflexion prudente ».
Ces propos des deux généraux contrastent avec des déclarations du plus haut gradé américain, l’amiral Michael Mullen, qui avait estimé récemment que lever l’interdiction faite aux militaires homosexuels d’évoquer leur orientation sexuelle serait « la bonne chose à faire ».
Le mois dernier, M. Obama avait renouvelé son engagement à abroger le texte. Certains de ses alliés démocrates du Congrès sont favorables à un moratoire sur les renvois de militaires en raison de leur orientation sexuelle, pendant que l’examen de la loi se poursuit.
Mais le général Casey s’est dit opposé à une telle initiative indiquant que « le processus va déjà être assez difficile et complexe ». « Je pense que je serais opposé à tout ce qui pourrait compliquer davantage » le processus, a-t-il ajouté.
Depuis son adoption en 1993, plus de 13.000 soldats ont été renvoyés parce qu’ils avaient évoqué leur homosexualité ou qu’ils avaient été dénoncés. Dans l’opinion américaine, l’idée de l’abrogation de la loi fait son chemin, les sondages les plus récents montrant que les concitoyens de M. Obama y sont désormais majoritairement favorables.