La déportation homosexuelle, oubliée des cérémonies

Chaque année, le problème reste posé. Dimanche, pour la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, les associations homosexuelles dénoncent une nouvelle fois leur mise à l’écart. A Marseille, ce n’est qu’à l’issue de la cérémonie officielle, prévue à 10 h place Daviel, qu’elles effectueront un dépôt de gerbe spécifique. « Ailleurs en France, les situations sont très variables, note Christian de Leusse, délégué du Mémorial de la déportation homosexuelle (MDH). Ici, depuis trois ans, nous sommes invités en préfecture pour la préparation des cérémonies. Mais nous voulons aller plus loin et être associés au dépôt de la gerbe unique. » Une pétition a déjà réuni 187 signataires et la MDH envisage de saisir la Halde. Les services de la préfecture, coordinateurs de la cérémonie, n’étaient pas joignables hier

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.