Athlétisme: Mesnil tombe le maillot pour retrouver un sponsor

Victime de la crise économique et de son élimination précoce aux Jeux olympiques de Pékin, le vice-champion du monde de 2007 a perdu son sponsor Nike cet hiver. Ses conseillers l’ont alors convaincu de le faire savoir en abandonnant son maillot mais en gardant sa perche pour courir nu sur le pont des Arts, devant le Sacré-Coeur ou dans les rues de Ménilmontant.romain1.jpg

Le clip de sa performance a récolté plus de 700.000 visites en quatre jours sur les différentes plateformes de vidéo sur internet.

Mardi, Romain Mesnil a dévoilé l’objectif de cette opération de communication : essayer de trouver un nouveau sponsor via le site de vente aux enchères Ebay, même s’il affirme qu’il ne s’agit pas de l’objectif premier.

« Quand je me suis retrouvé sans sponsor, je n’étais pas à la rue car j’ai la chance d’avoir un club mais je me suis dit : ‘Il y a l’opportunité de faire quelque chose de marrant’« , a dit le Français à l’occasion d’une conférence de presse à Paris.

« L’esprit ce n’est pas d’être prêt à tout pour avoir un sponsor. Ce n’est pas réellement l’objectif. On le fait et on verra bien ce que ça donne. »

Sur sa petite annonce en ligne, Romain Mesnil met en jeu une place sur la face avant de son maillot pour une entreprise à compter du 1er juin et une opération de communication.

Il propose aussi un partenariat avec un particulier comportant une place sur le maillot et un repas avec lui. Les fonds récoltés par cette deuxième vente seront reversés à l’Association pour la recherche contre les tumeurs du cerveau.

Mardi à 12h00 GMT, après six heures de mise en vente, la première enchère s’élevait à 16.100 euros, la seconde à 502 euros.

L’an passé, le Français touchait environ 10.000 euros par mois. Cette saison, sans sponsor, il gagne 3.000 euros nets grâce à son club, en sus des primes obtenues sur les compétitions.

Il dit n’être pas à plaindre mais évoque des collègues classés dans les dix meilleurs mondiaux de leur discipline et forcés de travailler en plus pour vivre correctement.

« Pour la plupart des athlètes qui ont renégocié leur sponsoring cet hiver, il a été revu à la baisse ou ils l’ont perdu. Les organisateurs de meeting ressentent aussi la baisse du sponsoring« , a assuré Mesnil.Loïc Yviquel, fondateur de l’agence de marketing sportif Sportlab Group et metteur en scène de l’opération, a dédouané l’ancien sponsor du perchiste. « Il n’y a pas que Nike. Christine Arron avec Asics ou d’autres ont aussi perdu leur sponsor cet hiver. (…) Mais je trouve que le secteur du sponsoring est encore assez peu touché (par la crise) proportionnellement à d’autres« , a-t-il nuancé. Si l’athlétisme français souffre, victime de ses faibles performances, les valeurs sûres s’arrachent toujours.Ainsi, les champions olympiques et stars de l’athlétisme mondial Yelena Isinbayeva, avec le Chinois Li Ning, et Usain Bolt, avec Puma, ont tous deux décroché des contrats en hausse, supérieurs au million d’euros par an.

 

Romain Mesnil nu pour trouver des sponsors

Il déclarre « En tant que sportif, je suis un homme-sandwich… mais sans affichage, j’ai rencontré la crise, elle m’a attrapé par la peau du cou et m’a pris mon sponsor principal. (…) Est-ce que ce point d’interrogation sera remplacé cette année ? Suis-je trop vieux pour attirer des grands sponsors ? Pas assez performant ? Ma discipline ne plaît pas ? »  …..

Act Up : Alain Joyandet au Fonds mondial sida

Ce mardi 31 mars, le ministre français de la coopération, Alain Joyandet, fera l’ouverture de la Conférence de Reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à Caceres, en Espagne.

Au moment où la France et ses partenaires européens annoncent 75 milliards d’euros pour le Fonds Monétaire international (FMI), Act Up-Paris enjoint Alain Joyandet d’annoncer que la France va bel et bien augmenter sa contribution au Fonds Mondial dans les plus brefs délais pour contribuer à en résorber le trou financier. A défaut, les conséquences se chiffreraient en millions de morts au Sud.

Cette Conférence de Reconstitution financière du Fonds mondial s’inscrit dans un contexte d’accélération des efforts sanitaires des pays en développement pour juguler les pandémies meurtrières du sida, de la tuberculose et du paludisme. On assiste en effet à un triplement sur 2 ans des efforts sanitaires des pays du Sud contre les trois grandes maladies infectieuses. D’après les derniers rapports remis par les pays en développement, plus de 3 millions de vies ont déjà pu être sauvées grâce aux financements acheminés via le Fonds mondial. Mais l’accroissement rapide des programmes de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme requiert un accroissement égal des moyens financiers — qui plus est à l’heure où les contaminations continuent de s’accélérer.

Selon le Fonds mondial, les pays du Sud vont avoir besoin dans les 18 prochains mois de 5 à 10 milliards supplémentaires pour continuer à financer l’ensemble des programmes de prévention, de soins et d’achat de médicaments dans les pays du Sud. Cette somme est aisément mobilisable : elle représente moins de 2% des 500 milliards de dollars que les dirigeants des pays riches ont annoncé vouloir donner au FMI durant le sommet du G20 cette semaine.

D’après les informations dont dispose Act Up-Paris, Alain Joyandet entend faire l’ouverture de la conférence de reconstitution du Fonds mondial sans annoncer la moindre augmentation de la contribution française au Fonds.

Alors que l’association va bientôt célébrer ses 20 ans d’existence, Act Up-Paris a renouvelé, le week-end dernier, son équipe dirigeante pour la troisième fois en un an.
L’assemblée générale a désigné à sa tête un tandem de co-présidents et Jérôme Martin, ancien président (entre 2003 et 2005), revient comme trésorier. Safia Soltani (responsable méthadone & échanges de seringues de l’association Gaïa) et Stéphane Vambre (ancien responsable de l’événementiel de l’association qui se présente come « gay et « séropositif ») annoncent vouloir travailler sur plusieurs dossiers : le VIH en prison, l’accès aux traitements pour les usagers de drogues et n renforcement des actions de l’association en direction des homosexuels

Indonésie : un tueur en série homosexuel star dans son pays

« Ma dernière performance » est le titre qu’a donné un tueur en série indonésien au disque de chansons qu’il s’apprête à sortir avant d’être probablement condamné à la peine de mort pour onze meurtres particulièrement horribles.

Rasé de près et très élégant dans son costume musulman, Verry Idham Henyansyah, surnommé Ryan, ne se fait pas prier pour entonner l’une de ses chansons. « Libérez-moi… Oubliez-moi… Délivrez-moi de ces entraves… », chante-t-il d’une voix mélodieuse. Ses paroles résonnent dans la cellule puis les couloirs du tribunal de Depok, près de Jakarta, où se déroule, depuis plusieurs mois, son procès.

Bientôt un album
Le grand jeune homme de 31 ans sourit timidement aux acclamations et aux appels à poursuivre lancés par son public du jour, des journalistes, des employés du tribunal et quelques curieux. « C’est fini pour aujourd’hui. Vous aurez bientôt mon album » de douze chansons, leur lance-t-il, en adressant un petit signe d’adieu. Verry Idham Henyansyah ne se fait pas d’illusion: c’est la peine de mort qui l’attend à l’issue de son long procès, comme l’a requis cette semaine le procureur. « Je sais que ma vie est terminée. Le temps du bonheur aussi », a-t-il récemment déclaré.24651.jpg

En attendant, Ryan semble apprécier l’attention de l’opinion, à qui il a relaté en détail son mode de vie d’ex-modèle et d’homosexuel à la presse et dans un livre autobiographique publié en février. « Il est jeune, beau et ressemble à une superstar », constate Suhardi, un habitant de Depok venu au tribunal « pour voir à quoi il ressemblait ». « C’est difficile de croire qu’une personne paraissant aussi douce puisse être responsable de telles horreurs », ajoute-t-il.

Morceaux humains découverts
Ryan a été interpellé en juillet 2008 après la découverte de morceaux humains enfermés dans des sacs. Les policiers ont ensuite déterré plusieurs corps, dont celui d’un très jeune enfant, derrière la maison de ses parents. Le détenu a reconnu avoir tué sa dernière victime, l’un de ses amants, par jalousie amoureuse. Il a découpé son corps en sept morceaux, qu’il a abandonnés sur le bord d’une route.

Les dix autres victimes qu’il affirme avoir tuées étaient, à l’exception d’une femme et de sa fillette, « des homosexuels comme moi ». « Ils m’avaient donné honte. J’ai été pris de colère, me suis battu et les aies tués accidentellement ». Ryan « n’est pas un psychopathe », a affirmé le procureur Budi Hartawan Panjaitan. « Il était totalement conscient et n’hallucinait pas lorsqu’il tuait et il n’a pas exprimé de remords ».

Beaucoup de visiteurs
Son statut de star ne semble pas perturber la justice, qui autorise un grand nombre de visiteurs, dont des lycéennes, à venir le prendre en photo dans sa cellule. Et « un accusé a le droit, comme tout autre artiste, d’écrire un livre, de sortir un disque et d’en tirer ensuite des bénéfices », explique Abdul Hakim Ritonga, un responsable du bureau du procureur général.

Les homosexuels japonais vont pouvoir épouser leur partenaire à l’étranger

Le Japon, qui n’a pas légalisé le mariage homosexuel, empêchait jusqu’ici ses ressortissants d’épouser un étranger du même sexe hors de l’archipel, en refusant de leur délivrer un certificat de célibat.

Mais le ministère de la Justice va désormais demander aux consulats du Japon à l’étranger de délivrer un certificat de célibat aux ressortissants japonais qui veulent épouser une personne du même sexe.

« C’est un pas en avant », s’est réjoui Taiga Ishikawa, un dirigeant d’un mouvement de défense des droits des homosexuels au Japon.

Les homosexuels japonais ne pourront toutefois épouser leurs partenaires étrangers que dans les pays qui autorisent ce type d’union, comme l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique, le Canada, l’Afrique du Sud et certains Etats des Etats-Unis.

info gay : la messe folle, La capote c’est la vie, l’Eglise l’interdit

Nouvelle manifestation contre les propos de Benoît XVI sur le préservatif. Ce dimanche matin, une « folle messe » a été organisée sur le parvis de la basilique de Fourvière à Lyon. Des dizaines de manifestants ont répondu à l’appel de plusieurs associations 24482.jpghomosexuelles avec comme mort d’ordre « la capote c’est la vie ». Dans le rassemblement, certains scandaient « Non à la calotte, vive la capote », « la capote c’est la vie, mets-làçou encore « Benoît assassin ».
Pour David Souvestre, président de l’association « lesbian and gay pride » de Lyon, les propos tenus par Benoît XVI à propos du préservatif sont « inadmissibles » d’autant que « ce n’est pas un dérapage, c’est une position purement idéologique ».
Face à eux, une soixantaine de fervents catholiques, parents et enfants, étaient venus exprimer leur soutien au pape.
« Il y a une incompréhension de fond douloureuse », a regretté le cardinal Philippe Barbarin. « La question du préservatif est un sujet tabou et il faut créer les conditions d’un dialogue dans le respect mutuel », a ajouté l’archevêque de Lyon.
En route vers l’Afrique, il y a une dizaine de jours, Benoît XVI avait affirmé que le préservatif ne pouvait pas régler le problème du Sida, et qu’au contraire, il l’aggravait. Une déclaration qui a provoqué une vague d’indignation dans le monde entier

la réponse des catholiques à la manif anti -Benoit XVI :Act-Hope

Les contres manifestants qui se sont frottés aux  militants d’Act Up, dimanche dernier devant Notre-Dame, annoncent la création d’un collectif baptisé « Act Hope » dont le but est « la défense de l’Eglise catholique et du Pape Benoit XVI ».
Cette association veut   »soutenir partout et toujours notre Pape » par des actions à venir et dénonce « les méthodes de ces associations et partis politiques irrespectueux des bonnes moeurs et des croyants eux-mêmes ».