Un arbitre de foot traité d’«enculé»: les associations demandent des sanctions

Un arbitre de foot traité d’«enculé»: les associations demandent des sanctions

Le club Paris Foot Gay, l’Inter-LGBT et SOS homophobie demandent de «réelles sanctions dissuasives» après des insultes homophobes de la part d’un entraîneur de l’Olympique de Marseille.
Dimanche 26 avril, lors du match Lille-Olympique de Marseille, Laurent Spinosi, entraîneur des gardiens de l’OM, aurait traité l’arbitre de la rencontre, Laurent Duhamel, de «pédé» et d’«enculé». Bon, maintenant il reste à savoir si ces propos sont vraiment homophobes….

Agression homophobe de Laval

La victime de l’agression du bar gay l’Autoreverse de Laval et l’association LGBT locale Quazar, mettent en cause la clémence du Agression homophobe de Laval  dans infos ericparquet et demandent le renvoi des quatre jeunes catholiques auteurs des faits devant le tribunal correctionnel. La décision du parquet de Laval d’infliger un simple rappel à la loi aux quatre jeunes militants catholiques après l’agression survenue le 25 avril à Laval ne passe pas auprès de la victime (le propriétaire du bar l’Autoreverse) ni auprès de l’association de défense des droits LGBT de la ville Quazar.
L’agression commise par quatre jeunes, se réclamant du Mouvement de la jeunesse catholique de France (MJCS), qui se sont livrés à des actes de provocation sur la devanture du bar gay, y proférant des propos homophobes avant de frapper violemment frappé le patron de l’établissement, se saurait, à leurs yeux se solder par une sanction aussi faible.
Les insultes et menaces prononcées, ainsi bien entendu que le choix de l’établissement visé, ne laissent aucun doute sur le caractère homophobe de l’agression. Et la gravité des coups portés contre le propriétaire du bar – au point que son agresseur s’est cassé le bras en frappant sa victime – atteste de la violence déployée.
C’est pourquoi le patron de l’Autoreverse a déposé plainte auprès de la police pour des faits discriminatoires liés à son orientation sexuelle dont il a été victime, et pour entrave à l’exercice normal de son activité économique.Agression homophobe de Laval dans infos eric
Il a également porté plainte contre le Mouvement de la jeunesse catholique de France.
Pourtant, le parquet de Laval a décidé que les quatre jeunes n’écoperaient que d’un simple rappel à la loi, le 27 mai prochain.
L’association de défense des droits LGBT de la ville, Quazar, estime qu’il s’agit « d’un mépris envers la victime et les homosexuels présents qui ont fait face à la provocation, la violence et aux injures homophobes des ces jeunes ». « Que n’aurait-on pas décidé au parquet s’il s’était agit d’actes racistes ou antisémites? », interroge Stéphane Corbin, le responsable de Quazar.
En prenant cette décision, le procureur de la République de Laval a minimisé les faits et volontairement méconnu l’existence d’au moins trois circonstances aggravantes dont une seule entraîne automatiquement le renvoi des mis en cause devant le tribunal correctionnel.
En effet, l’infraction a été commise en réunion (par quatre jeunes), des propos et injures homophobes ont été proférés en public, il a été fait usage à cette occasion d’éléments matériels (affiches) et la victime a subi un préjudice corporel.
La victime – et en accord avec elle, Quazar – ont donc décidé de saisir le procureur de la République de Laval et le pôle anti-discrimination du parquet pour leur demander que ces jeunes soient renvoyés devant le tribunal correctionnel et répondent de leurs actes.
Quazar demande également au député-maire de Laval, et au préfet de Mayenne, de condamner avec la plus grande fermeté ces actes.
Enfin, Quazar et la victime comptent interpeler l’évêque de Laval
source E-llico.com

deux détenus homosexuels officiellement pacsés en prison dans le Lot-et-Garonne

Le journal Sud-Ouest a révélé dans son édition du week-end dernier que deux détenus de la prison d’Eysses, dans le Lot-et-Garonne, étaient pacsés depuis le 7 août dernier et partageaient la même cellule, un cas apparemment sans précédent.
Les deux hommes se sont rencontrés en prison où ils purgent tous deux une longue peine après une condamnation criminelle.
Partageant d’un point de vue légal une résidence administrative « commune », ils ont obtenu l’autorisation de s’unir de la part du tribunal d’instance de Villeneuve. Les deux prisonniers ne pouvant se présenter au greffe du tribunal, l’administration pénitentiaire a ordonné au greffier en chef de se rendre sur place pour acter les deux déclarations.
Ils partagent aujourd’hui une des cellules doubles de la prison

Obama nomme un coordinateur mondial contre le sida

l’AFP, le président américain Barack Obama a annoncé lundi avoir choisi comme coordinateur mondial de la lutte contre le sida un professeur de médecine engagé dans ce combat depuis 25 ans. Il s’agit d’Eric Goosby, professeur à l’université de Californie (ouest) et chef depuis 2001 de la Fondation Pangaea Global AIDS.Selon un communiqué de la Maison Blanche, le Dr. Goosby a joué un rôle crucial dans le développement et la mise en oeuvre de plans nationaux de traitement du sida en Afrique du Sud, au Rwanda, en Chine et en Ukraine.Sous l’administration Clinton, il a officié comme directeur adjoint du bureau de la Maison Blanche engagé dans la lutte contre le sida.

Agressions à caractère homophobe

l’Inter-LGBT réclame des actions fortes des pouvoirs publics

Après plusieurs agressions à caractère homophobes commises par des jeunes gens, l’Inter-LGBT réclame des actions fortes de la part des pouvoirs publics, particulièrement en matière éducative.   L’Inter-LGBT a appris hier qu’une agression homophobe avait eu lieu samedi à Laval, où des jeunes se réclamant du Mouvement catholique de France ont insulté le patron d’un bar gay de la ville avant de le frapper sauvagement au visage, et ont également frappé un client.

Le 22 mars, un groupe prétendant défendre l’honneur du Pape a agressé physiquement et insulté de façon violemment homophobe des militant-e-s de la lutte contre le sida qui menaient une action pacifique à Paris.  La semaine dernière, ce sont trois homosexuels qui ont été agressés dans le 3ème arrondissement par une quinzaine de jeunes, qui les ont roués de coup de poing et de pied.

Vendredi dernier, la police arrêtait deux malfaiteurs qui avaient pris l’habitude de s’en prendre à des homosexuels repérés dans le Marais pour les suivre et leur extorquer sous les coups et la menace leur argent, leur carte bancaire et leur code.

Le 20 avril dernier, six hommes ont été renvoyés devant les assises du Val-de-Marne par un juge d’instruction de Créteil, pour plusieurs agressions à caractère homophobe, dont celle de Bruno Wiel en 2006, retrouvé nu dans le parc des Lilas de Vitry, souffrant d’un traumatisme crânien et thoracique grave et qui garde de très graves séquelles de son agression.

Dans la très grande majorité des cas, ces agressions sont commises par des jeunes hommes, parfois mineurs.   L’Inter-LGBT et de nombreuses autres associations qui réalisent des interventions en milieu scolaire ont eu l’occasion plusieurs fois de réclamer des pouvoirs publics, et plus particulièrement du Ministère de l’éducation nationale, que des actions fortes soient menées en matière éducative pour faire reculer l’homophobie. Presque un an après la dernière marche des fiertés parisienne et de certaines marches en région qui avaient précisément pour thème la lutte contre les discriminations par l’éducation, le bilan est mitigé. Le ministre avait pris des engagements forts et si certes la circulaire prévoyant la rentrée 2009 pointait la nécessité de lutter contre l’homophobie, l’engagement de distribuer du matériel de prévention (brochures à destination du personnel, affiches et « cartes-mémo »destinées aux élèves) dans les lycées au cours du premier trimestre de l’année scolaire n’a pas été tenu, et ne l’est toujours pas au début du troisième.

C’est la raison pour laquelle l’Inter-LGBT, en lien avec le Collectif Education contre les LGBTphobies en milieu scolaire a décidé d’envoyer un courrier commun au ministre de l’éducation pour faire avec lui le bilan des engagements pris et des actions véritablement entreprises, et exiger leur mise en œuvre. Compte-tenu de la recrudescence d’actes à caractère homophobes commis par des mineurs, il lui sera demandé que les mesures envisagées l’an dernier pour les lycées soient également mis en œuvre dans les collèges.   L’Inter-LGBT, qui salue la capacité du Ministère de l’éducation à se saisir de ses responsabilités et à mettre en place des actions exemplaires lorsque des agressions à caractère raciste ou antisémite sont commises à l’école comme à l’extérieur de l’école, ne comprendrait pas que des actions d’aussi grande portée ne soient pas menées pour faire reculer la lesbophobie, l’homophobie et la transphobie. Plus généralement, l’Inter-LGBT estime urgent que les pouvoirs publics condamnent avec la plus grande vigueur l’ensemble des violences homophobes chaque fois qu’il en est commis, et mettent en œuvre une politique publique visant à les éradiquer, particulièrement par l’information, l’éducation et la prévention. La réalisation de l’égalité des droits, toujours attendue par les lesbiennes, les homosexuels et les transsexuel-le-s, contribuerait elle aussi à faire reculer la perception selon laquelle les personnes LGBT sont encore, dans ce pays, des citoyen-ne-s de seconde zone, justifiant alors que des comportements ou des violences discriminatoires leurs soient infligées.

Montreuil : vol d’une gerbe en mémoire des homosexuels déportés

Acte homophobe, malveillance ou simple négligence ? Ce matin, à l’occasion de la Journée de la Déportation, la municipalité de Montreuil (Seine-Saint-Denis) avait convié plusieurs associations à déposer une gerbe commémorative. Parmi elles, des associations gays et lesbiennes qui, symboliquement, ont marqué le souvenir des déportés homosexuels.  Peu avant 12 h30, un représentant de la ville a constaté que sur les quatre gerbes déposées au monuments de la Résistance, celle déposée à l’attention des gays et lesbiens avait été subtilisée. Alexandre Tuaillon, maire-adjoint en charge des associations, a qualifié cet acte de « scandaleux ».

INFO LE PARISIEN – AUJOURD’HUI.FR.

La ville de Montreuil a décidé de faire participer ce dimanche plusieurs associations homosexuelles à la cérémonie organisée à l’occasion de la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation.   Des représentants du Mémorial de la déportation homosexuelle, de la coordination lesbienne de France et de l’Inter-LGBT (qui regroupe 60 associations lesbiennes, gaies, bi et transsexuelles) ont déposés  une gerbe à la mémoire des déportés pour homosexualité de France et d’Europe.

Hommage à toutes les victimes de la déportation
La gerbe sera ornée d’un triangle rose et d’un triangle noir, symboles utilisés par les nazis pour marquer les homosexuels et tous ceux désignés comme des «asociaux».  «Tout en affirmant la nécessité de conserver une dimension universelle au devoir de mémoire et d’éviter la hiérarchisation des victimes du régime nazi», la ville dirigée par Dominique Voynet (Verts) invite les citoyens et les citoyennes à rendre hommage à toutes les victimes de la déportation» ajoute encore le communiqué

je vous invite aussi à vous rendre sur le site de la déportation homosexuelle …

La déportation homosexuelle, oubliée des cérémonies

Chaque année, le problème reste posé. Dimanche, pour la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, les associations homosexuelles dénoncent une nouvelle fois leur mise à l’écart. A Marseille, ce n’est qu’à l’issue de la cérémonie officielle, prévue à 10 h place Daviel, qu’elles effectueront un dépôt de gerbe spécifique. « Ailleurs en France, les situations sont très variables, note Christian de Leusse, délégué du Mémorial de la déportation homosexuelle (MDH). Ici, depuis trois ans, nous sommes invités en préfecture pour la préparation des cérémonies. Mais nous voulons aller plus loin et être associés au dépôt de la gerbe unique. » Une pétition a déjà réuni 187 signataires et la MDH envisage de saisir la Halde. Les services de la préfecture, coordinateurs de la cérémonie, n’étaient pas joignables hier

Deux interpellations après sept agressions d’hommes seuls à Paris

PARIS – Deux présumés malfaiteurs de 29 et 31 ans ont été interpellés mercredi à Paris soupçonnés d’avoir agressé, pour les dévaliser, des hommes seuls repérés et suivis depuis le quartier du Marais dans la capitale, a annoncé vendredi la préfecture de police de Paris (PP).
Deux personnes ont été interpellées après sept agressions d’homosexuels entre janvier et mars 2009 à Paris. Les deux malfaiteurs présumés sont âgés de 29 et 31 ans. Ils auraient agressé leur victimes – toujours selon le même procédé – après les avoir repérées dans des bars et établissements de nuit fréquentés par les homosexuels dans le quartier du Marais. Les victimes – qui résident dans différents arrondissements parisiens – étaient ensuite suivies jusqu’à leur domicile et, sous les coups et les menaces, contraintes de donner leurs économies et leurs numéros de cartes bancaires.
Les deux malfaiteurs présumés ont été déférés jeudi soir devant la justice et devaient être mis en examen vendredi pour ces faits.
Une source policière a précisé que le «caractère homophobe» de ces agressions n’a pas été revendiqué comme tel par les suspects.